Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Philippe Béchade: Pokémon GO repousse les frontières de l’inintelligence artificielle
 

philippe-bechadePersonne n’avait-il songé à remettre en question le bien fondé de l’envolée de +120% du titre Nintendo à la Bourse de Tokyo en ce mois de juillet ?

La capitalisation de Nintendo, avec ses 0,72 Mds$ de chiffre d’affaires et ses 5 100 salariés, dépasse depuis mercredi dernier celle de Sony, une firme qui compte 130 000 salariés pour 72 Mds$ de chiffre d’affaires.

Nintendo ou pas Nintendo ?

Y a marqué « Nintendo » sur les cartes Pokémon que les gérants ont stocké à la cave ou au grenier. Donc si un jeu s’appelle Pokémon Go, c’est forcément une production Nintendo, non ?

Sauf que c’est une ex-filiale de Google, baptisée Niantic, qui a développé l’application Pokémon Go, en accord avec la Pokémon Company dans laquelle Nintendo détient 32% des parts, même pas la minorité de blocage.

Nintendo a cependant eu le flair de participer à la levée de fonds de Niantic quand Google s’est partiellement désengagé. Mais l’impact de l’hystérie mondiale, qui déferle depuis un mois, ne sera pas très significative en termes de chiffre d’affaires et de résultats pour Nintendo.

C’est ce qui a conduit la firme japonaise à ramener les investisseurs à la réalité via une mise au point concernant ses profits 2016 : « L’effet Pokémon Go sera limité ». Mais les marchés préfèrent la réalité augmentée ! Celle dans laquelle des profits imaginaires se cachent dans les buissons du parc de la mairie, dans les platanes de l’autre côté de la rue ou surgissent de derrière la photocopieuse avant d’aller se percher sur la machine à café.

C’est la version numérique de la chasse aux œufs. C’est complètement régressif, mais sans le risque d’attraper des carries à force de se goinfrer de bonbons.

Robots contre Pokémon

Beaucoup de gérants savent depuis le début que Nintendo n’a pas développé Pokémon Go et cela ne va pas faire pleuvoir des centaines de millions de dollars dans ses caisses. Mais allez faire comprendre cela à un robot-trader associé à une logiciel d’analyse lexical/sémantique qui détecte plusieurs milliers d’associations « Pokémon » et « Nintendo » sur les sites boursiers et les réseaux sociaux.

Et quand le titre Nintendo commence à s’envoler, d’autres robots programmés pour détecter des hot spots (des points chauds financiers qui dégénèrent en orgie de volatilité) se jettent dans la mêlée, entraînant la multiplication de stop-achats auto-réplicatifs.

Les robots parviennent ainsi à orchestrer des paniques à la hausse, sans cause réelle (avec cette singularité merveilleuse qu’il ne s’agit même pas d’une fausse rumeur) et surtout, sans la moindre intervention humaine.

C’est si parfaitement imité d’un point de vue graphique (hausse parabolique) qu’on pourrait s’y laisser prendre.

Oui « bien imité », mais encore plus débile car asservi à ce j’appellerais de « l’inintelligence artificielle ». Tout est crétin et absurde d’A jusqu’à Z. Mais si vous n’y participez pas, vous avez perdu une occasion de pokeballer une plus-value de +100% !

Ce qui illustre à merveille la célèbre plaisanterie que connaissent bien les traders : « Qu’est-ce qui différencie un TGV d’un algo (programme de trading informatisé) ?
Réponse : Quand le TGV déraille, il ne lui faut alors que quelques secondes pour s’arrêter.
La même blague fonctionne aussi bien avec la banque centrale, à la place du TGV, et celle-là bat tous les records de succès dans la catégorie « comique de répétition ».

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit


philippe-bechadePhilippe Béchade

Rédacteur en Chef de la lettre Pitbull

Philippe Béchade rédige depuis dix ans des chroniques macroéconomiques quotidiennes ainsi que de nombreux essais financiers. Intervenant quotidien sur BFM depuis mai 1995, il est aussi la ‘voix’ de l’actualité boursière internationale sur RFI depuis juin 2002. Analyste technique et arbitragiste de formation, il fut en France l’un des tout premiers ‘traders’ mais également formateur de spécialistes des marchés à terme. Rédacteur en chef du site la bourse au quotidien, aux Publications Agora, vous trouvez chaque jour ses analyses impertinentes des marchés dans La Chronique Agora.


               
Le retour au Standard Or d’Antal Fekete                            Dernière intervention de P.Herlin sur l’or
                      
0 0 vote
Article Rating
Subscribe
Me notifier des
guest
8 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Madeleine Philippe
3 années plus tôt

Dieu nous sauvera !! 🙂

channy
channy
3 années plus tôt

Très bon article, mais P.Bechade ne me fera pas croire que dans toute cette flambée il n y a personne qui s’est bien gavé au passage…Si lui même a appliqué ce qu il nous raconte il a du ramasser un max

Philippe Lefevre
3 années plus tôt

J’aurais plutôt dit :  » Pokémon GO repousse les frontières de la connerie humaine »..question de point de vue 😉

Larry
3 années plus tôt

Extraordinaire article du non moins extraordinaire Philippe Béchade ! Du pain et des jeux qu’ils veulent ! Bon, il n’y a plus de pain, donnons-leur des jeux !!! Un non-événement total qui reflète l’extrême débilité de la société asservie actuelle.

samuel
samuel
3 années plus tôt

C’est inquiétant ce que recherche à nous dire Philippe Béchade sur le fonctionnement algorithmique des machines, ce ne sont quand même pas des processus aussi illusoires.

Monique Fossard
3 années plus tôt

AMUSONS LES PEUPLES POUR MIEUX LEUR PETER LA GUEULE LE PIRE DE L HISTOIRE !!! C EST QUE CA MARCHE !!!!!!!!!!

morin
morin
3 années plus tôt

Hé oui …depuis toujours les escrocs veulent nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

8
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x