Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
Pourquoi ne pas demander aux Affaires étrangères de proposer des migrants aux pays d’Amérique du Sud ou à l’Australie ?
 

Gaston DefferreConseil des ministres du 18 juillet 62, Louis Joxe(PS) s’exclame :
« Les pieds-noirs vont inoculer le fascisme en France. Dans beaucoup de cas, il n’est pas souhaitable qu’ils retournent en Algérie ni qu’ils s’installent en France. Il vaudrait mieux qu’ils aillent en Argentine, au Brésil ou en Australie. »

Pompidou,(Gaulliste= UMP= Républicains)Premier ministre, appuie cette idée :
« Pourquoi ne pas demander aux Affaires étrangères de proposer des immigrants aux pays d’Amérique du Sud ou à l’Australie ? Ils représenteraient la France et la culture française. »

De Gaulle : « Mais non ! Plutôt en Nouvelle-Calédonie ! Ou bien en Guyane, qui est sous peuplée et où on demande des défricheurs et des pionniers ! »

Le « bafouilleur marseillais », Gaston Defferre, ne se prive guère de donner son avis :

« Ils fuient. Tant pis ! En tout cas, je ne les recevrai pas ici. D’ailleurs, nous n’avons pas de place. Rien n’est prêt. Qu’ils aillent se faire pendre où ils voudront ! En aucun cas et aucun prix je ne veux des pieds-noirs à Marseille. »

À la question « Voyez-vous une solution aux problèmes des rapatriés à Marseille ? »,

Gaston Defferre répond :

« Oui, qu’ils quittent Marseille en vitesse ; qu’ils essaient de se réadapter ailleurs et tout ira pour le mieux. »

« Il y a 15 000 habitants de trop actuellement à Marseille. C’est le nombre des rapatriés d’Algérie, qui pensent que le Grand Nord commence à Avignon.

– Et les enfants ?

Pas question de les inscrire à l’école, car il n’y a déjà pas assez de place pour les petits Marseillais.

Mais Gaston Defferre n’est pas un cas isolé.

Un sondage IFOP début juillet indique

62 % des métropolitains refusent toute idée de sacrifice à l’égard des Français d’Algérie.

Voici d’ailleurs un rapport découvert lors de l’ouverture des archives :

Les Français d’Algérie qui débarquent en métropole font l’objet d’une froide indifférence, ou même d’appréhensions. On ne les connait pas. On ne sait d’où ils viennent ni si ils sont “vraiment” français. Jugés premiers responsables du conflit qui vient de se terminer et qui a coûté la vie de trop nombreux soldats métropolitains, ils ne semblent pas “mériter” que l’on porte sur eux le regard compatissant que beaucoup espèrent.

Le 22 juillet 1962, Gaston Defferre poursuit ses anathèmes sur Paris-Presse :

« Français d’Algérie, allez vous faire réadapter ailleurs. Il faut les pendre, les fusiller, les rejeter à la mer… Jamais je ne les recevrai dans ma cité. »

Dans le centre de Marseille, une inscription sur un grand panneau : « Les pieds-noirs à la mer. »

À l’aéroport d’Orly,

la direction interdit aux pieds-noirs d’emprunter l’escalier mécanique parce qu’elle estime que leurs valises et leurs ballots volumineux sont une gêne pour les autres voyageurs.

Pas l’once d’une compassion parmi les responsables politiques français

« L’intérêt de la France a cessé de se confondre avec celui des pieds-noirs », dit froidement de Gaulle, le 4 mai 1962, en Conseil des ministres. (Ce qui pourrait expliquer la non intervention de l’armée lors du massacre, l’arrestation et déportation des pieds-noirs à Oran fin juin 62)

Un autre jour, à Peyrefitte qui lui expose « le spectacle de ces rapatriés hagards, de ces enfants dont les yeux reflètent encore l’épouvante des violences auxquelles ils ont assisté, de ces vieilles personnes qui ont perdu leurs repères, de ces harkis agglomérés sous des tentes, qui restent hébétés… »,

le Général répond sèchement : « N’essayez pas de m’apitoyer ! »

Parlant d’Edmond Jouhaux, l’un des généraux putschistes du 13 mai 1958 ….. « Ce n’est pas un Français, comme vous et moi, c’est un pied-noir. »

Source : Atlantico   

Pieds Noirs 1

Voilà, tout est dit. Ceux qui ne savaient pas, le savent à présent. Quant à ceux qui n’ont jamais voulu savoir, qu’ils croupissent dans leur ignorance.

Pourtant, ces « Pieds-Noirs » …. Venaient d’un département Français d’outremer, parlaient déjà Français. Vivaient à la Française, l’administration était Française, ils avaient des papiers Français. Leurs diplômes étaient déjà Français…… Et la France voulait les rejeter ?

 

Poster un Commentaire

Me notifier des
avatar
jean-jacques
Invité
bonjour ! il faut savoir que c’est la france qui a muté des français, dans des entreprises en algérie et afrique du nord . que des phrases si laides et ôdieuses , soient proférées par des gens dans la rue ?? passe encore … mais quand c’est des gens au plus haut poste de l’état qui osent … parler ainsi ?? celà démontre bien que ces chefs, ces parties politiques et autres .. manipulent l’opinion publique , ils nous conditionnent comme des animaux et formatent nos cerveaux .. ensuite ils te victimisent = vous polluez ! vous êtes responsable du… Read more »
Petit Jean-Michel
Invité
Petit Jean-Michel

Le mieux serait d’accueillir les chrétiens persécutés et de renvoyer les musulmans dans les pays du golfe qui croulent de liquidités et qui ont financés daesh.

jean-jacques
Invité

merci pour votre lien
voici un peu de lecture !
http://sousleboisseau.canalblog.com/
jean-jacques

wpDiscuz