Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Le Télétravail sujet brulant et désaccords persistants entre le MEDEF et les syndicats

Syndicats et patronat s’opposent sur l’avenir du télétravail.

Alors que le Medef et la CPME proposent un simple « diagnostic » pour tirer le bilan du télétravail massif expérimenté durant le confinement, les syndicats demandent un nouvel accord national permettant de mieux protéger les salariés contre certaines dérives.

Si sous la pression des syndicats les organisations patronales ont accepté d’ouvrir une « négociation » sur le télétravail ce sera selon Hubert Mongon, le négociateur du Medef, un accord qui ne serait « ni normatif » « ni prescriptif ».

Bon en gros un accord qui ne servirait à rien.

Il faut dire que pour le patronat français, le télétravail, c’est vécu plus comme des travailleurs devant la télé assis dans leur canapé que comme des travailleurs qui travailleraient à distance.

On touche ici et c’est assez remarquable de le voir, à la résistance au changement… des patrons !

Pour se sentir chef, et « cheffer », il faut avoir des « sous-fifres » appelés employés. Un chef tout seul dans son salon ne se sent plus chef de rien. Très dur à vivre pour son égo.

Mais ce n’est pas là la seule raison.

La seconde est l’absence totale de confiance des patrons dans leurs troupes !

Un bon salarié qui travaille est un salarié à portée de « fouet » donc au bureau sous l’œil acéré d’un capo, pardon d’un autre collaborateur (à qui on fait croire qu’il a de l’avenir appelé carrière) nommé « Manager ».

Plus sérieusement, il se pose la question fondamentale du management et du contrôle de l’activité menée à distance, sans oublier la nécessité de construire des relations d’équipes et la bonne collaboration de tous avec chacun.

C’est évidemment complexe, mais c’est pourtant vers ces nouvelles manières de travailler que le monde évolue, et vite. Ce sont des méthodes de management agiles, basées sur la confiance, le contrôle et les objectifs.

La contrepartie de la liberté est un très fort engagement dans les résultats à obtenir.

Le patronat français, ne sait pas par quel bout prendre le télétravail et s’arcqueboute sur ses vieilles méthodes.

Nous avons l’un des patronats les plus mauvais et les plus rétrograde au monde. Toujours prompts à expliquer aux gueux qu’il ne faut pas avoir peur du changement…

Faites ce que je dis, pas ce que je fais.

Hahahahahahahahaha…

Charles SANNAT

Source: insolentiaeVoir les précédentes interventions de Charles Sannat

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
razaras
razaras
27 jours plus tôt

Il ne faut pas se faire d’illusions, ormis l’avantage de la suppression du temps de transport, ce n’est pas un avantage du tout…. J’ai discuté avec des personnes qui font du télétravail comme moi: La plupart travaillent plus qu’au bureau….j’en connais une qui a fait un burn-out…elle se faisait appeler par sa chef à 23:00. On a pas d’horaires, on est obligé d’acheter le matériel ergonomique tel que le siège…(250€ chez Ikea)….il faut payer l’abonnement ADSL, il faut avoir la place chez soi…ce sont des économies énormes de frais fixes pour les entreprises….pas de locaux, pas chauffage, éclairage, nettoyage, restauration…en… Read more »

1
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x