Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
ALERTE: Les licenciements dans les entreprises américaines ont bondi de 35 % en Avril 2016
 

LayoffsDevrions-nous nous alarmer des suppressions d’emplois annoncées par les grandes entreprises américaines qui ont bondi en avril de 35 % par rapport au mois de mars ?

Cette tendance ne va certainement pas dans le sens d’une reprise.

Selon Challenger, Gray & Christmas, les entreprises américaines ont annoncé 65.141 suppressions d’emplois au cours du mois d’Avril, ce qui représente une augmentation de 35 % par rapport au mois précédent. Et jusqu’à présent, cette année, les annonces de licenciements sont en hausse de 24 % par rapport à la même période de l’année 2015. Entre-temps, le jeudi 05 Mai 2016, nous avons appris que les demandes d’inscriptions hebdomadaires au chômage ont augmenté de façon spectaculaire la semaine dernière. En réalité, cette augmentation de 17 000 inscriptions a été la plus forte hausse que nous avons vu depuis plus d’un an. Bien sûr, l’économie américaine ralenti régulièrement depuis un certain temps maintenant, et beaucoup se demandent quand est-ce que nous allons voir ce ralentissement commencer à se matérialiser dans les chiffres de l’emploi. Eh bien, c’est fait, ce jour est maintenant arrivé.

Actuellement, les entreprises américaines licencient les gens à un rythme que nous n’avons pas vu depuis la dernière crise financière. Voici ce que le site zerohedge vient d’expliquer au sujet de ces derniers chiffres…

Même si l’on peut débattre de la véracité des données sur l’emploi corrigées des variations saisonnières du département du travail américain ( Bureau of Labor Statistics – BLS), une chose est certaine: quand une entreprise annonce qu’elle va licencier des milliers de postes, elle s’exécutera. Donc, pour tous ceux qui affirment que l’emploi américain se porte bien en s’appuyant sur les publications précédentes, alors voici le dernier rapport de Challenger selon lequel le rythme de réduction des effectifs a bondi de 35% au cours du mois d’Avril avec 65.141 annonces de suppressions d’emplois, ce qui représente une hausse de 16.934 par rapport aux 48.207 annonces de licenciements du mois de Mars.

En regardant les quatre premiers mois de l’année 2016, les employeurs ont annoncé un total de 250.061 suppressions d’emplois, ce qui correspond à une hausse de 24% par rapport aux 201.796 suppressions d’emplois qui avaient été annoncées à la même période, l’année précédente. Cela représente le plus grand nomrbre d’annonces de suppressions d’emplois sur les 4 premiers mois d’une année depuis 2009, où l’on avait connu 695.100 suppressions d’emplois sur les 4 premiers mois à la suite de la plus grande crise financière de l’histoire moderne.

Par conséquent, quelle est la cause de ces licenciements massifs ?

Pourquoi tout d’un coup, les entreprises se mettent à licencier tant de gens ?

Mes lecteurs sont conscients des difficultés que connait actuellement le secteur de l’énergie, mais aussi étrange que cela puisse paraître, ce n’est pas le secteur de l’énergie qui a annoncé le plus de suppressions d’emplois en Avril…

salarié-viréLes entreprises du secteur de l’informatique ont annoncé 16.923 suppressions d’emplois au cours du mois d’Avril, ce qui représente le total le plus élevé parmi tous les secteurs de l’industrie. Ce chiffre comprend le géant américain des puces informatiques Intel avec son annonce de 12.000 suppressions d’emplois, dans le cadre d’une restructuration destinée à “accélérer” sa transition vers des secteurs à plus forte croissance que les composants pour PC. Depuis le début de l’année 2016, les entreprises du secteur de l’informatique ont annoncé 33.925 suppressions d’emplois, soit une hausse de 262 % par rapport à la même période de l’année précédente, où l’on totalisait seulement 9.368 suppressions d’emplois sur les quatre premiers mois de l’année 2015.

Alors Oui, le secteur de l’énergie américain a perdu plus de 100.000 emplois depuis le début de l’année 2015, mais le ralentissement ne se résume plus qu’à ce seul secteur dorénavant. Partout aux Etats-Unis, les bénéfices des entreprises baissent, et lorsque les bénéfices chutent, les licenciements suivent, c’est inévitable.

Comme je l’ai déjà expliqué dans un article précédent, les bénéfices des sociétés du S&P 500 ont plongé de 18,5 % par rapport au sommet qui avait été atteint à la fin de l’année 2014, et il est prévu que les bénéfices des sociétés baissent de 8,5 % pour le premier trimestre 2016 par rapport à la même période il y a un an.

Et sur le graphique posté ci-dessous et gracieusement partagé par la Fed de Saint-Louis, vous pouvez constater que les bénéfices des entreprises après impôts ont chuté abruptement depuis le sommet atteint à la mi-2015…

Comme ce nouveau ralentissement économique s’intensifie, les licenciements vont s’accélérer.

En clair, cela signifie que beaucoup plus de gens vont perdre leur emploi.

Malheureusement, un très grand pourcentage d’Américains n’ont rien appris de la dernière crise financière et vivent au bord de l’endettement. En réalité, selon la Fed, 47 % des Américains sont incapables de sortir 400 dollars pour couvrir les frais relatifs à une visite aux urgences sans devoir emprunter ou vendre quelque chose.

Ainsi, tout comme en 2008, un grand nombre d’américains deviendront incapables de payer leurs factures quand ils auront perdu leur emploi. Les saisies immobilières vont monter en flèche, et énormément de familles se retrouveront à la rue.

Voilà pourquoi depuis des années j’ai toujours conseillé de mettre de l’argent de côté en créant un fonds d’urgence. Il est absolument impératif de disposer d’un fonds d’urgence qui puisse vous permettre de régler vos factures sur une période d’au moins six mois dans le cas où vous perdriez votre emploi ou si une énorme grève se déclenchait.

Si vous ne l’avez pas fait, il est déjà probablement trop tard.

La dure réalité est qu’il faudrait un certain temps pour se créer un fonds d’urgence permettant de tenir plus de 6 mois pour la plupart des familles surtout si elles n’ont toujours rien mis de côté.

Donc, si vous êtes dans cette situation et que vous perdez votre emploi, vous pourriez avoir à vous déplacer avec votre famille ou entre amis lorsque l’argent viendra à manquer.

Je ne voudrais pas paraître pessimiste, mais voilà la situation à laquelle nous sommes confrontés. La prochaine crise de l’emploi est déjà là, et elle va s’aggraver. Peu importe qui deviendra “le prochain président” des Etats-Unis, les suppressions d’emplois vont s’accélérer et les emplois bien rémunérés vont devenir extrêmement difficiles à trouver.

Je ne dis pas qu’il faille abandonner. Si vous avez encore un bon travail pour le moment, serrez vous la ceinture et utilisez ce temps afin de vous préparer aux mieux à la crise qui se profile.

Malheureusement, des dizaines de millions d’Américains ont cru que cette bulle de fausse prospérité continuerait Ad vitam æternam, et ont du coup gaspillé d’énormes quantités de temps et d’argent.

Maintenant, le jour du jugement est arrivé, et un grand nombre de nos concitoyens vont découvrir ce qui arrive lorsque l’on a rien anticipé.

Source: theeconomiccollapseblog

avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
  Subscribe  
Me notifier des