Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Michael Pento: « le monde entier s’effondre autour d’elle ! »

janet-yellenAujourd’hui, l’un des meilleurs économistes au monde a transmis au site King World News l’extrait d’un article percutant où il averti d’une intensification de l’effondrement mondial qui nous emmène en terrain inconnu.

Ci-dessous, cette extraordinaire note de Michael Pento.

De Michael Pento des stratégies du portefeuille Pentole monde entier s’effondre autour d’elle

Selon le département du travail américain (Bureau of Labor Statistics-BLS), il y eu 151.000 créations d’emplois en Janvier et le taux de chômage est tombé à 4,9%. La hausse constante des créations d’emplois, la vigueur du marché du travail sont à l’origine de l’obsession qu’à la FED pour la courbe de Philips à maintenir le resserrement de la politique monétaire…

Cependant, non seulement la présidente de la réserve Janet Yellen se trompe sur l’origine de l’inflation, mais la Fed est également obsédée par la hausse de l’emploi qui n’est tout simplement pas réelle. Selon ce même rapport du département du travail américain, de Décembre 2015 à Janvier 2016, l’économie américaine a perdu 2,999,000 emplois, ce qui représente 2,08% de la population active. Or, le département du Travail est arrivé à un chiffre positif sur l’emploi parce que ce sont des données corrigées des variations saisonnières.

Sur une base désaisonnalisée, l’économie américaine a créé 413.000 emplois au cours de cette même période. Bien sûr, il est logique d’ajuster les données de l’emploi sur les embauches et licenciements autour de la période de Noël. Mais il est beaucoup plus sensé de regarder les données d’une année sur l’autre afin d’obtenir une évaluation plus précise du marché de l’emploi. De Décembre 2014 à Janvier 2015, l’économie avait perdu 2,820,000 emplois, soit 1,99%.

Par conséquent, l’économie a non seulement perdu 179.000 nouveaux emplois par rapport à la même période que l’année précédente durant les fêtes de fin d’année, mais elle a également subi un plus important pourcentage de pertes d’emplois qu’elle ne l’avait fait au cours de la même période.

Plus de fermetures de magasins et de licenciements

closedCe qui aggrave encore plus la situation des licenciements, c’est le nombre de sociétés de vente au détail qui ferment leurs magasins. Par exemple, Walmart ferme 154 magasins aux États-Unis et licencie 10.000 salariés. Il y a aussi environ 6000 autres grands détaillants qui ferment leurs boutiques. Cela signifie que l’essor du travail à temps partiel lié à la croissance de l’économie dans le commerce de détail, qui avait été la base des créations d’emplois depuis le début de la reprise licencie dorénavant à un rythme accéléré,

Et s’il vous plaît ne croyez pas que le taux de chômage de 4,9%(taux officiel basé sur l’indice U3) d’aujourd’hui soit comparable avec celui du passé. La dernière fois que le taux de chômage était équivalent à 4,9%, c’était en Février 2008. A cette époque, le taux de participation à la population active (LPR) était de 66 % et le ratio emploi/population (EPR) était de 62,8. Or le soit disant faible taux de chômage d’aujourd’hui est donné avec un taux de participation à la population active (LPR) de seulement 62,7 et un ratio emploi/population (EPR) de seulement 59,6.

Mais le point important à retenir ici, c’est qu’un faible taux de chômage ne peut jamais conduire à de l’inflation. Et c’est d’autant plus vrai lorsque ces créations d’emplois sont désaisonnalisées. Les squatters keynésiennes qui vivent au Federal Open Market Committee (FOMC) croient dogmatiquement que l’inflation est le résultat du plein emploi. Ce qu’ils ne comprennent pas, c’est que l’inflation est plutôt une question de perte de confiance dans la valeur de la monnaie. Et ça ne peut jamais être le résultat d’un faible taux de chômage.

Néanmoins, Yellen et ses drogués à la courbe de Philips ont clairement indiqué dans le Rapport semestriel de la politique monétaire de la FED au Congrès le 10 février 2016 que le FOMC serait favorable à une hausse des taux d’intérêt jusqu’à ce que le taux de chômage (U-3 / l’officiel) commence à remonter. Cela signifie que la Fed menacerait de continuer le resserrement de sa politique monétaire dans une dépression déflationniste mondiale naissante.

Le monde entier s’effondre autour d’elle

Mais Janet Yellen ne sera pas en mesure d’augmenter le taux directeur au-dessus des points 75 de base avant que l’économie mondiale ne s’effondre complètement. Peut-être que Janet Yellen essaie de gagner un peu plus de temps bien que le monde ne s’effondre autour d’elle. Mais nous savons tous qu’il ne faudra pas attendre bien longtetemps avant que la Fed se joigne au reste des banquiers centraux dans des programmes perpétuels de quantitative easing (QE:impression monétaire: planches à billets) et de taux d’intérêt négatifs .

Source: kingworldnews

avatar
  Subscribe  
Me notifier des