Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Ces pays sauvés du Covid par la fermeture de leurs frontières

De par l’isolement ainsi que par les fermetures des frontières, regardez comment ces nations insulaires ne sont pas atteintes par le COVID-19 et les répercussions économiques.

Alors que plus de 31 200 000 cas de COVID-19 sont avérés à l’heure actuelle au niveau mondial, certaines îles insulaires du Pacifique ne sont pas touchées par cette pandémie. Il s’agit des îles Samoa, Tonga, Marshall, Kiribati, Micronésie, Nauru, Palau, Vanuatu et les îles Salomon.

Selon le Sydney Morning Herald, la raison pour laquelle ces petites îles n’ont pas été touchées est qu’elles ont rapidement fermé leurs frontières dès le début de cette année après avoir réalisé que leur système de santé était sous-équipé pour faire face à cette pandémie et malgré qu’elles subissent le réchauffement climatique quotidiennement.

L’épidémiologiste en santé publique de l’Australia Pacific Security College a déclaré au Herald que la décision des petites nations insulaires de fermer leurs frontières était la bonne.

Par ailleurs, le directeur de la santé publique du Vanuatu, le Docteur Len Tarivonda, a déclaré à la BBC : “Si le virus arrive, ce sera probablement comme un feu de forêt et ce que nous voyons en Papouasie-Nouvelle-Guinée reflète la raison de notre inquiétude.” “Il ne fait aucun doute que les fermetures de frontières ont joué un rôle essentiel pour empêcher que COVID-19 ne s’installe dans le Pacifique.” « Etant donné nos limites [en matière de soins de santé] et le contexte que nous avons dans le Pacifique, la meilleure solution est de garder le virus à l’écart aussi longtemps que possible ».

Cependant, la fermeture des frontières a eu quelques inconvénients puisque certains de ces pays dépendent du tourisme et ne peuvent plus le faire. Par exemple Palau, une nation de moins de 20 000 habitants, dépend du tourisme représentant 40 % de son PIB selon la BBC.
Les îles Marshall devraient perdre plus de 700 emplois, toujours selon la BBC, ce qui représente la plus grande perte d’emplois depuis 1997, dont 258 dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration.

Malgré cela, le Dr Len Tarivonda, a déclaré à la BBC que, malgré les pertes touristiques, beaucoup de gens ne voulaient toujours pas que les frontières s’ouvrent.

« Si vous leur parlez, la majorité des gens disent qu’il faut garder la frontière fermée le plus longtemps possible. Ils disent : « Nous ne voulons pas de la maladie, sinon nous sommes condamnés », a-t-il déclaré.

Certaines nations du Pacifique craignent de s’ouvrir trop tôt après l’ouverture de la Polynésie française en juillet pour aider son secteur touristique en difficulté, ce qui a entraîné des épidémies rapides de COVID-19, selon The Guardian.

Il s’agit maintenant de déterminer quand et comment ouvrir les frontières et de veiller à ce que les organismes travaillant en premières lignes tels que les fonctionnaires de douane et de l’immigration soient aussi bien préparés que possible.

Charles SANNAT

Source: insolentiaeVoir les précédentes interventions de Charles Sannat

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x