Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
France: le suicide des agriculteurs multiplié par trois en 2016
 

agriculture-belgiqueLe nombre d’agriculteurs en détresse ne cesse de croître face à la crise que connaît leur secteur. La Mutuelle Sociale Agricole décide de renforcer son dispositif de prévention.

Au premier semestre, la permanence de prévention du suicide chez les agriculteurs Agri’écoutes a reçu 1.700 appels, soit une moyenne de 285 appels par mois contre une centaine par mois sur la même période, en 2015. Ce quasi-triplement est toutefois relativisé par la Mutualité sociale agricole (MSA), qui rappelle notamment que ce dispositif lancé en octobre 2014 n’a commencé à être connu qu’à compter des mois de mars/avril 2015.

Crise existentielle

L’importante crise économique agricole mène parfois les agriculteurs à s’interroger sur leur utilité. « Il y a une interrogation dans les campagnes sur le sens de notre métier : on est là pour faire quoi? », a déclaré Pascal Cormery, président de la MSA lors d’une conférence de presse mardi, allant jusqu’à évoquer une « résignation complète » des membres de la corporation. « Beaucoup de mes collègues me disent : Est-ce qu’on a vraiment besoin de nous ? Est-ce qu’on sert vraiment à nourrir la population? », ajoute M. Cormery.

354 euros par mois

Autre signe de la précarité croissante dans le monde paysan, l’explosion de la demande de primes d’activité, le nouveau dispositif pour les travailleurs à revenu modeste qui a remplacé le RSA activité. Alors que la MSA attendait 60.000 demandes pour l’ensemble de 2016, elle en est déjà à 200.000 depuis le début de l’année.

France: Crise agricole: 1/3 des agriculteurs vit avec moins de 350 euros par mois

20 000 exploitations agricoles spécialisées dans la viande bovine en état de quasi-faillite, selon la FNB

L’explosion des demandes s’explique assez facilement : en 2015, 30% des agriculteurs imposés au régime réel ont eu des revenus équivalents à 354 euros par mois. En 2014, ils étaient 18% dans cette situation, relève la MSA, inquiète de l’évolution pour 2016, alors que les chiffres concernant les récoltes de l’année n’en finissent pas de dégringoler.

Les hommes ont du mal à se confier

Si, au départ, les exploitants étaient les plus nombreux à appeler pour se confier, la MSA note que ce sont désormais le plus souvent les épouses qui contactent Agri’écoutes. « Les hommes ont sans doute plus de pudeur, ou de fierté. Il est très difficile de s’avouer qu’on est en échec professionnel », explique Michel Brault, directeur général de la MSA. « Lorsqu’il n’y a plus de revenus qui rentrent, un fort endettement, l’homme n’ose plus appeler. Il se réfugie dans le travail, ne s’occupe plus des papiers, des échéances, c’est le conjoint qui est confronté à cela », ajoute-t-il.

Un dispositif riche de 900 travailleurs sociaux

« L’enjeu pour nous, c’est de passer d’une cellule d’écoute anonyme à la prise de contact directe pour pouvoir accompagner l’agriculteur », souligne M. Brault. Pour y répondre, le directeur général de la MSA compte sur ses 900 travailleurs sociaux présents sur tout le territoire mais s’inquiète des « départs en retraite » en affichant la crainte « qu’ils ne soient pas remplacés ».

Crise agricole: 25 000 éleveurs au bord de la faillite

Plus de 40.000 exploitations agricoles en situation d’extrême urgence

Concernant le dispositif de remplacement gratuit mis en place par le gouvernement pour permettre aux exploitants de souffler, M. Brault affirme qu’assez « assez peu d’agriculteurs ont demandé à en bénéficier ». « L’agriculteur ne ressent pas le besoin de partir en vacances, pour lui, c’est un sentiment de fuite devant ses problèmes. »

Source: francetvinfo

0 0 vote
Article Rating
Subscribe
Me notifier des
guest
24 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Goussay
Goussay
3 années plus tôt

Je suis moi même dans ce cas.on me demande de rembourser 30 000 e de fonds européens qui m ont servis a demarrer mon activité agricole facture a l appui.drpuis plus de 2 ans pas de ressources je me suis incrite au pôle emploi et toujours rien ..courrier au ministre qui vous revoi au prefet et prefet qui n en a rien à foutre. voila la réalité. Elle va vers cette triste réalité du SUICIDE.

