Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
Conflit Mondial pour un Gazoduc ?, … Puisque vous n’y comprenez rien, … Lisez !

conflit-syrienMais que veut et que cherche tout ce petit Monde ?, … Irak, Syrie, Libye, Yémen, Turquie, Qatar, Arabie Saoudite, Russie, États-Unis, Ukraine, Europe et, enfin, la France.

Ce qu’on ne vous dit pas dans les journaux sur le rapprochement de la France et de l’Iran

Vous devez comprendre que tout est lié, et savoir quelles sont les raisons et objectifs stratégiques, économiques et géopolitiques qui en sont à l’origine.

Il me paraît nécessaire de les expliquer plus clairement et en toute objectivité. Par Manuel GOMEZ le 5 Octobre 2016

Épisode 1 :

Cela débute en 1971. Dans le golfe persique, une immense poche de gaz est découverte qui couvre 20% des réserves naturelles du monde.

Répartie par moitié entre l’Iran et le Qatar, les premiers l’ont baptisée « South Pars » et les seconds « North Dome ».

Les premiers forages ont débuté en 1988, et dès 1996 sont passés en phase de production et leur capacité a augmenté au fil des années.

Frappé par un blocus économique, l’Iran n’a pas bénéficié immédiatement de cette manne, ce qui, on vient de le lire, ne fut pas le cas pour le Qatar.

D’un autre côté il y a l’Europe, énorme consommatrice de ce même gaz qu’elle ne produit pas et qu’elle doit acheter sur le marché international.

Or, les trois grandes sources de ce gaz nécessaire à l’alimentation de l’Europe sont l’Algérie, la Russie et les productions de la Mer du Nord, exploitées par la Norvège et la Grande-Bretagne.

La Russie a noué de fortes relations économiques avec l’Algérie, sur la commercialisation de ce gaz avec l’Europe, ainsi les pays européens sont toujours sous la possible menace d’une coupure d’approvisionnement de ce gaz russe, et donc également du gaz algérien, qui la plongerait dans une très grave crise énergétique.

Cette situation préoccupante et la conjonction de tous ces facteurs font que l’Europe, qui se trouve devant la nécessité de diversifier ses sources d’approvisionnements énergétiques, se tourne obligatoirement vers l’Iran et le Qatar.

Cela explique, mais vous l’aviez compris, le rapprochement notamment entre la France et le Qatar, mais également le relâchement récent du blocus iranien.

© Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Episode 2

Dès 2007, le Qatar, a pour objectif de vendre son gaz à la France, mais surtout, celui plus lointain et plus important de construire un gazoduc direct qui relierait le Qatar à l’Europe, traversant l’Arabie saoudite, la Turquie puis les Balkans. Il a investi largement notre pays en s’offrant des palaces, des entreprises, des clubs de foot, etc., dans l’unique but de se rendre populaire.

Le problème majeur se situait près de chez eux, car entre l’Arabie saoudite et la Turquie, il lui était obligatoire de traverser l’Irak et la Syrie.

L’Irak étant en guerre, comme on le sait, les Qataris et les Saoudiens n’ont eu comme seule ressource que de proposer à Bachar El Assad de construire ce gazoduc en Syrie.

Allié des Russes, El Assad a refusé ce partenariat qui allait forcément priver la Russie de son énorme atout stratégique et énergétique contre l’Europe.

Le Qatar et l’Arabie saoudite décidèrent donc, par rétorsion, de consacrer quelques milliards à la création de milices terroristes en Syrie, dans l’objectif d’aboutir à la destitution de Bachar El Assad, et dans l’éventualité que son successeur, très probablement un islamiste, accepterait comme seule obligation de sa prise de pouvoir, la construction de ce gazoduc.

Ainsi ces deux pays arabes ont financé très largement Al Nosra, branche d’Al Qaïda en Syrie, et la guerre civile a éclaté.

conflit-syrien-2

Elle se poursuit depuis des années et se poursuivra encore longtemps.

Ce que n’avait pas prévu ni le Qatar ni l’Arabie saoudite, c’est que ce qui ne devait être qu’une guérilla qui, au début, a été très défavorable au régime de Bachar El Assad, allait faire naître une énormité : l’État Islamique, le califat.

