Pierre Sabatier: Election de Donald Trump: catastrophe ou chance ?

Protectionnisme, choc fiscal massif : le cocktail économique que promet Donald Trump est-il en mesure de relancer l’économie américaine ? Explications de Pierre Sabatier, économiste et directeur de PrimeView et membre des Econoclastes. Ecorama du 9 novembre 2016 présenté par David Jacquot, sur Boursorama.

Barack Obama laissera les Etats-Unis avec une dette de 20.000 milliards de dollars

Philippe Béchade: Le moteur de la croissance aux Etats-Unis aujourd’hui, c’est la dette et c’est la guerre

Source: boursorama

7 commentaires

  1. Nous allons assister à des règlements de compte assez violents car la campagne électorale a été abjecte. Nous allons observer les prochaines statistiques économiques. Nous pourrons vérifier très bientôt s’il y a eu manipulations et dans quels domaines. Ici, en Floride, il n’y a pas eu de commentaires particuliers, ni explosions de joies, ni de peines.
    En ce qui nous concerne, nous n’attendons rien de spécial. D’ici 6 mois, Trump rentrera dans le système.
    L’augmentation rapide des taux associée à une hausse des actions intrigue et devrait affoler les investisseurs.
    Le rapatriement des usines aux USA me paraît impossible (manque de main d’oeuvre qualifiée, manque de temps, incertitudes des industriels ) et une augmentation de l’endettement serait difficile.

  2. Bin Trump, c’est l’intellectuel de la famille parce qu’il a une belle casquette.
    Ca chauffe la dessous. C’est pas comme son frère Donald Duck, lui c’est vraiment un bec-à-foin. en plus on comprends rien à skidi.
    Vin zou de vin zou.
    Moi jdi que Trump c’est une catachance: ni une catastrophe, ni une chance.
    Et oui moi aussi j’invente des mots nouveaux. Ptet qu’un jour je serai journaliste ou dépité. kisai. Bon allé, je retourne au champs. Zou

    Papy-Gustave (un peu simplet mais bien sympatique kanonleconnais )

  3. Réflexion sur les conséquences d’une élection.

    D’abord une petite réflexion sur les médias Main Stream français. J’ai suivi depuis le début le décompte des voies entre autres sur France télévision en direct. J’ai été estomaqué par le manque de professionnalisme et le parti pris de tous les intervenants. En fait, dès le départ il y avait un genre de baromètre qui indiquait la progression du vote en temps réel. Selon les sondages, Hilary était présumée avoir un vote majoritaire tant sur les côtes est que ouest et Trump devait avoir des appuis majoritaires au centre. En Réalité Hilary a tenu la tête bien peu de temps car Trump a pris l’avance presque partout sauf à New York. Il a confirmé la Caroline du Sud très tôt et a toujours été en avance en Floride et rapidement il a affiché une avance confirmée sur le baromètre. France télévision a alors enlevé définitivement le baromètre de l’écran et là les faces se sont allongées et le discours a changé. Tous sont entrés dans une attitude de déni et le seul qui ait un tout petit peu résisté à cette attitude de déni fut Jacques Sardouse mais ce fut minime. On aurait montré des images ou entendu des commentaires dans le clan Clinton cela aurait été pareil. Je n’ai jamais vu de ma vie une équipe de reporters et journalistes ayant un parti-pris aussi flagrant et manifeste alors que l’on devrait s’attendre de leur part à un compte rendu objectif et non partisan. Et qui pire est, cette attitude était tout à fait généralisée. Cerise sur le gâteau, alors que l’on a attendu le décompte du dernier vote en Floride avant de concéder la victoire à Trump, on a affiché au nom de Clinton les grands électeurs de Californie bien avant la fin du décompte alors que la très grande partie des états du centre n’étaient pas encore confirmés pour rétablir artificiellement une illusion d’équilibre entre les deux candidats. En réalité Trump a dominé très tôt au tout début du décompte et par la suite son avance n’a jamais cessé de se concrétiser et on a parlé sur France télévision de multiples revirements et d’un scrutin chaudement disputé alors qu’à tout moment, sans pour autant avoir la certitude de gagner, Trump a dominé du début à la fin et tout au long du processus son avance n’a jamais cessé de croître. Alors des revirements, il n’y en a eu aucun à aucun moment. Suite à cette expérience, je crois de plus en plus que je vais assister prochainement à un troisième tsunami du même genre. Je crois que les Français, intelligents comme je les connais, vont envoyer le même message à leurs dirigeants et à leurs médias Main Stream et manifester leur ras-le-bol en votant Marine Le Pen à la Présidence. Si c’est le cas alors je ne vous dis pas. Les faces vont devenir si longues qu’il faudra des caméras spéciales pour les capter.

    Bon! Après cette digression je reviens à mon sujet.

    Trump vient d’être élu nouveau Président des États-Unis. Pour bien des gens, mais pas pour moi, c’est un résultat plutôt surprenant pour ne pas dire déstabilisant. Je vais mettre ici, sur papier, mes premières réflexions sur le sujet et les conséquences qui selon moi pourraient en découler dans un but habituel chez moi : celui de mieux stabiliser mon analyse toute personnelle de la situation.

