Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
L’agence de notation Fitch a déjà dégradé la note de 15 Etats cette année. Le record de 2011 pourrait être pulvérisé.
 

world-debtL’agence de notation Fitch a déjà dégradé la note de 15 Etats cette année. Le record de 2011 pourrait être pulvérisé. La faute notamment à la baisse des prix du pétrole.

La qualité des dettes souveraines est en chute libre cette année. Publié ce jeudi, le rapport bi-annuel de l’agence Fitch montre que déjà 15 révisions à la baisse sont déjà intervenues au premier semestre 2016. Par ailleurs, 22 dettes d’Etat sont aussi placées en perspectives négatives. L’année 2016 promet donc de pulvériser le record de dégradations de notes: il était de 20 en 2011.

L’Afrique et le Moyen Orient: les mauvais élèves de l’année 2016

Le rapport révèle que l’Afrique et le Moyen Orient comptent le plus de révisions à la baisse : la région compte pour plus de la moitié des dégradations de notes financières. Cependant, contrairement à la situation de 2011, les dégradations ont cette année, beaucoup plus concerné les pays dont la situation financières est la moins bonne (catégorie spéculative) que ceux dont la note est bonne et classée en catégorie investissement. La majorité des pays concernés dans ces régions (des économies émergentes pour la plupart) subissent fortement l’influence du cours des matières premières : c’est d’ailleurs la première cause de dégradation. Ainsi, 7 des 10 pays répertoriés comme les plus dépendants des matières premières ont subit une dégradation de leur note, ou souffrent d’une perspective négative. L’économie de ces pays repose sur les exportations, et elle a particulièrement souffert de la baisse du prix de l’or noir, repassé sous la barre des 50 dollars le baril de Brent mercredi, après avoir touché un plus bas à 28 dollars en début d’année . Malgré une embellie au premier semestre, l’agence remarque que les politiques budgétaires de ces pays ne se sont pas suffisamment adaptées au fait que les prix des matières premières seront désormais bas de façon structurelle.

Lire la suite sur lesechos

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Ollantay Tambo
4 années plus tôt

On en rien à foutre de leur agence normalement le triple A c’est pour l’andouillette !

Ils on le pouvoir de créer de l’argent, alors pourquoi mettent-ils un taux d’intérêt ?
Pour le raquette de l’humanité !

1
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x