Ce que n’ont pas compris immédiatement — dès septembre 2013 — les États-Unis, l’Angleterre et la France, c’est qu’il s’agissait là d’une menace mondiale et dans un premier temps, ils décidèrent d’intervenir militairement par une flotte de guerre, afin de soutenir les rebelles syriens et obtenir la chute du régime de Bachar El Assad.

C’était sans compter sur la Russie.

Elle s’est opposée à cette intervention, et plusieurs navires de guerre se sont interposés entre la côte syrienne et la flotte de la coalition, qui allait passer à l’attaque.

Deux premiers missiles Tomahawk ont été lancés, pour « essai », mais ils sont tombés à la mer, brouillés par les contre-mesures électroniques des Russes.

Alors que les médias nous disaient que l’attaque allait avoir lieu incessamment, que François Hollande l’annonçait publiquement, et bien la coalition rentrait à la maison les oreilles basses, et l’attaque fut déprogrammée.

On n’en parla plus… au moins durant quelques mois. Le temps que la vengeance… mûrisse.

© Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Épisode 3 : la vengeance

Quelques mois plus tard, les services secrets européens, les barbouzes de la DGSE, avec l’accord des USA, organisaient un coup d’État en Ukraine.

Quelques milliers de mercenaires offraient ce pays à une junte pro-occidentale.

L’objectif premier était de rendre coup pour coup à la Russie, qui avait eu l’audace de s’opposer à la coalition quelques mois plus tôt et qui s’imaginait devenir une super puissance avec laquelle il allait falloir désormais compter.

La réaction des Russes fut immédiate.

Profitant des forts sentiments pro-russes de la moitié Est de la population ukrainienne, elle annexa sans coup férir la Crimée, s’offrant ainsi un port direct vers l’Occident, et engagea une guerre civile en Ukraine.

Un avion abattu dans le ciel d’Ukraine par un missile venu « d’on ne sait où » et tiré par « on ne sait qui », fournit l’occasion à l’Europe de prendre des sanctions économiques contre Poutine, dans l’éventualité de mettre en difficulté le pays et obtenir une forte dévaluation de la valeur du rouble face à l’euro et au dollar.

La Russie a survécu sans trop de problèmes à ce choc qu’elle attendait.

Et pendant ce temps, la guerre se poursuivait en Syrie et en Irak, et Al Nosra installait confortablement l’état islamique et le califat.

Constatant que l’Arabie saoudite finançait ouvertement les islamistes, l’Iran, qui se voulait l’allié des pouvoirs légitimes en place, aussi bien en Syrie qu’en Irak, et qui était en conflit permanent avec les Saoudiens, organisa une révolte armée au Yémen contre l’Arabie saoudite. Elle débuta en mars 2015.

Deux pays, Iran et Arabie, s’opposaient dès lors sur trois fronts : Syrie, Irak et Yémen avec toujours comme objectif principal l’exploitation des deux poches de gaz : « North Dome » et « South Pars ».

Bachar El Assad, face à de grosses difficultés militaires sur les différents terrains d’opérations, où son armée opposait de moins en moins de résistance aux rebelles et aux islamistes, demanda aide et assistance à Poutine, qui prit la décision, il y a quelques mois, d’intervenir lourdement avec son aviation et quelques troupes au sol afin de le soutenir.

L’issue de la guerre changea immédiatement de camp et, toujours avec l’aide des Kurdes dans le nord, ses alliés involontaires qui luttent pour leur propre cause, l’armée syrienne reprit progressivement le dessus.

Les attentats, ciblés ou non, organisés partout dans le monde par les terroristes de l’État islamique, obligèrent les démocraties occidentales à changer leur fusil d’épaule.

Ne pouvant plus s’opposer ouvertement à l’habile Poutine qui gagnait, dans un premier temps, la guerre médiatique en Occident, avant de la gagner sur le terrain, elles prirent fait et cause pour le régime de Bachar El Assad (à l’exception de la France, toujours hostile, qui réserve ses frappes et son intervention au territoire irakien).

Toutes ces guerres, ces centaines de milliers de morts, ces massacres, ces attentats, ces crimes, ce barbarisme, pour la construction d’un gazoduc qui ne verra jamais le jour et dont on ne reparlera jamais plus.

