23.4 C
Paris
jeudi, juillet 25, 2024

Immobilier, Atos, déficits : illusions de richesse à crédit

NOS SOLUTIONS

A LA UNE

LES DERNIÈRES VIDÉOS

En dépit d’avertissements sur les déficits – en raison des campagnes d’élections -, le marché de la dette montre peu d’inquiétude pour le moment.

Les taux sur les obligations du Trésor restent en-dessous des niveaux de fin 2023, comme vous le voyez ci-dessous.

Le gouvernement fait ainsi une émission de dette, malgré le risque de hausses de déficits à l’avenir. Les marchés achètent les obligations sans hésitations.

Les Echos :

“L’AFT a placé quasiment 10,5 milliards d’euros d’OAT à moyen terme et 2,25 milliards d’euros d’OAT indexées sur l’inflation, des montants qui correspondent aux bornes hautes des fourchettes annoncées vendredi dernier. Et la demande des investisseurs était en ligne avec celle des dernières adjudications. En moyenne sur les quatre adjudications de dette à 3, 5, 6 et 8 ans, elle est ressortie 2,4 fois supérieure au montant finalement émis.”

Le gouvernement reçoit le soutien de la banque centrale pour les émissions de dette…

Même l’abaissement de la note du pays, par Standard & Poor’s, en début du mois, fait peu de différence.

Octroi de crédits : illusion de richesse dans l’immédiat

Les budgets du gouvernement proviennent, à la fois des taxes, et de la dette…

L’octroi de crédits – au gouvernement, ou à des particuliers et entreprises – crée, dans l’immédiat, plus d’activité… et des hausses des coûts d’actifs, ou de salaires des travailleurs.

À l’inverse, lors du retrait des crédits – la baisse des émissions de prêts et des déficits du gouvernement -, l’économie connaît un ralentissement dans l’immédiat.

Comme les subventions et aides, les baisses de taux d’intérêt fournissent un gain à certains… en dépit de gâchis et de dégâts sur la durée.

Elles mettent aussi plus d’argent à disposition des financiers, pour les projets de dirigeants – l’hydrogène, les renouvelables, ou les usines à batteries.

Un dégonflement de bulle, avec le retrait de crédits, a lieu dans l’immobilier.

Le secteur connaît un ralentissement des achats, octrois de prêts, et de l’activité de construction.

En raison de la remontée des taux d’intérêts, les émissions de prêts baissent en vitesse.

Comme le montre le graphique ci-dessous, l’indice des créations de prêts tombe à 48 en mai, soit une baisse de 50 % de l’activité depuis 2020.

La chute du nombre d’emprunts mène à une baisse des prix, en particulier dans le neuf. Les promoteurs et constructeurs mettent fin aux projets de construction.

Le graphique ci-dessous de Insee montre l’activité dans la construction.

En particulier, la courbe bleue montre les mises en chantier. La courbe jaune montre la demande de logements dans le segment du neuf.

Dans l’immédiat, la création de crédits fournit l’impression d’un gain pour le particulier. Il en tire une hausse de budget pour l’achat du logement.

Atos : danger des illusions de la dette

De même, la débâcle d’un excès d’endettement frappe chez Atos… Après une baisse du titre de 98 % depuis 2020, les actionnaires risquent la perte du restant de la valeur de l’entreprise – un peu plus de 100 millions d’euros, contre 5 milliards de dette – au cours d’une liquidation.

Le problème provient des excès d’endettement sous l’ex-PDG, Thierry Breton… pour des acquisitions sans rentabilité à hauteur des coûts d’achat.

L’effondrement d’Atos montre les dangers des illusions…

La création de crédit génère une impression de richesse dans l’immédiat. Elle fournit un financement pour des achats de logements ou rachats d’entreprises…

De plus, elle paie pour les déficits du gouvernement, et fournit une illusion de création de richesse pour des particuliers et entreprises.

Dangers pour votre épargne

Les dirigeants promettent plus de dépenses… pas de coupes de budget. En effet, ils préfèrent les illusions de richesse à la réalité.

Au final, le particulier paie pour les illusions… d’un côté, il paie des taxes. De l’autre, la politique de création d’argent par la banque centrale mène à la dévaluation de l’épargne au fil du temps.

Comme l’écrit mon associée, Simone Wapler, aux lecteurs de notre blog :

“[Les] élections européennes donnent lieu en France à une surenchère de mauvaises idées de dépenses, à l’échelon européen cette fois, avec création urgente de multiples fonds, européens bien sûr.”

Simone offre un conseil :

“Pour éviter que votre épargne financière ne soit rongée par l’inflation, il vous faut donc des actions soigneusement choisies et de l’or.”

Je propose de vous envoyer tout de suite un dossier spécial… avec nos conseils sur comment vous placer sur l’or.

De l’or en attendant la tronçonneuse – ou la dévaluation

De plus, vous verrez un autre métal précieux – ni l’or, ni l’argent – qui devrait figurer dans votre portefeuille, selon mon équipe…

Ces types de placements peuvent à la fois vous protéger… et même mettre à profit les difficultés de l’euro – et de la plupart des devises autour du monde.

Le graphique ci-dessous résume le danger…

Tôt ou tard, les monnaies-papier finissent avec une valeur de 0.

La chute de l’euro réduit d’environ un tiers de la valeur à la monnaie depuis l’an 2000… et le déclin continue d’année en année.

Téléchargez votre dossier avec les 2 métaux à détenir (et comment les acheter)…

Vous verrez aussi d’autres idées d’investissements en mesure de porter fruit pendant la dévaluation des monnaies-papier.

Cliquez ici pour recevoir ces informations 100 % gratuites dans votre boîte mail.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici


LES PLUS POPULAIRES 🔥

Investissez dans L'Or via notre partenaire de confiance "L'once d'Or".

X