Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
Egon Von Greyerz: ” Nous entrons dans la phase la plus dangereuse de la pire crise économique mondiale !”
 

egon-von-greyerzDans la foulée des 6 folles semaines que nous venons de vivre sur les marchés financiers, aujourd’hui l’homme qui est devenu une légende pour ses anticipations de quantitative Easing(Planche à billets), dans les fluctuations des devises et sur des événements mondiaux majeurs vient d’avertir que nous entrons dans la phase la plus dangereuse de la pire crise de l’histoire.
 

Egon von Greyerz fondateur de Matterhorn Asset Management & GoldSwitzerland – Les trous noirs dans l’économie mondiale.

Bernanke The MagicianCeux qui sont à la tête des banques centrales se prennent pour des magiciens qui pensent pouvoir créer les conditions économiques qu’ils désirent en agitant simplement leurs baguettes magiques. Mais le problème est qu’ils se sont toujours trompés dans l’évaluation de la situation économique et ils ne savent plus quoi faire avec leurs baguettes. En outre, cette baguette n’a rien de magique, c’est juste du vent… Et tel est le dilemme de toutes ces banques centrales. Elles se sont octroyées des pouvoirs illimités afin de modifier la politique monétaire et pour imprimer de la monnaie…

Mais quand tu donnes d’infinis pouvoirs à quelqu’un qui ne peut ni apprécier correctement la situation, ni comprendre les conséquences de ses actes, cela revient à donner des armes de destruction massive à une bande de gamins. Mais en réalité, c’est même pire que cela, car les banquiers centraux utilisent ces armes dans le but de créer de la richesse pour leurs amis banquiers.

Prospérité, crise et destruction de l’économie mondiale

Les banques centrales ont ainsi créé une richesse pour une petite minorité et la misère avec une dette illimitée pour le reste du monde. Ce que les banques centrales font, c’est qu’elles créent des cycles de croissance et de contraction abruptes qui détruisent l’économie. Et c’est exactement ce qui continuera de se passer dans les prochaines années.

L’économie mondiale fonctionnerait bien mieux sans les banques centrales. Au lieu d’avoir comme actuellement ces abruptes phases de croissance et aussitôt de contraction, nous aurions des cycles naturels d’autocorrections économiques de beaucoup plus petite amplitude. Le virage qui s’amorce maintenant va changer le monde et pour un long moment. Cent ans de mauvaise gestion mèneront à la misère économique et humaine qui pourrait durer des décennies, voire des siècles comme à la fin de l’Empire romain.

La politique monétaire américaine a créé un problème mondial

Janet-yellen-hilareRetour en Décembre après l’augmentation des taux d’intérêt de la Fed, nous avions expliqué que la Fed avait pris une mauvaise décision qui allait bientôt se retourner contre elle. Eh bien, cette semaine, dans sa déclaration au Congrès, Janet Yellen, la présidente de la Réserve fédérale américaine a commencé à faire marchine arrière. Mais comme tous les hommes politiques, elle ne voit, ni ne serait admettre que la plupart des problèmes économiques mondiaux découlent de la politique monétaire américaine. C’est parce que les Etats-Unis ont vécu au-dessus de leurs moyens depuis plus d’un demi-siècle et ont inondé le monde avec des dollars imprimés sans valeur tangible que nous sommes maintenant dans ce pétrin. Mais depuis qu’elle est devenue un femme politique, Janet Yellen n’admettra jamais cela. Au lieu de cela, elle a blâmé les turbulences sur les marchés et les risques plus élevés sur la croissance chinoise qui sont moins favorables à la croissance américaine. C’est incroyable de constater combien les politiciens mentent. Le politique préfère voir la paille dans l’œil du voisin et ne pas voir la poutre dans le sien.

Cela me rappelle Gordon Brown, l’ancien premier ministre du Parti travailliste de Grande-Bretagne qui, lorsqu’ il était chancelier de l’Échiquier, avait déclaré au Parlement qu’il mettait un terme aux cycles d’expansion et de récession en série et donc de bulles.

Gordon Brown: No More Boom and Bust!