Dans quel monde de fous vivons-nous !

© Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Source : Dreuz.info

Denissto: Avec un pétrole à 40 ou 50 dollars le baril, dans 6 mois les Etats-Unis seront au plus mal !

La Guerre Froide Du Petrole (Broché)


Prix: EUR 25,00
Neuf à partir de: EUR 24,91 En stock
D’occasion à partir de: Épuisé

La guerre des monnaies : La Chine et le nouvel ordre mondial (Broché)


Prix: EUR 23,00
Neuf à partir de: EUR 23,00 En stock
D’occasion à partir de: EUR 18,99 En stock

L’effondrement du dollar et de l’euro et comment en profiter (Broché)


Prix: EUR 22,00
Neuf à partir de: EUR 22,00 En stock
D’occasion à partir de: EUR 17,11 En stock

Dollar: le début de la fin (Broché)


Prix: EUR 19,25
Neuf à partir de: EUR 18,00 En stock
D’occasion à partir de: EUR 0,76 En stock

Poster un Commentaire

Me notifier des
avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
houmad mansour
Invité
Ce que ce cher monsieur oublie ,c’est qu’il croit savoir tout.Moi ,la simple personne que je suis et que je sache que tout ce génocide n’est pas fait pour satisfaire les pays importateurs du gaz ou pour apprendre aux arabes et aux musulmans la démocratie occidentale ça demande d’un renversement des régimes dictateurs arabes ,mais de casser la volonté de la jeunesse arabes qui ne cherchent que de grimper un peu pour avoir le même niveau de vie comme vivent la jeunesse occidentale dans le charme de l’égalité…Le problème économique dont vous venez de parler ,le tout est entre les… Read more »
bleklerock84
Invité
bleklerock84
Jean François
Invité
Jean François

Très intéressant ce lien sur la mondialisation, …. Surtout que l’article a été posté le 13 novembre 2012

Renegades Martine
Invité

J’ai lu sur un article que c’était de l’or un grand gisement

Djamel AIT AMRANE
Invité
Djamel AIT AMRANE

Le conflit au Sahel est en partie responsable de la lenteur du projet
TSGP (Trans-Saharan Gas pipe line), Nigeria-Niger-Algerie qui est en veilleuse depuis 2010.
Qui a intérêt a ce que ce gazoduc n’aboutisse pas en Europe ?

topi
Invité
topi

Que de raccourcis et d’inexactitudes dans cet article….

Je vous laisse vous renseigner sur les projets de gazoducs et vous verrez que le conflit n’a rien à voir ave ca.

Un exemple :

http://m.rfi.fr/emission/20130627-gazoduc-nabucco-verra-pas-jour

Nico Cotier
Invité
Nico Cotier

Il faut savoir que dreuz.info, ainsi que mondialisation.ca, les seules sources citées ici, sont connus pour être des sites confusionnistes, avec une affinité pour la mouvance d’extrême-droite concernant dreuz

Jean François
Invité
Jean François

@Nico Cotier,
Un article qui fait bientôt 300 000 Vues, permet plus de considération que votre analyse du fond des caniveaux.
Ce que vous dites est entièrement faux, de plus vous n’apportez aucun élément qui pourrait étayer vos propos à 2 balles.
Vous êtes ridicule,

