Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Avec 0,5% de croissance, c’est un désastre aux USA. … Avec 0,5% de croissance, c’est “TOP” en France.

hollande-obamaParce que ces messages sont concoctés spécialement pour nous. Ils nous sont adressés directement. Alors Pourquoi une telle différence d’appréciation ? … Que veut on nous faire croire ? … Pourquoi cette désinformation étatisée, reproduite indéfiniment par des pseudos économistes, qui ne sont là que pour nous faire avaler n’importe quoi !……. Et nous bourrer le crâne.

Selon notre article du 30 Avril 2016, concernant les USA

Avec 0,5% de croissance au 1er trimestre, les US officialisent leur entrée dans le ralentissement économique mondial

Même le gouvernement d’Obama admet dorénavant que l’économie américaine ralentit.

Ce jeudi, nous avons appris que le PIB américain avait progressé de seulement 0,5 % au cours du premier trimestre de l’année 2016. C’était plus faible que ce qu’avaient anticipé les analystes, et cette publication marque la troisième baisse consécutive du PIB américain par rapport au trimestre précédent (Voir graphique ci-dessous). En d’autres termes, la croissance du PIB est en baisse depuis près d’un an maintenant, et tout ceci s’aligne parfaitement avec ce que j’ai toujours expliqué à savoir que la seconde moitié de l’année 2015 avait été le moment où nous avions commencé à basculer dans les premières phases d’une nouvelle crise économique.

US PIB

…. Lire l’article en entier ici.

Par contre en France il en est tout autrement, voyez-vous ce qu’il se dit dans les chaines d’information en continu !

Par exemple sur BFM Business le 29 Avril 2016

+ 0,5% La croissance meilleure que prévu en France

Au premier trimestre, la croissance du PIB a atteint 0,5%, contre les 0,4% attendus. “Notre action porte ses fruits”, se réjouit Michel Sapin, ministre des Finances.

Petit regain d’optimisme en France. La croissance du produit intérieur brut (PIB) a atteint 0,5% au premier trimestre, selon une première estimation publiée vendredi par l’Insee. Dans ses dernières prévisions, publiées au mois de mars, l’Institut national de la statistique et des études économiques avait parié sur une croissance de 0,4% au premier trimestre. Un chiffre sur lequel s’étaient ensuite alignés la Banque de France, de même que les économistes interrogés par le fournisseur de données financières Factset.

Ce chiffre, en hausse par rapport au dernier trimestre 2015 (+0,3%), s’explique notamment par un rebond de la consommation des ménages, qui a connu sa plus forte augmentation depuis fin 2004 (+1,2%), précise l’Insee dans un communiqué. Les dépenses de consommation des ménages, moteur traditionnel de la croissance en France, avaient reculé de 0,1% lors des trois derniers mois de 2015, marqués par les attentats de Paris.

Michel Sapin, ministre des Finances, s’est immédiatement réjoui de cette accélération de la croissance: “Notre action porte ses fruits, nous la poursuivrons avec détermination dans les prochains mois. C’est une croissance solide qui est enclenchée”.

Ce chiffre encourageant fait écho à plusieurs bonnes nouvelles annoncées cette semaine, notamment sur le front du chômage, qui a reculé de 1,7% en mars, et dans le secteur du bâtiment, avec des mises en chantier de logements neufs en hausse de 3% sur un an lors des trois premiers mois de l’année.

Croissance de 1,5% du PIB en 2016

Sur l’ensemble du premier trimestre 2015, la production totale de biens et de services a continué de progresser à un rythme soutenu (+0,6%, comme lors des trois derniers mois de 2015), selon l’Insee. Les investissements des entreprises ont pour leur part légèrement accéléré, à +0,9% après +0,7% au quatrième trimestre 2015, ajoute l’Insee, qui fait toutefois état d’un léger repli des exportations (-0,2% après +1,0%).

Le gouvernement table sur une croissance de 1,5% du PIB cette année. Un chiffre plus optimiste que celui de la Commission européenne, qui parie sur une hausse de l’activité de 1,3% seulement, et que celui du FMI, qui a abaissé mi-avril sa prévision à 1,1%, en raison du ralentissement de l’économie mondiale. Selon Bercy, “l’acquis de croissance” pour 2016, autrement dit ce que serait la progression du PIB en cas de croissance nulle sur le reste de l’année, est déjà de 1% à l’issue du 1er trimestre, “ce qui signifie qu’avec moins de 0,4% de croissance chaque trimestre, l’objectif de 1,5% sur l’année sera atteint”.

Par D. L. avec AFP

Source : BFM Business

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x