Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
Adidas relocalise des usines en Allemagne, un projet en France
 

AdidasNon, ce n’est pas la fin du made in China. Mais Adidas, numéro deux mondial des chaussures et vêtements de sports, va à nouveau fabriquer ses modèles en Europe, plus de trente ans après avoir délocalisé ses sites de production en Asie du sud-est.

L’équipementier allemand construit actuellement en Allemagne une usine nouvelle génération, entièrement robotisée et destinée à concevoir des chaussures sans coutures. Le modèle devrait s’exporter ensuite en France, au Royaume-Uni et aux États-Unis.

L’objectif est clair pour Eric Liedtke, directeur mondial d’Adidas : « Produire près de nos marchés. »

Néanmoins, trois autres raisons peuvent justifier cette relocalisation de la part d’Adidas. D’abord, même s’il reste moins cher qu’en Europe, le coût de la main-d’œuvre asiatique augmente fortement.

Le prix des baskets ne va pas s’envoler

Ensuite, Adidas souhaite réduire ses délais de production et de livraison. Pour l’instant, il faut compter 18 mois entre la conception d’un article en Asie et sa commercialisation en Europe, dont plus de deux mois rien que pour le transport maritime entre les deux continents. En fabriquant ses chaussures et vêtements en Allemagne, en France ou aux États-Unis, le groupe allemand espère réduire ces délais à… 45 jours d’ici 2020, pour au moins la moitié de sa production. L’occasion de copier le modèle des magasins comme H & M ou Zara, qui renouvellent sans cesse leurs collections en magasin. Enfin, en ramenant une partie des produits au plus proche des marchés européen et américain, Adidas va réduire son empreinte carbone. Le prix des baskets, lui, ne devrait pas s’envoler, puisque l’usine en cours de construction en Bavière ne nécessite aucune intervention humaine, et zéro couturière. En revanche, ce type d’usine composée uniquement de robots risque d’avoir un impact négligeable sur l’emploi dans les régions où elles seront implantées.

Source : Le Dauphine.com

Voir l’analyse de Gérald CELENTE

avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
  Subscribe  
Me notifier des