Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
Le début du krach du pétrole et du gaz de schiste
 

shale-debtAux États-Unis, les zones d’exploitation pétrolières du Texas – l’un des principaux États où l’on exploite le schiste – sont aujourd’hui désertées par les aventuriers qui étaient venus chercher fortune dans la ruée vers l’or noir (le pétrole de schiste).

Depuis la chute du prix du pétrole, bon nombres de puits ne sont plus rentables, compte tenu de leur condition d’exploitation qui est plus coûteuse que les techniques traditionnelles. Par rapport au pic d’octobre 2014, quand la bulle du schiste était la plus gonflée, on a donc fermé 40% des puits aux États-Unis.

Une bulle de crédit qui inquiète …

Le mouvement de désinvestissement qui touche le secteur des pétroles de roche aux États-Unis prend des proportions importantes: c’est en effet près de 30 milliards de dollars de capitaux qui krach stop gaz de schiste pétrole ont été retirés par les investisseurs du secteur sur le seul 1er semestre. Les sociétés qui ont multiplié les forages et les projets, alors que le baril était encore à 100 dollars l’année dernière, ont contracté pour des dizaines de milliards de dollars de prêts et de crédits auprès du secteur financier américain. Des créances désormais considérées comme quasiment toxiques, avec un baril qui chute de moitié. L’ensemble de la dette du secteur américain du pétrole de schiste est estimé désormais à 170 milliards de dollars à fin juin, le double du montant enregistré à la fin de l’année passée. Une aggravation de la situation qui suit sur les mêmes multiples la baisse des capacités de production, et la baisse des cours.

Olivier Delamarche: vous avez vu les premières faillites dans le secteur du pétrole de Schiste et c’est loin d’être fini !

… et des défauts de paiement en augmentation

Comme ceci avait été annoncé, aujourd’hui énormément de sociétés de forage spécialisées, naguère chouchoutées par les investisseurs, sont à présent dans une situation financière déplorable. Depuis le début de l’année, 6 d’entre elles ont été obligées de se placer sous protection du Chapitre 11, la loi américaine sur les faillites. Ce qui pour les banques et les créanciers concernés constitue un nouveau fardeau de créances très à risques, à l’image des crédits sub-prime ou autres. Le gaz de schiste qui était censé devenir une manne pour le pays ressemble de plus en plus à une situation industrielle critique, doublé d’une bulle financière en cours d’explosion.

Denissto: Avec un pétrole à 40 ou 50 dollars le baril, dans 6 mois les Etats-Unis seront au plus mal !

Les éphémères emplois des pétrole et gaz de schiste disparaissent

Alors que le « boom « des pétrole et gaz de schiste faisait dire à leurs admirateurs que le développement d’une telle activité était une garantie de la relance et génératrice de milliers d’emplois (que n’a-t-on entendu sur les possibilités en France ! lire ici là et là), depuis le début de l’année, c’est près de 20.000 emplois disparaissent chaque mois dans le secteur de l’énergie au Texas ou dans le Dakota du Nord. L’éphémère flambée de l’activité d’extraction des hydrocarbures non conventionnels montre son vrai visage : celui d’une activité spéculatrice basé sur des montages financiers malsains. Et ce n’est pas terminé puisque l’Agence internationale de l’Énergie (AIE) annonce déjà que la chute des cours du pétrole entraînera en 2016 un net déclin de la production pétrolière des pays hors OPEP, surtout aux États-Unis.

Liste des suppressions d’emplois dans différentes compagnies pétrolières et sous-traitants ces derniers mois

14/01/2015: Chute du pétrole: le canadien Suncor supprime 1.000 emplois
16/01/2015: Chute des prix du pétrole: Schlumberger supprime 9.000 emplois
20/01/2015: Pétrole: le groupe Baker Hughes supprime 7.000 emplois à travers le monde
11/02/2015: Halliburton veut éliminer de 5000 à 6200 postes
12/02/2015: Total va réduire ses effectifs de 2 000 personnes en 2015
22/02/2015: La pétrolière mexicaine PEMEX annonce des licenciements
24/02/2015: Canada: Baisse du pétrole et pertes d’emplois en Alberta
17/03/2015: Pétrole: Nexen va supprimer 350 postes en Amérique du Nord
29/03/2015: Pétrole: Shell annonce 250 nouvelles suppressions d’emplois en mer du Nord
13/04/2015: Le géant pétrolier Statoil pourrait annoncer la suppression de 2.400 emplois
15/04/2015: Total La Mède. Près de 200 postes pourraient être supprimés
17/04/2015: Schlumberger va  » supprimer 11.000 emplois  » supplémentaires dans le monde
30/04/2015: Vallourec, confronté à une chute de ses marchés, va supprimer 2.000 postes
13/05/2015: Le pétrolier Subsea 7 supprime 2500 emplois
21/05/2015: La société de forage Trican Well Services a annoncé la suppression de 2000 emplois en Amérique du Nord
28/05/2015: Parapétrolier: Subsea 7 va supprimer 274 postes en France
30/07/2015: Shell va supprimer 6.500 postes après une chute de son bénéfice
21/09/2015: Statoil va réduire ses effectifs de 20% d’ici fin 2016
25/09/2015: Chute du pétrole: Halliburton supprime 2.000 emplois supplémentaires
01/10/2015: Repsol va supprimer 1.500 emplois en trois ans
30/10/2015: Chevron supprime 7000 emplois après une chute de ses bénéfices

Chute de production

guerre-pétroleLa production des pays non membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole devrait connaître son repli le plus fort en 24 ans, avec une baisse de près de 0,5 million de barils par jour (mbj) à 57,7 mbj, dont 0,4 mbj pour le seul pétrole de schiste américain, estime l’AIE dans son rapport mensuel publié vendredi.  » L’effondrement des prix du pétrole entraîne la fermeture des sites de production coûteux, d’Eagle Ford au Texas à la Russie en passant par la mer du Nord «  , explique-t-elle.

… mais on est encore loin de la fin des énergies fossiles !

Toutefois, ceci ne doit pas masquer une autre réalité, la poursuite de la course à la consommation d’énergies fossiles : L’AIE prévoit en effet que la consommation mondiale d’or noir continuera à croître. L’agence qui a relevé ses prévisions pour 2015 et 2016 anticipe désormais une demande de 94,4 mbj cette année, contre 94,2 mbj auparavant, et une augmentation un peu plus modérée l’an prochain, à 95,8 mbj pour 2016, contre 95,6 mbj. Et en Europe, le lobby est on ne peut plus actif pour forcer la déréglementation du secteur et lancer la recherche et l’exploitation du gaz de schiste. La mobilisation citoyenne ne doit pas faiblir.

Source: stopgazdeschiste

Poster un Commentaire

Me notifier des
avatar
wpDiscuz