Mais quand la crise a commencé 2006-9, Brown avait blâmé les conditions économiques internationales et non sa propre mauvaise gestion économique. Voilà l’immoralité des politiciens – Ils se targuent d’être à l’origine de toutes les améliorations, mais blâment les autres de tous les désastres qu’ils créent.

Les taux négatifs aux Etats-Unis

Janet Yellen a fait une autre erreur qu’elle a admis à moitié. Comme je le disais en Décembre, la question qui se pose n’est plus celle de l’augmentation des taux, mais celle de la réduction voire même d’aller vers des taux négatifs. Janet Yellen a confirmé que la Fed étudiait les taux négatifs. Elle a dit, “nous voulons être préparés au cas où nous aurions besoin de davantage de mesures accommodantes”

Ce discours tenu par la FED est tout simplement incroyable. Pourquoi ne peuvent-ils jamais utiliser un langage que les gens ordinaires comprennent ? Eh bien, nous savons pourquoi. Ils créent des termes fantaisistes comme «assouplissement quantitatif» et «accommodante» pour faire croire que la Fed est en train de faire quelque chose de très complexe et d’intelligent. Pourquoi ne pas utiliser les mots appropriés comme «planche à billets» et «manipulation de taux d’intérêt” ? Mais le monde comprendrait alors la ruse, et c’est la raison pour laquelle les banques centrales doivent se cacher derrière d’incompréhensibles termes et discours.

Quoi qu’il en soit, Janet Yellen sait que les taux négatifs sont susceptibles d’être mis en place aux États-Unis comme l’ont déjà fait 13 pays.

La compétition pour ceux qui ont les taux les plus bas s’intensifie. La Suisse est toujours en tête avec -0,75%. Mais la Suède est en train de rattraper le mouvement puisqu’ils sont à -0,5%. (Je vous le promets, c’est juste une coïncidence si je suis à la fois en suède et en suisse!) L’économie suédoise s’en tire relativement bien actuellement et donc une réduction des taux n’est pas vraiment justifiée. Mais la raison officielle donnée par la Riksbank est que l’inflation est trop faible. Ce qu’ils ne réalisent pas, c’est que les taux faibles ou négatifs ne stimulent pas l’économie. Ils découragent l’épargne et donc découragent également les investissements.

Mais la vraie raison de la baisse des taux n’est pas la faible inflation, mais de remporter une course dont l’enjeu est la dévalorisation de la monnaie. C’est la compétition que se livre actuellement la Suède et la Suisse avec au moins 11 autres pays ayant des taux négatifs.

Les investisseurs sont encore dans le déni

Les marchés financiers ont pendant des années ignoré la réalité économique et ont applaudi l’impression monétaire et la création de dettes. Nous expliquions depuis un certain temps que cette situation artificielle se finirait dans les larmes et c’est ce qui s’est finalement passé depuis le début de cette année. Ceci n’est bien sûr qu’un début. Il n’y a pas de panique encore sur les marchés, mais cela viendra bientôt.

La semaine dernière, j’ai rencontré un certain nombre de gens riches. Ils sont inquiets, mais cela ne suffit pas à changer leur stratégie d’investissement, qui se compose principalement de private equity, d’hedge funds, et de biens. Globalement, les hedge funds ont eu une mauvaise année 2015. Les placements en private equity sont évalués à des prix délirants. Très peu d’investisseurs se rendent compte qu’ils peuvent obtenir seulement la moitié de la valeur nominale aux conditions actuelles du marché. Et il est fascinant de voir comment les investisseurs immobiliers croient qu’ils détiennent un actif permettant une préservation du patrimoine. Peu se rendent compte que des briques et un peu de mortiers ne valent absolument rien lorsque les bâtiments sont vides et ne rapporte rien puisqu’aucun revenu ne peut en être dégagé.

200.000 milliards de dollars d’actifs vont s’évaporer

Au cours des prochaines années, nous verrons la plus grande destruction de richesse de l’histoire. La plupart des investisseurs attendrons jusqu’au dernier moment, voire peut-être jusqu’à ce que les 200.000 milliards d’actifs s’évaporent. Ce qui est intéressant, c’est que très peu des riches investisseurs que je rencontre détiennent de l’or ou comprennent son intérêt. Mais c’est bien sûr naturel depuis que moins de 0,5 % des actifs financiers mondiaux sont en or. Très peu se rendent compte que le Dow Jones et d’autres indices boursiers ont perdu 71% de leur valeur par rapport à l’or depuis 1999.

