30 % des DRH face aux salariés qui ont déménagé !

Avec la nouvelle étape de déconfinement qui approche, c’est également la fin du télétravail pour beaucoup et 30 % des DRH ont découvert, effrayés, et effarés, que de très nombreux salariés s’étaient fait la malle et avaient déménagés, notamment en province, en quittant Paris et d’une façon générale les grandes agglomérations.

Le phénomène est également très fort et similaire aux Etats-Unis, ou à New-York les grandes tours de bureaux sont essentiellement vides de leurs employés partis au vert.

« Tout le monde a envie de retrouver ses collègues », a lancé Elisabeth Borne… Moi, je n’en suis pas si sûr, et si c’était véritablement le cas, elle n’aurait pas besoin de le dire si fort. C’est du syndrome frites Mac Cain !

« 30 % des DRH sont confrontés à des salariés qui ont déménagé pour changer de ville et qui les mettent devant le fait accompli », révèle la patronne des DRH Audrey Richard.

Mais tous les salariés ne sont pas prêts à renoncer à l’autonomie acquise pendant la pandémie. « Il n’y aura pas de retour en arrière possible. L’organisation de demain sera forcément hybride, entre travail en présentiel et à distance. D’ailleurs, le détail des accords de télétravail est aujourd’hui scruté par les candidats lors des entretien », a estimé dimanche 6 juin dans Le Parisien la présidente de l’ANDRH (Association nationale des directeurs des ressources humaines), Audrey Richard, qui indique que « 30 % des DRH sont confrontés à des salariés qui ont déménagé pour changer de ville et qui les mettent devant le fait accompli ».

Les salariés « nous disent : ‘Regardez, je sais faire mon boulot chez moi et je suis plus productif’. On ne peut pas leur dire le contraire », explique Audrey Guidez, DRH du groupe Aliénor, dans le quotidien. « Avant la crise, le télétravail n’était pas du tout dans notre culture, mais ça va le devenir. Les salariés ont prouvé qu’ils savaient le faire et se sont mobilisés pour répondre aux défis imposés par le contexte », témoigne de son côté une manageuse de Total, qui estime que l’entreprise « va faire en sorte de maintenir une journée ou deux par semaine à la maison », ce qui « sera bénéfique pour l’entreprise et pour la vie familiale ».

Le 2 +3

Les entreprises savent qu’elles vont devoir accompagner ce mouvement.

Elles essaieront d’établir la règle des deux jours de télétravail et 3 jours au bureau ce qui permettra également de réduire considérablement le besoin de surface et de locaux et donc les frais généraux.

Cela va donc impacter considérablement les usages immobiliers aussi bien professionnels que particuliers.

Les maisons à la campagne vont reprendre progressivement vie.

L’exode urbain vient de commencer, et c’est en réalité une excellente nouvelle.

Charles SANNAT

« Insolentiae » signifie « impertinence » en latin

Pour m’écrire [email protected]

Pour écrire à ma femme [email protected]

Vous pouvez également vous abonner à ma lettre mensuelle « STRATÉGIES » qui vous permettra d’aller plus loin et dans laquelle je partage avec vous les solutions concrètes à mettre en œuvre pour vous préparer au monde d’après. Ces solutions sont articulées autour de l’approche PEL – patrimoine, emploi, localisation. L’idée c’est de partager avec vous les moyens et les méthodes pour mettre en place votre résilience personnelle et familiale.

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (JFK)

Source: insolentiaeVoir les précédentes interventions de Charles Sannat

Retour au standard or
L'or, un placement d'avenir
Investir sur le marché de l'or : Comprendre pour agir
Histoire de l'argent
Géopolitique de l'Or: Le métal jaune au cœur du système international
Retour au standard or
L'or, un placement d'avenir
Investir sur le marché de l'or : Comprendre pour agir
Histoire de l'argent
Géopolitique de l'Or: Le métal jaune au cœur du système international
21,00 EUR
15,00 EUR
75,53 EUR
25,00 EUR
25,00 EUR
Retour au standard or
Retour au standard or
21,00 EUR
L'or, un placement d'avenir
L'or, un placement d'avenir
15,00 EUR
Investir sur le marché de l'or : Comprendre pour agir
Investir sur le marché de l'or : Comprendre pour agir
75,53 EUR
Histoire de l'argent
Histoire de l'argent
25,00 EUR
Géopolitique de l'Or: Le métal jaune au cœur du système international
Géopolitique de l'Or: Le métal jaune au cœur du système international
25,00 EUR

Un commentaire

  1. Dans un monde où la mobilité va décroitre progressivement au cours du siècle faute de pétrole, cette logique d’éloignement de son lieu de travail est quand même un étonnant pari.
    Qu’on le fasse à 50 ans, avec une ancienneté importante et ses arrières assurés, soit. Mais à 30 ?
    Il peut y en avoir des changements dans le monde du travail sur quatre décennies… et pas certain que l’on soit en mesure de négocier à vie son 2+3, même à isoposte, isosalaire et isoboîte, alors dans d’autres circonstances.

    Ça ne vous interroge pas ça M. SANNAT ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page