Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Canada: Une faillite menace leur retraite

minière-cliffsLes chèques de centaines de retraités seront bientôt amputés d’environ 25 % à la suite de la faillite de la minière Cliffs Natural Resources. Plusieurs se retrouveront dans une situation financière critique.

«Je touche 998 $ bruts par mois de pension. Un an et demi après avoir pris ma retraite, j’ai eu le cancer. Si je n’avais pas été malade, je n’aurais pas eu besoin de débourser 1000 $ par année en médicaments. Je dois les payer de ma poche, car on nous a coupé l’assurance. Si t’es jamais malade, t’as pas de problème, mais ce n’est pas mon cas», a illustré Jean-Claude Pinette, retraité de Cliffs.

30 M$ de déficit

Le fonds de pension des retraités de Cliffs Natural Resources, une compagnie qui exploitait la mine de fer Scully au Labrador et une usine de bouletage à Sept-Îles, est sous-financé d’environ 30 M$. Comme la compagnie a fait faillite, il n’y a plus d’espoir de renflouer le fonds de pension et les retraités devront se serrer la ceinture.

À compter de février ou de mars, les chèques seront amputés d’environ 25 %, ce qui représente une perte de 2,2 M$ par année pour les 1688 retraités et travailleurs, dont 716 sont au Québec.

Comme les revenus de pension des retraités ne sont pas indexés au coût de la vie, les plus anciens prestataires sont susceptibles d’être fortement affectés par les coupes. Le comité des retraités cite en exemple un des membres qui touche sa pension depuis 30 ans.

«On estime qu’il a déjà perdu 30 % de son pouvoir d’achat et on parle de lui en retirer encore 20-25 % d’un coup. Il a le cancer et quand il reçoit ces lettres d’avis là, ça l’affecte. Sa femme me dit qu’il est en train de se laisser mourir. Il n’a plus le goût. Avec tout ce que ça va lui coûter par rapport à ses revenus, il se dit qu’à un moment donné, il serait mieux d’être mort», a tristement raconté René Richard, membre du comité des retraités de Cliffs.

Lire la suite sur journaldemontreal

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x