Mais plus important encore, en 2016 le Dow a déjà perdu 22 % par rapport à l’or. Avant que cette destruction d’actifs ne se termine, le Dow Jones perdra encore au moins 90% de sa valeur par rapport à l’or. Si les investisseurs avaient investi leurs placements financiers sur le marché physique de l’or, ils auraient préserver les 20 % qu’ils ont perdu.

Bien pire que 2007 – 2009

economic-crisisNous voyons maintenant que les mauvaises nouvelles viennent de partout. Prenez l’entreprise danoise AP Möller Maersk. C’est la plus grande compagnie de transport maritime de conteneurs au monde et a eu une perte de 2,5 milliards de dollars au 4éme trimestre 2015. Nils Andersen, le patron du géant danois a déclaré que les conditions étaient maintenant pire qu’en 2008. Je répète ce que j’ai dit à plusieurs reprises: la crise de 2007 -2009 n’a été qu’une répétition générale. Ce qui est arrivé ensuite sera éclipsé par l’effondrement de l’économie mondiale au cours des prochaines années. En 2006, les taux d’intérêt étaient beaucoup plus élevés dans le monde entier. Aux États-Unis, par exemple, les taux à court terme étaient de 5%. Depuis cette période, il y a eu 637 baisses de taux, qui ont conduit 500 millions de personnes à vivre dans des pays à taux zéro voire négatifs. Aussi depuis 2007 les gouvernements ont dépensé plus de 12.000 milliards de dollars dans des rachats d’actifs, dont beaucoup n’ont aucune valeur tangible.

Le système bancaire va-t-il survivre ?

Et enfin les investisseurs commencent à se réveiller en s’apercevant que la plupart des banques ont peu de chances de survivre à la crise à venir. Les valeurs bancaires à travers le monde sont en baisse de 20 à 40% cette année. Le coût des credit default swaps (CDS) (assurance) sur ces banques monte en flèche.
DB-CDS
Les spécialistes des marchés obligataires décrivent la situation comme étant pire que Lehman. Les banques comme le Crédit Suisse et Deutsche Bank sont en train de perdre des milliards. L’exposition de la Deutsche Bank sur les dérives équivaut à 20 fois le PIB de l’Allemagne et le système bancaire suisse à sept fois le PIB suisse, en excluant les dérivés. Ce ne sont pas seulement les dépôts bancaires qui deviennent à risque, mais aussi tout actif dont les banques assure la garde, comme les actions et les obligations. Ce n’est plus le moment de laisser d’actifs importants dans le système financier.

La phase la plus dangereuse de l’histoire du monde est imminente

Nous entrons maintenant dans la phase la plus dangereuse de la crise qui se profile. La confiance s’évapore rapidement et fait place à la peur. Nous savons que l’économie mondiale repose sur de l’endettement massif et de fausses promesses des dirigeants. Le monde commence à se rendre compte que la plupart de cette dette est sans valeur tangible et que les promesses des dirigeants ne sont que du flan.

Il y a tellement de trous noirs dans le monde maintenant qu’à chaque matin, nous pourrions nous réveiller en apprenant qu’une banque ou qu’un Etat souverain a disparu dans l’un de ces trous noirs. Oui, les gouvernements devront davantage mettre en place les taux négatifs et imprimer de manière illimitée, mais en vain. Le processus d’implosion des actifs pourrait se produire très rapidement et de façon inattendue.

Même si cela se produit dans quelques mois ou dans cinq ans, le monde sera très différent après le désastre qui se profile. Les quelques chanceux qui peuvent s’offrir un peu d’or physique traverseront cette tempête financière plus sereinement. Mais personne n’échappera aux difficultés qui frapperont le monde dans les prochaines années.

Source: kingworldnews

               
Le retour au Standard Or d’Antal Fekete                            Dernière intervention de P.Herlin sur l’or
                      
avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
  Subscribe  
Me notifier des