Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
Allemagne: 12,5 millions de personnes sous le seuil de pauvreté, un record
 

pauvreté-allemagneLa pauvreté a progressé de 15 % en 2013 pour toucher 12,5 millions de personnes, un record, indique l’étude publiée par la fédération d’aide sociale Paritätischer Wohlfahrtsverband.

Vu de France, ce chiffre pourrait sembler paradoxal. Et pourtant. Outre-Rhin 12,5 millions de personnes vivaient sous le seuil de pauvreté en 2013, un record depuis la réunification du pays en 1990, selon l’étude publiée hier par Paritätischer Wohlfahrtsverband (PW), une fédération qui regroupe quelque 10.000 associations actives dans le domaine de l’aide sociale et de la santé. Cette année là, la pauvreté a bondi de 15 % à 15,5 % par rapport à 2012, année où les chiffres avaient déjà surpris.


« Depuis 2006, on observe clairement une dangereuse tendance d’augmentation à la pauvreté (…) La pauvreté en Allemagne n’a jamais été aussi élevée et la fragmentation régionale n’a jamais été aussi sévère qu’aujourd’hui », a déclaré au site Euractiv Allemagne Ulrich Schneider, le directeur général de Paritätischer Gesamtverband (PG). Une pierre dans le jardin du gouvernement qui assure que l’écart entre riches et pauvres diminue. Une affirmation « tout simplement fausse » pour le responsable de PG (Dans le graphique ci-dessous la courbe rouge indique la progression du nombre de pauvres dans la population. Les piles grises, la richesse du pays en milliards d’euros).

Comme en France, les mères célibataires sont particulièrement exposées, plus de 40 % d’entre elles basculent dans la pauvreté, indique le rapport.
Si la pauvreté augmente à l’échelle nationale, le fossé qui existe entre régions prospères et régions en déshérence s’est également aggravé depuis 2006. La situation s’est détériorée dans 13 des 16 Länder : les villes-Etats de Brême et de Berlin ainsi que le Land de Mecklembourg-Poméranie antérieure, dans le nord du pays, sont les plus exposés à la pauvreté; à l’inverse, la Bavière (sud) et le Bade-Wurtemberg (sud-ouest) sont les moins touchés. Hambourg (nord) et plusieurs secteurs de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (ouest) ont connu une forte poussée de la pauvreté, dont le taux est resté stable, voire a légèrement reculé, en Saxe-Anhalt (centre), Brandebourg et en Saxe (est).

« La pauvreté est un problème bien de chez nous », a poursuivi Ulrich Schneider pour qui l’Allemagne « a clairement un problème croissant de distribution de la richesse » . Et, alors que l’industrie allemande ne cesse de battre des records à l’exportation, cela risque de perdurer. Selon PW, le nouveau salaire minimum entré en vigueur début 2015 (8,50 € brut de l’heure), ne permet en effet pas de changer la donne.

Des seuils qui varient d’une pays à l’autre

Mais comment mesure-t-on cette pauvreté ? En Allemagne, les personnes vivant seules avec un revenu inférieur à 892 euros par mois sont classées dans la catégorie des « pauvres » (voir encadré ci-dessous). Une famille avec deux enfants intègre cette catégorie si elle vit avec moins de 1.872 euros par mois. Des chiffres qui peuvent surprendre.

Mai, en Europe le calcul du seuil de pauvreté varie d’un pays à l’autre (voir le graphique établi par Eurostat pour les pays d’Europe). Selon l’Observatoire des inégalités, cet écart allait de 1.286 euros par mois en Norvège à 180 euros en Roumanie, en passant par 500 euros en Grèce, soit près de deux fois moins qu’en France (935 euros par mois).

