Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Les éleveurs de porc bretons n’en ont pas fini avec la crise

cochonsChute drastique des prix payés aux éleveurs, aides gouvernementales jugées insuffisantes, le tout sur fond de guerre entre bassins de production européens: les éleveurs de porcs bretons, exsangues, n’en ont pas fini avec la crise, laissant craindre une nouvelle poussée de colère.

“On est face à des drames humains chaque jour et on n’a pas les moyens de faire face”, constate Didier Lucas, président du syndicat agricole FDSEA dans les Côtes d’Armor.

La situation est telle que “je crains que l’on aille au-devant de difficultés qui vont se traduire par des manifestations et troubles à l’ordre public”, a estimé de son côté lors de ses voeux à la presse le préfet de la région Bretagne, Patrick Strzoda. Fin janvier, “on aura traité 1.000 dossiers d’éleveurs porcins en termes d’aide à la trésorerie, d’aide à la restructuration de la dette” dans le cadre du plan de soutien à la filière mis en place par le gouvernement cet été, a dit le préfet. Mais “pour bon nombre, malheureusement, ce ne sera (…) pas suffisant pour éviter des cessations d’activités”, a-t-il reconnu.

L’hécatombe a déjà frappé: quelque “20% des éleveurs” porcins de la région, qui représente 58% de la production nationale de porcs charcutiers, “ont déjà arrêté ou devraient déposer le bilan”, affirme Didier Lucas. Sans compter les autres 20% “qui approchent de la zone rouge”. “Chaque jour, on a connaissance autour de nous de gens qui arrêtent”, confirme Paul Auffray, président de la Fédération nationale porcine (FNP), affiliée à la FNSEA, le syndicat agricole majoritaire.

En cause, notamment, un prix au cadran tombé début janvier à 1,07 euro le kilo de viande de porc, sous l’effet conjugué de l’embargo russe sur l’agroalimentaire européen, de la guerre des prix dans la grande distribution et de la perte de compétitivité de la filière porcine française. Un montant largement insuffisant pour couvrir les coûts de production des éleveurs et leur permettre de se dégager un salaire.

Lire la suite sur boursorama

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x