Wallon fier Retraité Doré
Wallon fier Retraité Doré
3 années plus tôt
Reply to  Goussay

Goussay
Une honte;
vous êtes la mère nourricière de votre pays.
Courage;
beaucoup sont à vos côtés.
2017 vous sera favorable…

Marc
Marc
3 années plus tôt

Et oui, on doit réduire le nombre d’exploitation au tiers ou au quart de ce qu’il est. Malheureusement, le syndicat majoritaire FNSEA et beaucoup d’agriculteurs sont totalement complice de cette politique. A l’heure actuelle, les gros bouffent les petits sans remords, puis un jour viendra ou les gros se feront bouffer par des sociétés privées, comme au Brésil, en Allemagne, aux USA. Ces industries agricoles utiliseront des machines robotisées, et/ou de la main d’oeuvre à très bas coût d’importation, ou pourront même délocaliser pour fournir de la bouffe « standard » au peuple lobotomisé. Le paysan (j’en suis un) est en voie… Read more »

LEVO Claude
LEVO Claude
3 années plus tôt

Peut-être que l’Agriculture est un secteur que les transnationales veulent. Comme dans l’industrie, ils créeront de grandes fermes avec des ouvriers payés au SMIC. Eux sauront rentabiliser la production et feront le poids pour imposer leurs prix face à nos grands distributeurs. C’est peut-être cela l’avenir qu’on nous prépare…

ETS PRIESTER SYLVAIN
ETS PRIESTER SYLVAIN
3 années plus tôt

je soutiens les agriculteurs
quand nos agriculteurs auront disparu il sera trop tard et on se nourrira de produits dont on osera meme pas faire d analyse
sans agriculteurs la france moura
on ne consoit pas un pays sans agriculture
quasi tout vient de l agriculture reflechissez un peu et regardez autour de vous
je suis horticulteur et depuis 2ans c est la chute total
l horticulture suit l agriculture dans ses difficultes financieres
il est plus que temps que cela bouge avant que notre beau pays devient ruiné mlheureusemnt
bon courage a vous tous LES HOMMES DE LA TERRE

Geneviève de Fontenay
Geneviève de Fontenay
3 années plus tôt

Je les plains sincèrement et si l’on pouvait les aider en achetant directement leurs productions. Malheureusement, bouffer des légumes pleins de pesticides, du porc aux OGM ou boire du lait de vache dont les hormones de croissance sont faites pour prendre 365 kilos par an, non merci. Qui plus est, les agriculteurs se sont souvent endettés à tort, certes poussés mais pas forcés, par l’UE et le Crédit Vautour Agricole. Aujourd’hui je leur souhaite de pouvoir se reconvertir vers le bio, l’élevage caprin, refourguer leurs coûteuses machines, etc. Vraiment, je leur souhaite d’y arriver, si c’est encore possible.

Cardine
Cardine
3 années plus tôt

Je suis fils d’agriculteur et je travaille maintenant dans l’industrie. La aussi on voit beaucoup de delocalisation. Je m’adresse aux agriculteurs: Que peut-on faire pour vous aider?

Redien
Redien
3 années plus tôt

le gouvernement agi depuis 50 ans comme ce capitaine d’Uboat obligé de rester au fond de la mer, moteurs arrétés, pour ne pas être repéré par les cuirassiers anglais… L’oxygène vient à manquer… 1 matelot est exécuté… cela économise l’oxygène pendant quelques minutes… puis le danger passé on remonte à la surface. Diminuer le nombre d’agriculteurs est programmé… en contrepartie les dirigeants agricoles réclamaient la « parité » avec les autres catégories socio-professionnelles … et voila le résultat !

Lionel Serieys
3 années plus tôt

Quitter un modèle conventionnel stupide c’est mieux que de s endetter pour se pendre…. Faut passer en bio, ça marche j en suis témoin.

Benoit Heroult
3 années plus tôt
Reply to  Lionel Serieys

Le Label bio est une escroquerie de plus et je sais de quoi je parle

poujade51
poujade51
3 années plus tôt

Tout ce que je vois c’est que ça n’a pas l’air d’interpeller ni les politiciens ni les pouvoirs publiques, par contre un DRH qui fait un carnage dans son entreprise mais qui se fait déchirer sa chemise ça c’est un drame! merci aux médias spartiates et aux ordres! on a compris!

Sébastien Roquand
3 années plus tôt

c’est le but: remplacer l’agriculture paysanne par une industrie aux mains de multinationale

les français ne réagissent même pas

tusti_89
tusti_89
3 années plus tôt

non éffectivement , les français ne bougent plus pour quoi que ce soit . Ils sont installés dans un espèce de confort précaire à la con ( télé réalité , achat à crédit d’un tas de produits inutiles et degueus …) – illusion du bonheur- mais n’ont surtout pas envi du moindre effort (intellectuel) ou simplement se poser quelques questions basiques sur le sens de leur vie terrestre et surtout celle de leur descendants, alors vogue la galère … tant qu’il y aura des « ch’tis » et des « marseillais » ou du foot sur france télévision , les agriculteurs et pas que… Read more »

24
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x