Pauvreté : des calculs à géométrie variable en Europe

On n’utilise pas un seuil de pauvreté identique pour mesurer la pauvreté en Europe, mais un seuil par pays, calculé en proportion du revenu médian -le plus souvent 60 %. Les seuils varient donc en fonction du niveau de vie de chaque pays et sont calculés en parité du pouvoir d’achat. Le Royaume-Uni par exemple enregistre 16,2 % de pauvres au seuil à 60 % du revenu médian et le seuil de pauvreté est de 882 euros par mois et par personne contre 180 euros en Roumanie qui compte, à ce seuil, 22,6 % de pauvres.

En 2011, selon les calculs d’Eurostat, le seuil de pauvreté à 60 % du revenu médian le plus élevé était observé en Norvège (1.286 euros par mois et pour une personne seule), devant l’Autriche (1.025 euros). La France, qui figure parmi les seuils les plus élevés avec 935 euros par mois comptait 14,4 % de pauvres en 2011, le seuil le plus faible étant celui de la Roumanie (180 euros). Les pays du sud de l’Europe se situent parmi les pays où ce seuil est le plus bas : 497 euros en Grèce, 478 euros au Portugal. L’Espagne et l’Italie sont un peu au-dessu avec respectivement 616 et 780 euros.

Pour la grande pauvreté (seuil à 40 % du revenu médian), le seuil vaut 120 euros en Roumanie, 193 euros en Bulgarie et 246 euros en Hongrie. A l’opposé, il est le plus élevé en Norvège (857 euros), en Autriche (683 euros) et en Suède (656 euros). La France, avec 623 euros, se situe devant le Royaume-Uni (588 euros) et juste derrière l’Allemagne qui affiche un seuil de 633 euros.

Source: Les Echos

5 Commentaires pour l'article Allemagne: 12,5 millions de personnes sous le seuil de pauvreté, un record

  1.  

    Lorsque un état décidé de fixer le salaire minimum à 8,50 € de l’heure brut, alors que ce même pays se vente d’être économiquement le premier en europe, il y a déjà un problème. Le deuxième problème c’est que ce revenu minimum touche sans le moindre doute au moins un tier de la population, si ce n’est plus. Le troisième problème est que les lois du travail dans ce pays n’est plus qu’un souvenir, ce qui permet aux patrons et à l’état de faire des choix sociaux qui laissent derrières eux des millions de gens. Par exemple (en allemagne) obliger des chômeurs à travailler pour 1€ par jour sous peine d’être radié de la liste des chercheurs d’emploi ! Dans tous les pays, y compris le notre, les états cherchent par tout les moyens à masquer le chiffre réel des miséreux. L’Allemagne n’est pas différente, et s’il faut se méfier des pourcentages dans ce sujet, ce n’est pas la tendance à la sur évaluation, mais plutôt la sous évaluation. Dernière en date, l’Angleterre propose aux chômeur des contrats de travail à 0 heure travaillé, pour réduire la liste des chercheurs d’emplois. Nos sociétés ont créé un nouveau statut, celui des sans emplois chroniques. Il y a dans nos régions éloignées de notre belle France, départements et territoires, des générations entières qui n’appartiennent plus au monde du travail, je veux dire qu’ils n’ont plus aucun statut professionnel. Ils ne vivent que de trocs et de systèmes D. Les graphiques et pourcentages ne sont là que pour servir les technocrates qui, tels de pseudo découvreurs, parlent de l’Afrique sans jamais y avoir mis les pieds.

    View Comment
  2.  

    Je ne suis pas persuadé que le terme « bondir » soit adapté pour désigner la progression d’une donnée de 15% à 15,5%

    Sinon, de la même façon que les autres commentaires, SVP, les sources, les sources.
    Merci
    Bruno

    View Comment
  3.  

    Bonjour,
    Auriez vous un lien à l’appui de cette dernière assertion d’un article qui cite beaucoup de chiffres mais aucune source ?
    « (voir le graphique établi par Eurostat pour les pays d’Europe) » ??

    View Comment
  4.  

    Votre dernier paragraphe n’est pas clair du tout ! Vous relisez-vous ?

    View Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*