Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
Philippe Herlin: Alerte: un rapport pointe la fragilité des banques françaises
 

bank_collapseNous alertons souvent ici sur la fragilité des banques, entre autres des établissements français, qui se croient protégés avec leur modèle revendiqué de “banque universelle”. Il est heureux de voir des analyses indépendantes qui confirment ce point de vue, et c’est justement le cas du think tankGénération Libre qui vient de faire paraître le rapport Casser la rente bancaire française.

Les banques françaises seraient-elles atteintes de boulimie ? Comme le note le rapport, “Tout porte à croire que le système bancaire français a cru à une vitesse excessive” (p. 17).

Effectivement puisqu’il a doublé de taille entre 2001 et 2011 ! Le total du bilan des cinq grandes banques françaises (BNP Paribas, Société Générale, Banque Populaire-Caisse d’épargne, Crédit Agricole, crédit Mutuel) s’élevait à 6.300 milliards d’euros fin 2014, soit trois fois le PIB de la France. Aucun autre Etat de la zone euro ne compte autant de mastodontes financiers. Et dans ce bilan agrégé, les prêts et créances (le cœur de métier) en représente moins de la moitié, 48% exactement. Par contre, les placements financiers, par définition soumis aux variations de prix du marché, pèsent 35%… Face à ces risques, les capitaux propres s’élèvent à 330 milliards d’euros, soit 5,2% du bilan seulement. Un chiffre dans la moyenne des pays européens cependant, ce profil périlleux étant commun au secteur bancaire tel qu’il fonctionne aujourd’hui dans le monde.

Le rapport démystifie la réussite des banques françaises: leurs performances sont surtout dues à la garantie implicite dont elles bénéficient de la part de l’Etat. “La forte probabilité qu’un Etat ne laissera pas tomber ses grandes banques en cas de crise est perçue par le marché comme un gage de solvabilité qui assure aux établissements financiers des conditions de financement favorables” (p. 27). Cette “subvention implicite” est chiffrée à 48 milliards d’euros par an pour l’ensemble du système bancaire français. Résultat, “nos méga-banques ressemblent de plus en plus à des gros hedge funds” (p. 28) qui pratiquent la privatisation des profits (au lieu de renforcer leurs fonds propres) et la nationalisation des pertes (Dexia).

Le rapport déplore les pratiques anticoncurrentielles des banques qui génèrent des frais élevés. Le manque de concurrence dans la gestion des placements en assurance vie et en OPCVM réduit le rendement de cette épargne de 17 milliards d’euros. Autant de perdu pour les épargnants français ! Ainsi, “Il est toujours amusant d’entendre en France les grands dirigeants de banque, et le gouverneur de la Banque de France, appeler à la mise en œuvre de ‘réformes structurelles’, notamment sur le marché du travail et le marché des biens, permettant d’introduire plus de concurrence pour générer plus de croissance. Car pour ce qui les concerne, les grandes banques françaises détestent la libre concurrence.” (p. 36)

Enfin le rapport s’insurge contre la “capture du régulateur”, ce que l’on appelle plus communément le “capitalisme de connivence” entre les pouvoirs publics et les grandes banques : “Cette proximité devient excessive lorsqu’elle amène les responsables publics à ignorer les intérêts des autres parties prenantes du marché bancaire, à commencer par les clients et l’économie réelle, et à minorer les risques.” (p. 52)

Le rapport formule plusieurs propositions pour “casser les rentes du secteur bancaire” (séparation bancaire, renforcement de la concurrence, ubérisation), il passe à côté du danger que représente la directive BRRD, mais il formule cet avertissement salutaire : “Après la Grande crise de 2008, la minimisation des risques inhérents à la finance globalisée et au gigantisme bancaire n’est plus acceptable” (p. 52). En attendant que les banques se réforment (on peut rêver), l’épargnant aura la prudence de se débancariser, au moins en partie, pour s’orienter vers l’or physique, ce qu’il y a de plus solide face à la fragilité ambiante.

Source: goldbrokerGoldBroker.fr tous droits réservés

               
Le retour au Standard Or d’Antal Fekete                            Dernière intervention de P.Herlin sur l’or
                      

L’Or des Fous (Broché)


Prix habituel EUR 24,00
Neuf: EUR 24,00 EUR En stock
Used from: EUR 24,00 En stock
buy now

Guide de l’Investissement en Or et autres métaux précieux (Broché)


Prix habituel Price Not Listed
Neuf: 0 Non disponible
Used from: 0 En stock
buy now

L’effondrement du dollar et de l’euro et comment en profiter (Broché)


Prix habituel EUR 22,00
Neuf: EUR 22,00 EUR En stock
Used from: EUR 22,00 En stock
buy now

Guide d’investissement sur le marché de l’Or (Broché)


Prix habituel EUR 26,35
Neuf: EUR 26,35 EUR En stock
Used from: EUR 26,35 En stock
buy now

avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
2 Comment threads
2 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
morincontaerSébastien Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Sebastian Salmon
Membre

Oui, c’est bien ça le problème.

Sebastian Salmon
Membre

Oui, très bien mais une fois que j’ai acheté de l’or, j’en fais quoi ???

contaer
Invité
contaer

Tu le planques dans le lieu que tu penses le plus sûr… Le principal risque de l’achat d’or, c’est de se le faire voler.
Il n’y a aucune solution sans risque, la spoliation par les banques en est un, un crack boursier un autre, un crack immobilier un autre, le vol de métal précieux en est encore un autre.
le “jeu” c’est d’essayer d’équilibrer les risques et surtout de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Pour la répartition, c’est toi qui dois choisir…

morin
Invité
morin

En tout cas si vous achetez de l’or ne le mettez pas dans une banque,si celle ci fait faillite vous perdrez tout ,pour la bonne raison que selon la législation Française : “”possession vaut titre “””. C’est celui qui a chez lui les objets ou marchandise qui est censé en être le propriétaire ,la seule solution pour récupérer le bien que vous avez mis en dépot chez un parent,un ami ou une banque et que ces personnes font faillite ,c’est de déposer plainte au tribunal. C’est alors qu’en fait ,de victime ,vous passerez au statut de suspect, puisque ce sera… Read more »