    Je fais d’abord abstraction d’une possibilité évoquée par pleins d’analystes, surtout amateurs comme moi mais pas seulement, soit la possibilité que les opposants déçus trouvent le moyen d’assassiner Trump. Même s’il ne faut pas éliminer cette possibilité néanmoins réelle du revers de la main, je n’y crois pas trop pour plusieurs raisons :
    1. Cette éventualité mettrait le feu aux poudres et pourrait déclencher aux USA une guerre civile ou quelque-chose s’y apparentant.
    2. Selon moi une certaine élite mondialisée, celle qui prône une gouvernance mondiale multipolaire par opposition à cette autre élite qui prône la poursuite de la domination unipolaire des US sur le monde (les deux dites élites sont en passant noyautées par des individus d’une petite communauté qui a son siège au Moyen-Orient), a tout fait pour favoriser le Brexit et elle a aussi tout fait pour favoriser l’élection de Trump. Cette élite a le vent dans les voiles par les temps qui courent et établit sa domination mondiale à toute vitesse. C’est celle des Rothschild et de la City de Londres. C’est cette élite, qui contrôle déjà entre autres le FMI la BRI et presque toutes les banques centrales du monde et qui représente la principale force occulte en activité présentement et elle a favorisé l’élection de Trump. Alors les appuis de Trump vont contribuer à sa protection physique.
    3. Trump fait partie d’un plan et le plan va suivre son cours. À ma grande surprise d’ailleurs, l’or qui devait monter de $100. l’once selon certains analystes dans l’éventualité de l’élection surprise de Trump n’a monté que de $50.00 et a perdu dans les 24 heures qui ont suivi plus de la moitié de ces gains. Les marchés qui ont dans un premier temps décrochés en Asie et en Europe ont même monté aux USA et ont dès le lendemain repris la totalité de leurs pertes en Asie et en Europe. Il faut en conclure que la finance américaine comme mondiale a très rapidement digéré cet événement et va s’en accommoder très facilement. Alors « The show must go on ».

    Alors à quoi peut-on s’attendre à court et moyen termes au niveau économique:
    Il y a deux composantes principales à considérer si on veut essayer d’anticiper la suite probable des événements.
    1. Les possibles changements dans la stratégie américaine suite à cette élection
    2. Les répercussions de ces changements au niveau mondial.

    Les possibles changements dans la stratégie américaine suite à cette élection
    • Trump a promis de relancer les grands travaux d’infrastructure aux USA
    • Trump a promis de baisser les impôts des sociétés comme celui des particuliers
    • Trump a promis de limiter l’immigration
    • Trump a promis de revenir très substantiellement au protectionnisme à grande échèle
    • Trump a promis la détente au niveau militaire et de fermer des bases militaires extérieures
    • Trump a promis de refroidir ses relations avec l’OTAN et de cesser de payer pour les autres
    Ce sont ces deux derniers points qui attirent le plus mon attention. Cet objectif démontre sans l’ombre d’un doute une capitulation des USA face à leur objectif de domination mondiale unilatérale. Ils prendront acte par cette nouvelle orientation si elle se concrétise de la domination mondiale multipolaire. Les conséquences seront innombrables et majeures. Ce sera un tsunami mondial dont plusieurs conséquences seront imprévisibles. Mais plusieurs sont par contre dès à présent prévisibles.
    • La fin du dollar US comme monnaie exclusive dominante dans les échanges internationaux. Quoi qu’il en soit, ce changement est déjà en cours et il n’y a que militairement que les USA auraient une légère possibilité de le stopper. C’est la raison pourquoi, personnellement j’avais tellement peur de l’élection d’Hilary Clinton car je crois bien qu’avec elle on aurait eu cette tentative de maintenir le statu quo militairement et on aurait pu se retrouver mondialement à feu et à sang.

    Il y aura des centaines de milliards de dollars US qui seront rapatriés aux USA car ils ne seront plus nécessaires au niveau mondial pour acheter du pétrole et toutes ces autres choses qui actuellement sont encore transigées en US$. Les USA seront noyés sous les liquidités et la pression à la baisse sur le US$ sera phénoménale. Je m’attends à une dévaluation d’au moins 50% du US$ et cette dévaluation combinée aux mesures protectionnistes vont relancer l’économie américaine de manière spectaculaire

