16.1 C
Munich
samedi, juin 15, 2024

La Déchéance de l’Empire Américain : Leçons de la Chute de Rome

NOS SOLUTIONS

A LA UNE

LES DERNIÈRES VIDÉOS

Au début des années 400, l’Empire romain était en train de s’effondrer et avait désespérément besoin d’un leadership fort et compétent. Théoriquement, Honorius aurait dû être l’homme idéal pour ce rôle. Né dans la maison royale de Constantinople, Honorius avait été formé pour gouverner dès sa naissance par les meilleurs experts du royaume. Pourtant, Rome allait bientôt découvrir que son dirigeant était faible, déconnecté et inapte.

Les Erreurs de Leadership de Honorius

Traités de Paix Imprudents

Honorius a conclu des traités de paix insensés qui ont renforcé les ennemis de Rome. Il a versé des sommes énormes à certains de leurs rivaux les plus puissants en échange de presque rien. Il n’a fait pratiquement aucun effort pour sécuriser les frontières de Rome, laissant l’empire vulnérable aux attaques barbares.

Conséquences Économiques et Militaires

L’inflation était élevée. Les impôts étaient élevés. La production économique a diminué. La puissance militaire romaine a décliné. Tous les adversaires étrangers de Rome étaient enhardis. Pour un observateur occasionnel, il semblait presque que Honorius faisait exprès d’affaiblir l’Empire.

L’Invasion d’Alaric

En 408, le roi barbare Alaric a envahi l’Italie. Les défenses impériales étaient si inexistantes que les historiens de l’époque ont décrit la marche d’Alaric vers Rome comme non opposée et décontractée, comme s’ils étaient « à un festival » plutôt qu’à une invasion. Alaric et son armée sont arrivés à Rome à l’automne 408 après J.-C. et ont immédiatement coupé les approvisionnements. Les résidents ont rapidement commencé à mourir de faim, certains recourant même au cannibalisme.

Le Rachat de Rome

Au lieu d’envoyer des troupes pour combattre, Honorius a accepté de payer une énorme rançon à Alaric, comprenant 5 000 livres d’or, 30 000 livres d’argent et des tonnes d’autres biens réels et marchandises. Les Romains ont dû fondre leurs sanctuaires et statues pour payer cette rançon. Ironiquement, l’une des statues fondues était un monument à Virtus, le dieu romain du courage et de la force, ce qui a conduit l’historien Zosimus à conclure que « tout ce qui restait de la vaillance et de l’intrépidité romaines était totalement éteint. »

Le Déclin de la Puissance Romaine

Rome a passé deux siècles à être la superpuissance incontestée. Cependant, au moment où Rome a été rançonnée en 408 (puis pillée en 410), il était évident pour tous que l’Empereur n’avait plus de contrôle sur le pouvoir. Avant longtemps, la plupart des terres de l’Ouest autrefois dominées par Rome étaient sous le contrôle de divers tribus et royaumes barbares.

Parallèle avec les États-Unis

Déclin de l’Hégémonie Américaine

Aujourd’hui, les États-Unis sont dans une situation similaire. Depuis des décennies, les États-Unis ont été la superpuissance dominante. Cependant, à l’instar de Rome à la fin de son empire, les États-Unis sont clairement en déclin. La dette nationale est hors de contrôle, augmentant de trillions de dollars chaque année. La croissance de la dette dépasse de loin la croissance économique.

Crises Sociales et Politiques

Les États-Unis sont confrontés à de nombreuses crises sociales : procureurs publics qui refusent d’appliquer la loi, instrumentalisation du système judiciaire, fiasco à la frontière sud, taux de natalité en baisse, et divisions sociales extraordinaires. De plus, le gouvernement dysfonctionnel ne parvient pas à s’accorder sur des questions cruciales, du budget au plafond de la dette.

L’Avenir de la Monnaie de Réserve

La déchéance de la puissance américaine se reflète également dans la diminution de la confiance mondiale en sa monnaie. De plus en plus de pays cherchent des alternatives au dollar américain comme monnaie de réserve mondiale. Cette tendance pourrait s’accélérer d’ici la fin de la décennie.

Conclusion

L’histoire de la chute de Rome offre des leçons précieuses sur les conséquences d’un leadership faible et d’une mauvaise gestion économique. Les États-Unis, autrefois la superpuissance incontestée, semblent suivre un chemin similaire de déclin. Cependant, en apprenant des erreurs du passé, il est peut-être encore possible de redresser la trajectoire et d’assurer un avenir plus stable et prospère.

1 COMMENTAIRE

  1. Pendant la dernière guerre mondiale, l’ennemie russe était principalement les allemands.
    Mais, actuellement, tous les pays de l’OTAN, avec comme chefs les anglo-saxons, sont de fait en guerre contre la Russie, pour l’instant seulement sur le territoire ukrainien.
    Et cela change complètement la façon de procéder pour vaincre.
    D’abord éliminer physiquement le plus possible de soldats du pays limitrophe le plus dangereux : dans notre cas c’est l’Ukraine.
    Donc ne surtout pas vaincre très rapidement l’Ukraine, car sinon les centaines de milliers de soldats nazis haineux seraient toujours en vie et représenteraient un très grand danger à tout moment. D’où le retrait des forces russes des alentours de Kiev au début de l’opération spéciale russe.
    Et rapidement, très solides retranchements des russes, qui ont ensuite décimé les abrutis d’ukrainiens qui ont attaqué aveuglément pendant presque deux ans.
    Et de nos jours, les fanatiques soldats nazis ukrainiens ayant été pratiquement tous tués, l’armée ukrainienne n’est que l’ombre d’elle-même, elle est en lambeaux.
    L’autre but sous-jacent très important également, était de pouvoir tester et de détruire le maximum des armements de tous les pays de l’Otan.
    Les deux buts principaux étant atteints, et comme les restes de l’armée ukrainienne se sont maintenant mis en position défensive, les russes sont obligés d’avancer afin d’obliger les ukrainiens d’envoyer leurs maigres réserves à l’abattoir.
    Cette tactique permet aux russes de tranquillement liquider autour de 2.000 soldats adverses par jour. Cela démontre que l’idée guerrière de Macron contre la Russie est l’un des plus grands bluffs de l’histoire de l’Humanité. En effet, la France possède une force combattante maximale d’environ quatre mille à six mille hommes, tous les autres militaires font partie de l’intendance, donc des non combattants. L’armée Française pourrait se battre pendant seulement deux à trois jours. Et après ce serait la capitulation sans condition !
    Les jours de l’armée ukrainienne sont comptés, et les choses sérieuses vont enfin commencer : la guerre mondiale entre l’Occident comprenant environ 12% du monde et avec les USA comme chef, et les 88% du monde derrière la Russie, la Chine, l’Iran, la Corée du Nord…
    Si cette année 2024 serait bien l’année prophétique de la troisième guerre mondiale, avec pluies abondantes et faibles récoltes, celle-ci devrait réellement débuter dans deux mois, courant juillet, après un assassinat d’un homme important dans les Balkans : l’assassinat du troisième messager de paix. Et comme les Ukrainiens, les Israéliens et les américains assassinent à tour de bras ces temps-ci…
    Mais préalablement au début de cette grande guerre généralisée, devraient s’être produits un brutal gigantesque effondrement économique mondial, et induites, de terribles guerres civiles/révolutions, surtout en Occident.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Accès illimité à des livres gratuits - Cliquez pour en profiter !

LES PLUS POPULAIRES 🔥

Investissez dans L'Or via notre partenaire de confiance "L'once d'Or".

X