27.1 C
Munich
mardi, juin 25, 2024

VOUS VIVREZ TOUS DANS DES TINY HOUSES : « Vous ne possèderez plus RIEN et vous serez HEUREUX ! » C’est la phrase fétiche des élites du WEF qui anticipent notre AVENIR !!!

NOS SOLUTIONS

A LA UNE

LES DERNIÈRES VIDÉOS

Ces dernières années, la « vie en camionnette », la « vie en voiture » et les « tiny houses » sont devenues des sujets extrêmement brûlants sur les réseaux sociaux. Les Milléniaux et la génération Z sont particulièrement désireux d’essayer ces modes de vie « minimalistes ». À une époque où les prix de l’immobilier ont atteint des niveaux absurdes et où le coût de la vie est devenu extrêmement oppressant, il peut être très tentant d’adopter un mode de vie à faible coût. Mais il est également important de comprendre que les élites encouragent fortement ces tendances. S’ils pouvaient permettre à la plupart d’entre nous de vivre heureux dans des petites maisons et des véhicules électriques, ils en seraient très heureux. Voyez-vous, la vérité est que plus nos espaces de vie sont petits, moins nous produirons d’émissions de carbone, et c’est précisément ce qu’ils veulent.

Aujourd’hui, des millions d’Américains n’ont pas les moyens d’acheter une maison normale et nous sommes donc plus nombreux que jamais à nous tourner vers les « petites maisons ».

Une « petite maison » peut mesurer entre 9 et 35 mètres carrés, et Airbnb propose aujourd’hui des milliers d’annonces de ce type.

Il a été rapporté que 55 % des propriétaires de petites maisons sont des femmes, et 56 % de tous les Américains déclarent qu’ils envisageraient réellement de vivre dans une de ces petites maisons.

Le plus grand attrait de vivre dans une petite maison est son coût. On estime que le coût moyen d’une petite maison n’est que de 52 000 dollars, soit « 87 % moins cher que le prix moyen d’une maison américaine typique »…

Le coût moyen d’une petite maison est de 52 000 $, soit 87 % moins cher que le prix moyen d’une maison américaine typique. Construire ou acheter une « tiny house » nécessite beaucoup moins de capital qu’une maison standard. Cette différence de prix significative permet à davantage d’Américains d’accéder à la propriété sans contracter de prêt hypothécaire onéreux.

Si vous êtes très stressé financièrement, je peux tout à fait comprendre pourquoi une telle option semble intéressante.

Il n’est certainement pas facile de vivre un style de vie typique de la classe moyenne dans le monde d’aujourd’hui.

Une femme qui vit maintenant dans une maison de 28 mètres carrés faite de bottes de paille et d’épis dit que sa vie « semble radicalement différente » par rapport à l’époque où sa famille vivait dans une grande maison de quatre chambres…

Il y a dix ans, je vivais une vie typique de banlieue à la périphérie de Denver. Mon mari, Casey, et moi étions tous deux enseignants. Nous vivions dans une maison de quatre chambres avec une petite cour où nos deux enfants aimaient jouer.

Aujourd’hui, notre vie est radicalement différente. Nous vivons entièrement hors réseau dans une maison de 28 mètres carrés que nous avons construite à partir de bottes de paille et de torchis, un matériau de construction naturel fabriqué à partir de terre, d’eau et d’autres matières organiques. Nous dépendons de l’énergie solaire pour l’électricité et de la récupération de l’eau de pluie, et nous utilisons des toilettes sèches pour créer de l’« humanité » – un compost fabriqué à partir de déchets humains.

Si c’est ce qui la rend heureuse, tant mieux pour elle.

Mais ne laissez pas l’élite vous pousser à adopter un tel style de vie.

Les élites promeuvent depuis très longtemps le concept des petites maisons. Par exemple, ce qui suit provient du site officiel du WEF

L’intérêt grandit pour les petites maisons – des unités d’habitation habitables qui mesurent généralement moins de 35 mètres carrés. Une grande partie de cet intérêt est motivée par la couverture médiatique affirmant que vivre dans des petites maisons est bon pour la planète.

La raison pour laquelle ils aiment autant les petites maisons est parce qu’ils croient qu’elles sont bonnes pour l’environnement.

En fait, le même article que je viens de citer plus haut affirme que pour ceux qui ont emménagé dans des minimaisons, « l’empreinte écologique a été réduite d’environ 45 % en moyenne»…

J’ai découvert que parmi 80 petites maisons aux États-Unis, l’empreinte écologique était réduite d’environ 45 % en moyenne. Étonnamment, j’ai découvert que la réduction des effectifs peut influencer de nombreux aspects du mode de vie d’une personne et réduire les impacts sur l’environnement de manière inattendue.

