Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
Finlande: Face à la crise, les fonctionnaires perdent huit jours de congés…
 

finlandeLes Finlandais vont devoir se serrer la ceinture. Pour abaisser le coût du travail dans une économie morose, le gouvernement a annoncé ce mardi une cure de rigueur générale dont la mesure emblématique est la suppression de huit jours de congés pour les fonctionnaires. «Les congés, en particulier dans le secteur public, seront réduits de 38 à 30 jours», a indiqué le gouvernement dans un simple communiqué.

Les fonctionnaires ne sont pas les seuls mis à contribution. Tous les salariés du pays verront la réduction de majorations de salaire : – 50% pour les heures supplémentaires et – 25% pour les dimanches. Deux jours fériés, Épiphanie et Ascension, ne seront plus payés, tout comme le premier jour d’un arrêt-maladie qui devient jour de carence.

L’exécutif finlandais associant centristes, libéraux-conservateurs et eurosceptiques de droite, s’est fixé pour objectif de diminuer le coût unitaire du travail de 5%. Une fois adoptées par le Parlement, les mesures annoncées mardi doivent s’appliquer dans chaque branche à partir de l’expiration de la convention collective, a précisé le Premier ministre Juha Sipilä à la presse à Helsinki.

2012, 2013, 2014 : trois années de récession

Sipilä avait remporté les législatives en avril en promettant de redresser l’emploi, l’investissement et l’envie d’entreprendre dans un pays qui a aligné trois années de récession entre 2012 et 2014 et où le taux de chômage frôle actuellement avec la barre des 10%. Le mois dernier, il avait choisi de légiférer après l’échec des négociations des partenaires sociaux autour son projet de «pacte social».

Sans surprise, les mesures du gouvernement ont été accueillies très froidement par les syndicats qui ont déploré une rupture avec une longue tradition de compromis politiques et sociaux. Elles «vont mettre à mal les négociations tripartites (entre syndicats, patronat et gouvernement, ndlr), les accords collectifs et la …

Lire la suite de l’article sur Le Parisien.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*