Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Les réserves de change de l’Algérie épuisées en 2016 ?
 

Algérie 1Selon les données du FMI reprises, dimanche 19 avril, par l’agence américaine Bloomberg, les réserves de change de l’Algérie ont baissé de 11,6 milliards de dollars en janvier 2015, soit la plus forte baisse mensuelle depuis plus 30 ans. A ce rythme, les avoirs du pays en devises étrangères seront consommés en 15 mois, analyse Bloomberg.

Plus forte baisse mensuelle en 30 ans

S’exprimant à l’occasion des « rencontres de printemps » du Fonds monétaire international (FMI), le Gouverneur de la Banque d’Algérie, Mohamed Laksaci a estimé que « la chute des prix du pétrole a érodé les réserves de change algériennes et la position budgétaire du pays », rapporte la même source.

En effet, avec des réserves évaluées à 179 milliards de dollars à la fin 2014, un tel rythme de dépenses, s’il est maintenu, conduirait à un épuisement des réserves de change en un peu plus d’un an.

Prix du pétrole : un plafond de 70 dollars

Interrogé sur son estimation du niveau des prix du pétrole d’ici un an, Laksaci a refusé de s’avancer. En revanche, le ministre des Finances nigérian, Ngozi Okonjo-Iwela évalue le prix du baril à une fourchette entre 60 et 70 dollars, toujours selon Bloomberg.

Le ministre nigérian a déclaré que « nous devrions envisager la situation (sur le marché, ndlr) comme un choc permanent », rapporte l’agence américaine. Ainsi, à en croire l’officiel du plus grand producteur pétrolier du continent, les prix du pétrole n’évolueront plus au-delà des 70dollars.

Une analyse partagée par le numéro 2 du FMI, David Lipton : « il vaut mieux considérer que ce sera durable, car cela vient du côté de l’offre » et d’ajouter que « cela ne va pas disparaitre simplement grâce à la reprise économique », toujours selon Bloomberg.

Par ailleurs, l’Algérie et le Nigéria souffrent beaucoup plus de la chute des prix du pétrole que des pays comme l’Arabie Saoudite et d’autres pétromonarchies du Golfe, en raison notamment « de leurs réserves de change plus petites », estime Bloomberg.

Source : T.S.A.

&……

Banque Nationale Algérienne (ph)

© koaci.com – Samedi 10 Janvier 2015 – Koaci.com apprends ce vendredi que les réserves Rechercher réserves de change de l’Algérie ont baissé de 10 milliards de dollars en six mois après une hausse Rechercher hausse continue depuis une dizaine d’années, en raison de la chute des prix du pétrole.

De 195 milliards de dollars fin mars 2014, ces réserves Rechercher réserves sont descendues à 193 milliards fin juin pour atteindre 185,2 milliards fin septembre, selon la source informative.

Fin 2006, elles s’établissaient à 77,8 milliards de dollars. Depuis, elles n’ont cessé d’augmenter, des hausses pouvant atteindre jusque 20 milliards de dollars par an.

L’envolée des importations Rechercher importations qui devraient s’élever à plus de 65 milliards de dollars en 2015, et la forte chute des cours pétroliers, principale ressource du pays, ont fortement contribué dans l’amenuisement des flux alimentant les réserves Rechercher réserves de change du pays.

Pour ne pas épuiser ses réserves Rechercher réserves de change dans l’hypothèse d’une poursuite de la baisse des revenus pétroliers, l’Algérie a décidé de contrôler rigoureusement son commerce international.

L’or noir Rechercher noir a perdu la moitié de son prix en six mois, tombant à moins de 50 dollars le baril ces derniers jours.

Source : Koaci.com

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x