Galliez
Invité
Galliez
Papypierre: Lu avec intéret l’article.Moi, simple citoyen, 77 ans, ..J Il ne faut pas oublier qu’en 1945, STALINE avait des vues sur l’Europe de l ‘Ouest y compris la France. Nous devons notre liberté à Winston CHURCHILL! Certains oublient le rideau de fer..Un vraau démocrate le fit tomber, de même que le sale mur de BERLIN, c’est GORBATCHEV! Qui laissa sa place à des guignols alcooliques…Maintenant on a POUTINE, qui suit le même parcours que Adolf HITLER. Tel un ATTILA, il voudrait reconquérir, pour sa gloire et son enrichissement personnel..Certains commentaires parlent de chômage aux USA..Mais personne ne parles des… Read more »
Jean
Invité
Jean
77 ans et tu n’as rien compris ; c’est dommage. (mais tu as peut-être une Rolex !!!) Quand tu écris : « des HITLER on en trouve partout: le roi du Maroc, Bongo du GaBON » tu dis de très grosses bêtises ! 1 Le roi du Maroc est le descendant du prophète : tu lui manques de respect. 2 Bongo un Hitler ? Fadaises mon bon… On dirait que tu ne sais pas qui fut Hitler : surement pas un petit président en position d’abus de pouvoir ! * Hitler a fait « disparaître des juifs, des tziganes, des franc-maçons, des communistes,… Read more »
Delta de la Lyre
Invité
Excellent article… Mais à mettre en relief avec d’autres clefs de compréhension : – à l’origine ce sont bien quelques membres de l’élite anglo-saxonne qui sont responsables de ce désastre en Syrie tel que Roland Dumas nous l’a divulgué – http://www.choix-realite.org/8385/syrie ; – à un étage supérieur de compréhension, comme le dit Pierre Hillard il faut toujours voir quelles sont les motivations religieuses, et il s’avère que Carroll Quigley membre de l’oligarchie anglo-saxonne nous donne la réponse : création du Grand Israël ; – à un étage encore plus supérieur, il y a les motivations occultes, moins prouvables que les… Read more »
Zeitgeist
Invité
Zeitgeist

Suis désolé pour mes remarques, mais j’ai rarement vu un Luky aussi …
Comment dire….

Je n’ai plus de mots….

J’ai du tout dire en dessous…

Excusez-moi encore d’avoir pris de la place sur cette page pour ce gugus de LukylareLuque

Bizzz à tous les autres wink

Et merci encore pour le travail accompli ici !!!

noel
Invité
noel

Vous connaissez la bataille des quatre coqs trois gros coqs et un petit coq qui va sagement se mettre à couvert car il n’a aucune chance de gagner sauf…Qu’étant caché il laisse se battre les trois autres en toute sécurité coqs ,blessés ,moribond les 3 coqs mortellement blessés ou fortement diminués le petit coq fini par être donné vainqueur !
Le petit coq s’appelle Israël …

samuel
Invité
samuel
J’ai du mal à me représenter la prochaine guerre mondiale, surtout avec un tel arsenal de destruction massive parmi les grandes puissances. J’ai bien tenté de faire une préparation, mais voilà il y a tellement de variables impondérables et de produits de mauvaise qualité. Il n’est pas alors impossible que même pour un petit coq il ne puisse pas plus y échapper cela même en se mettant à couvert, et puis vainqueur de quoi à la fin ? Je sais ça parait dingue, mais cela n’est pas impensable, trop de gens font partout des plans sur la comète, préfèrent pas… Read more »
BERNARD GRUA
Invité
BERNARD GRUA
Le problème du gazoduc est certainement important. Il peut expliquer la lenteur des occidentaux à condamner Assad. Il a fallu que ce dernier recoure à l’arme chimique sur sa propre population pour que des réactions commencent à apparaître. Et encore, ses bombardements chimiques ont été révélés par des journalistes qui ont rapporté les échantillons et les ont suivis jusqu’aux résultats. Les différents Etats, dont la France, tentaient d’observer un strict blackout. De son côté, Poutine souhaite maintenir l’Occident sous dépendance énergétique en en contrôlant les approvisionnements. Etre maître du pays, la Syrie, où transite le gazoduc peut lui être, pense-t-il,… Read more »
Jean
Invité
Jean

C’est EXACTEMENT le contraire !
Les occidentaux avaient tout intérêt à accélérer les choses pour moins dépendre des russes.
« Le problème du gazoduc est certainement important. Il peut expliquer la lenteur des occidentaux à condamner Assad. » Quand on ne comprends pas ce qui est écrit mais que l’on a quand même un avis, hihihi.

theuric
Invité
theuric

C’est étrange de répéter ce que disent les médiats officiels en expliquant que ces médiats officiels retiennent l’information.
Vous m’amusez beaucoup, vous qui oubliez que E.I. fut la marque de fabrique de ces séoudes dont l’un reçu sa légion d’honneur par les mains de notre président, vous savez, l’E.I. qui revendiquait les attentats français.
Il se dit les blanc caucasien, moi je vous dis cocasse, ce qui est suffisant.