Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
L’essor des véhicules électriques menace pour l’industrie pétrolière
 

L’essor des voitures électriques pourrait prendre au dépourvu les compagnies pétrolières qui ont jusqu’à présent sous-estimé ce marché mondial susceptible d’entraîner une baisse de la demande de brut dans la prochaine décennie, avertissent des experts dans un rapport.

La baisse du coût des véhicules électriques et des énergies renouvelables pourrait donner un coût d’arrêt dès 2020 à la hausse de la demande de pétrole, estiment-ils.

L’essor du marché des véhicules électriques pourrait conduire à une baisse de la demande de deux millions de barils par jour (mbj) d’ici à 2025, ont-ils calculé.

Une baisse similaire avait précédé l’effondrement des prix du pétrole en 2014.

D’ici à 2035, ce chiffre pourrait être multiplié par cinq, avec des véhicules électriques représentant un tiers du marché des transports routiers, selon ce rapport réalisé conjointement par l’ONG Carbon Tracker et le Grantham Institute, tous deux basés à Londres.

Les secteurs de l’électricité et des transports routiers représentent environ la moitié de la consommation de combustibles fossiles.

« Les véhicules électriques et l’énergie solaire sont des éléments capables de changer la donne que l’industrie des combustibles fossiles a toujours sous-estimés », relève Luke Sussams, analyste pour Carbon Tracker.

« Très peu d’entreprises ou d’institutions de l’industrie énergétique se penchent vraiment sur le bouleversement que provoquerait un développement exponentiel de ces technologies », a-t-il déclaré à l’AFP.

Le géant du pétrole et du gaz BP, par exemple, a estimé la semaine dernière que la demande de pétrole pour les voitures allait continuer à augmenter au moins jusqu’au milieu des années 2030. Selon lui, en 2035, les véhicules électriques ne représenteront que 6% du marché.

Les experts indépendants sont divisés sur la vitesse à laquelle les véhicules électriques vont remplacer les véhicules fonctionnant avec des moteurs à combustion interne.

Selon l’Agence internationale de l’énergie, les véhicules électriques devraient représenter 8% du marché d’ici à 2040 et entraîner une baisse de la demande de pétrole d’1,3 mbj seulement.

Mais pour l’organisme de prévision privé Bloomberg New Energy Finance, ils devraient représenter 22% du marché d’ici à 2035, une estimation cohérente avec celle de l’étude.

Le nouveau carburant qui va changer l’avenir de l’humanité : la micro-algue

Nick O’Connor: Le pétrole va valoir 0

« Nous supposons que les véhicules électriques seront moins chers » que ceux nécessitant du pétrole « à partir de 2020 », explique Luke Sussams.

Le modèle de prévision de Carbon Tracker suppose aussi une croissance très rapide et l’absence de goulets d’étranglement comme une pénurie de bornes de recharge.

En Chine, le plus grand marché de véhicules électriques au monde, plus d’un demi-million de véhicules électriques ont été vendus en 2016. « C’est presque une croissance exponentielle », souligne M. Sussams.

Les prévisions de Carbon Tracker et du Grantham Institute sont conformes à celles de fabricants automobiles comme Tesla, GM et des principaux constructeurs européens.

Source: journaldemontreal

Poster un Commentaire

Me notifier des
avatar
Ludovic Dambrines de Ramecourt
Invité

…et vive le moteur à hydrogène

RémyB
Invité
RémyB

l’essence et le gazole sont taxés fortement et alimentent le budget de l’Etat.
quand l’électricité à bagnoles en sera de même,
les clients vont se calmer …

^ ^

Jericho Kane
Invité

bullshit !!! il faut 27 litres de pétrole pour fabriquer un seul pneu de voiture alors imaginer combien il en faut pour la voiture entière !!!

lolo
Invité
lolo

1 million de voitures électriques en charge normale, c’est 22 Gw/h alors qu’on achète déjà l’elec allemande quand il y a un petit coup de froid, c’est pas demain la veille

Bruno Robert Goossens
Invité

Mais pas pour l’industrie nucléaire…

Michel Cebula
Invité

et apres qu’ils ne vendrons plus de petrole les pays arabes nous feront la guerre car ils n’aurons plus rien a vendre !!!

Ion Ionesi
Invité

On parle depuis 35 Ans.

Picsou
Invité
Picsou
C’est un troll ? L’électrique ne concerne que les citadins déjà fort pourvus en transports : c’est tout sauf un moyen de trasport. C’est simple, étant donné la faible autonomie il vous faut deux jours pour faire >200 kilomètres et attendre toute nuit à l’hôtel pour 80e de plus : en quoi est ce économe ? En quoi est ce une percée technologique ? * pour mes amis incultes : « Le 29 avril 1899, sur la route centrale du parc agricole d’Achères, la vitesse atteinte fut de 105,88 km/h, pulvérisant ainsi le record du comte Gaston de Chasseloup-Laubat qui était… Read more »
Sebastien Cormier
Invité

Ca fait longtemps qu’il achètent Ca serait électrique et à l’hydrogène déjà

Mathieu Ribeiro
Invité

c’est faux la technologie notamment de stockage de l’energie electrique et donc de l’autonomie n’est pas assez aboutie pour le moment. Sans parler du rechargement. L’electrique est vraiment ciblé uniquement pour la ville. Tant qu’ils ne feront rien pour changer cela le petrole a de beaux jours devant lui. L’hydrogene serait peut etre plus judicieux.. a voir

wpDiscuz