La « vie en van » est un autre style de vie devenu extrêmement tendance ces dernières années.

À une époque, les gens méprisaient ceux qui « vivent dans une camionnette au bord de la rivière », mais aujourd’hui, des millions d’Américains ne rêvent que de ça…
« Van life » ou « van living » est un terme qui devient de plus en plus populaire dans tout le pays. Les gens bouleversent leur vie, emménagent dans une unité mobile et explorent les États.

Selon « Yahoo Finance », le nombre de condamnés à perpétuité américains en camionnette a augmenté de 63 % au cours des deux dernières années, passant de 1,9 million en 2020 à 3,1 millions en 2022.

J’ai été stupéfait lorsque j’ai vu ces chiffres pour la première fois.

Inutile de dire que ne pas avoir d’hypothèque ou de loyer est un gros plus.

Mais un tel mode de vie présente de nombreux inconvénients.

Pour une femme, utiliser régulièrement les toilettes publiques était quelque chose dont elle ne pouvait tout simplement pas se remettre lorsqu’elle essayait la « vie en van »…

Je me suis arrêtée dans une station-service Shell dans mon camping-car Ram ProMaster de location.

Une fois garé, je me suis dirigé vers le dépanneur et me suis dirigé vers la salle de bain.

À l’intérieur, il y avait une puanteur impossible à décrire. Le papier toilette recouvrait le sol des toilettes et le pipi recouvrait le siège des toilettes. J’ai utilisé la salle de bain aussi vite qu’il était humainement possible.

Je ne peux certainement pas lui en vouloir.

La plupart des toilettes publiques le long de nos principales autoroutes sont tout simplement dégoûtantes.

Et à mesure que le nombre d’Américains vivant dans leurs camionnettes s’est multiplié, de nombreuses communautés en ont eu assez. Voici un exemple frappant

La ville de Saint-Pétersbourg s’efforce d’effacer ce qu’on appelle les plaies oculaires du centre-ville.

Jeudi après-midi, les dirigeants de la ville examineront de plus près la « vie en camionnette » et les endroits où les conducteurs peuvent installer leur camp.

Cela survient après que de nombreuses plaintes ont été déposées dans la ville par des habitants des limites de la ville, affirmant que les camping-cars surdimensionnés, les gros bus et les fourgonnettes aménagées prennent trop de place et s’installent pendant trop longtemps.

Malheureusement, à mesure que les conditions économiques se détériorent, de plus en plus d’Américains choisiront de vivre dans leur véhicule.

En fait, la « vie en voiture » est désormais saluée par beaucoup sur les réseaux sociaux comme une alternative encore moins chère à la « vie en camionnette »…

Le YouTubeur Michael Hickey – probablement expulsé du sous-sol de ses parents – a construit un lit dans sa Kia Rio 2009. Il a déclaré que cette option lui permettait de « vivre sans loyer » et de parcourir le pays.

Dans la vidéo, Hickey a déclaré que les meilleurs parkings où dormir sont ceux appartenant aux restaurants Cracker Barrel. Il fait ses courses dans les supermarchés et prépare ses repas sur place, sur le parking, sur une cuisinière portative.

Quant à la douche, il utilise un réseau de salles de sport « Planet Fitness » pour faire de l’exercice et se doucher.

Pour gagner de l’argent, il travaille en parallèle, comme avec « DoorDash » et « Instacart ».

Hickey n’est pas seul. Des tonnes d’autres membres de la génération Z publient leurs histoires de vie dans des voitures sur YouTube.

Avez-vous déjà imaginé que nous verrions un jour le mode de vie des SDF ( dans leur véhicules) comme étant une façon presque « à la mode » ?

Mais ça y est, nous y sommes.

Des millions de personnes au bas de la chaîne alimentaire économique tentent de tirer le meilleur parti d’une situation catastrophique.

Malheureusement, la vie en Amérique va devenir beaucoup plus dure au cours des années très douloureuses qui s’annoncent.

Alors, que feront les jeunes une fois que la « vie en camionnette » et la « vie en voiture » deviendront trop chères ?

Il ne reste plus qu’un pas à descendre, c’est de vivre dans la rue…

Source: theeconomiccolapseblog

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici


LES PLUS POPULAIRES 🔥

Investissez dans L'Or via notre partenaire de confiance "L'once d'Or".

X