« Pourquoi en 2021 les études ne servent à rien ? » L’édito de Charles SANNAT

Mes chères impertinentes, chers impertinents,

A quoi servent les études ?

Parfois à avoir une très belle « situation », ou plus modestement « un travail ». Mais ce n’est pas une assurance, pas plus une garantie.

Notre génération, je parle des 45/55 ans a vécu dans un monde où les études étaient une évidence, une chance, les études supérieures étaient le « graal » pour toutes les familles et pour tous les jeunes car effectivement elles assuraient un meilleur statut social.

Pourtant les choses ne restent jamais invariables ou intangibles.

Et si les études ne servaient plus à rien en 2021 !

Enfin, pas forcément toutes les études, mais un certain nombre au moins.

Pour cela, il faut se demander quel est l’espérance de trouver un travail après un bac +5 puis savoir quel est le salaire moyen de ceux qui en font et de ceux qui n’en font pas, sans oublier, le coût des études sur la durée afin de pouvoir calculer la différence et donc le RSI, le retour sur investissement des études supérieures.

Loin d’être positif dans tous les cas, je vous propose de penser les études et d’avoir une réflexion peut-être moins systématique.

Les études c’est bien, mais ce n’est pas forcément l’alpha et l’oméga d’une vie riche et heureuse.

Je partage ici, avec vous, quelques considérations personnelles et économiques à ce sujet qui vont tordre le cou à quelques idées reçues en ce qui concerne les études supérieures et les Bac+5 bidons, promesse démagogique de lendemains qui ne chanteront pas, et où de pauvres jeunes qui « pensent valoir » découvrent stupéfait, que « ON » leur a menti, qu’ils ne valent pas grand-chose, qu’ils ne savent pas faire grand-chose, et que les salaires sont miteux.

Un bac +5 en poche, mais un diplôme de la déception.

Cela se voit sans problème et sans hésitation dans les chiffres.

Les études ne payent plus, alors ce n’est pas qu’il ne faut pas en faire, c’est qu’il faut faire des choix sans naïveté et économiquement efficients pour les familles.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.

Préparez-vous !

Charles SANNAT

« Insolentiae » signifie « impertinence » en latin

Pour m’écrire [email protected]

Pour écrire à ma femme [email protected]

Vous pouvez également vous abonner à ma lettre mensuelle « STRATÉGIES » qui vous permettra d’aller plus loin et dans laquelle je partage avec vous les solutions concrètes à mettre en œuvre pour vous préparer au monde d’après. Ces solutions sont articulées autour de l’approche PEL – patrimoine, emploi, localisation. L’idée c’est de partager avec vous les moyens et les méthodes pour mettre en place votre résilience personnelle et familiale.

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (JFK)

Source: insolentiaeVoir les précédentes interventions de Charles Sannat

Retour au standard or
L'or, un placement d'avenir
Investir sur le marché de l'or : Comprendre pour agir
Histoire de l'argent
Géopolitique de l'Or: Le métal jaune au cœur du système international
Une économie au pur standard Or
Retour au standard or
L'or, un placement d'avenir
Investir sur le marché de l'or : Comprendre pour agir
Histoire de l'argent
Géopolitique de l'Or: Le métal jaune au cœur du système international
Une économie au pur standard Or
21,00 EUR
15,00 EUR
45,41 EUR
25,00 EUR
25,00 EUR
24,00 EUR
Retour au standard or
Retour au standard or
21,00 EUR
L'or, un placement d'avenir
L'or, un placement d'avenir
15,00 EUR
Investir sur le marché de l'or : Comprendre pour agir
Investir sur le marché de l'or : Comprendre pour agir
45,41 EUR
Histoire de l'argent
Histoire de l'argent
25,00 EUR
Géopolitique de l'Or: Le métal jaune au cœur du système international
Géopolitique de l'Or: Le métal jaune au cœur du système international
25,00 EUR
Une économie au pur standard Or
Une économie au pur standard Or
24,00 EUR

2 commentaires

  1. La bonne amie de mon fils en est au stade de la production de thèse.
    ON LUI COURE APRÈS sans qu’elle n’ait jamais eu à chercher un emploi.
    De toute façon, elle fait ses 3 ans de thèse et un an de plus post-grade à l’EPFL et après, elle triera dans le tas.
    Bien sûr, elle ne fait pas « médecine », ni « pharma ».
    Elle aura donc fini ses études à 33 ans.
    C’est sûr qu’elle devra avoir un salaire décent pour compenser le raccourcissement de la durée de sa vie professionnelle, mais au vu des boîtes qui lui courent après, je crois que ce ne sers pas un problème.
    Évidemment, ça dépend du domaine choisi, et le sien est tellement pointu que je ne sais même pas comment l’écrire.
    Enfin, on a besoin de ces gens-là pour les envoyer dans la station spatiale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page