18 C
Paris
jeudi, juillet 25, 2024

LE MARCHE DE L’IMMOBILIER EN BERNE : « La faillite de WEWORK a provoqué une ONDE DE CHOC dans le monde entier…Il y a de moins en moins de LOCATAIRES et ça coûte trop CHER !!! »

NOS SOLUTIONS

A LA UNE

LES DERNIÈRES VIDÉOS

L’onde de choc provoquée par la faillite de « WeWork » la semaine dernière continue de se répercuter sur le marché de l’immobilier commercial, laissant les propriétaires de bureaux du monde entier trembler de peur à l’idée de perdre l’un de leurs plus gros locataires.

En particulier sur les marchés de premier ordre tels que New York, San Francisco, Londres et Paris, « WeWork » a joué un rôle démesuré sur le marché de la location de bureaux, occupant de vastes étendus d’espaces de bureaux haut de gamme.

Selon « Bloomberg », « les emplacements dormants à New York dominent une liste de près de 70 baux que le géant du coworking a l’intention de résilier, selon des documents judiciaires. Les quelque 40 contrats en cause incluent des espaces près d’Union Square et au Fulton Center, un centre de vente au détail et de transit à le centre-ville de Manhattan. »

Comme le rapporte Felix Richter de « Statista », la disparition de WeWork arrive au pire moment possible pour les propriétaires, qui ont déjà du mal à trouver des locataires, car de nombreuses entreprises réduisent l’empreinte de leurs bureaux pour réduire les coûts et s’adapter au monde postpandémique du travail hybride.

Selon le spécialiste de l’immobilier Jones Lang LaSalle (JLL) , les taux d’inoccupation des bureaux sont plus élevés que jamais, et atteignent 21 % aux États-Unis et au Canada au troisième trimestre 2023 et 16 % au niveau mondial, c’est-à-dire sur plus de 100 marchés analysés par « JLL Research ». Dans les deux cas, cela représente une augmentation de 60 % par rapport aux taux d’inoccupation d’avant la pandémie, qui s’élevaient respectivement à 13 et 10 % en Amérique du Nord et dans le monde au troisième trimestre 2019.

Fin juin, « WeWork » exploitait 906 000 postes de travail sur 777 sites dans 39 pays, avec des obligations de location totales (actuelles et à long terme) s’élevant à 14,2 milliards de dollars.

Bien que l’on ne sache pas exactement ce qu’il adviendra de ces sites après la faillite, les propriétaires semblent certains de perdre une grande partie de leurs baux convenus et de se retrouver avec une offre encore plus excédentaire d’espaces de bureaux de premier ordre.

En juin 2022, l’entreprise louait près de 20 millions de pieds carrés de bureaux aux États-Unis. Et ce qui se passe à New York va arriver dans une ville proche de chez vous, croyez-moi.

Il y a quelques semaines, Scott Rechler, président-directeur général de « RXR Realty », a averti que la crise de la « CRE » ne faisait que commencer…

Source: zerohedge

1 COMMENTAIRE

  1. Le marché de l’immobilier professionnel a muté du fait de l’instauration du télétravail dans beaucoup d’entreprises.
    Je connais des sociétés qui manquent de place dans leurs locaux mais qui font avec en organisant la rotation des employés en présentiel et de ceux en télétravail.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici


LES PLUS POPULAIRES 🔥

Investissez dans L'Or via notre partenaire de confiance "L'once d'Or".

X