    • Dévaluation du US$, protectionnisme, restriction de l’immigration, projets de relance par les travaux d’infrastructure, baisse des impôts, tous ces éléments s’ils sont appliqués vont relancer de manière spectaculaire l’économie américaine qui devrait atteindre une croissance annuelle d’au moins 5%. Il y aura tant de liquidités que l’impression monétaire ne sera pas sollicitée mais deux dangers majeurs feront partie du fond de scène : Un KRACH du marché obligataire suivi probablement aussi d’un KRACH sur le marché des actions. Tous les investisseurs de ces deux marchés ne vont pas accepter les yeux fermés de voir leurs actifs libellés dans un US$ dévalués de 50% et puisqu’il n’y aura pas d’acheteur au rendez-vous, il y aura effondrement dans les deux cas. L’hyperinflation sera fort probablement au rendez-vous et un gigantesque rééquilibrage de richesse est à attendre entre le revenu de la rente et le revenu du travail.
    • À ce point cela devient trop compliqué pour ma petite tête et je n’ai pas la moindre idée comment une telle situation peut évoluer mais j’en arrive toujours à la même conclusion : Dans quelque scénario que ce soit, la dette est et sera toujours omniprésente. Ici les grands mouvements seront favorisés et amplifiés par le rapatriement aux USA de toutes ces liquidités éparpillées aux quatre coins du monde, c’est et ce sera toujours la dévaluation monétaire ou l’inflation qui seules peuvent résoudre le problème et quoi qu’il en soit l’épargne est appelée à être confisquée et l’or est et sera toujours le refuge en dernier recours.

    Les répercussions de ces changements au niveau mondial.
    Le premier changement et le plus significatif, ce sera la détente. Les USA devraient cesser de foutre le bordel aux quatre coins du monde pour assurer leur domination. La Chine et la Russie vont voir l’horizon s’éclaircir devant eux. Le moyen Orient va se tranquilliser et DAECH qui est un mirage va disparaître quand les USA vont cesser de le financer de manière occulte. Les Curdes, floués par les promesses USA non tenues vont continuer leur guérilla pour enfin avoir un territoire propre mais seules l’Iraq, la Syrie et la Turquie seront concernés. Israël prendra peut-être le relai pour continuer de déstabiliser la zone mais sans les USA ils ne feront pas le poids. Les routes de la soie chinoises vont voir leur progression facilitée, la Chine va continuer d’assurer et d’étendre son influence en Asie surtout mais aussi en Afrique et partout dans le monde en coopération avec la Russie.

    Mais tous les pays du monde vont se retrouver face au même problème, celui de gérer leur dette. La plupart vont essayer d’appliquer le même remède que les USA mais avec au mieux le même succès. Seules quelques exceptions s’en tireront mieux. La Suisse, la Norvège et les autres pays dont la dette ne sera pas trop handicapante. Les pays qui ne seront pas trop handicapés par leur dette et qui seront assez autonomes pour ne pas trop dépendre des importations devraient mieux s’en tirer.

    Au point où j’en suis, je me demande bien, s’il y a détente au niveau militaire, comment un jour prochain l’hyperinflation pourrait ne pas s’inviter car avec ce problème fondamental que constitue la dette et qui est généralisée au niveau mondial, rien ne peut plus fonctionner normalement. Il faudra bien régler ce problème un jour ou l’autre. C’est un préalable à tout nouveau départ. Les marchés, tant actions comme obligataires et immobilier sont en bulles partout. Pour le moment il n’y a que les banques centrales qui assurent leur survie comme le ferait un appareil cœur-poumon. On va devoir débrancher le malade un jour ou l’autre et on sait tous ce qui va suivre. Il faut s’y préparer. La situation actuelle ne tient que par un fil et ce depuis des années maintenant. Tout aurait dû exploser en 2008. Il y a des dizaines et des dizaines de variables qui assurent la survie de ce système si fragilisé. Je ne vois pas comment un événement majeur comme l’élection de TRUMP ne va pas chambouler l’ensemble au point où le contrôle si précaire actuel échappera des mains de ceux qui arrivent toujours à le contrôler de peine et de misère.

    Le pire qui pourrait arriver serait que TRUMP comme Hollande en France, une fois élu se laisse convaincre de troquer son programme pour celui de l’adversaire qui lui a fait face dans sa campagne électorale. Hollande candidat de la gauche s’est retrouvé à faire une politique de droite. Si Trump, pacifique se retrouvait à promouvoir une politique belliciste comme on pouvait s’attendre d’Hilary Clinton, on se retrouverait tous dans la merde.

    Avec l’élection les Républicains ont maintenant les mains libres car en plus de la présidence ils contrôlent aussi le sénat et la chambre des représentants. Mais est-ce aussi certain que cela peut le paraître? Trump est un peu comme un électron libre et il n’a pas eu au cours de sa campagne l’appui du parti qu’il aurait pu souhaiter. Alors si les deux chambres ont des intérêts trop divergents de ceux du nouveau Président, il n’est pas du tout certain que Trump ne se retrouvera pas dans la situation d’Obama, c’est-à-dire isolé. En tout cas, ce matin, lendemain de l’élection, tout semble aller dans le sens du statu quo. Bien moins de réactions que lors du Brexit. Je trouve ça normal. En réalité rien n’a changé. Le premier changement à surveiller, c’est la situation au Moyen Orient. S’il y a détente on saura qu’avec Trump les choses peuvent changer mais on ne saura pas pour autant où cela va nous mener. Si tout continue comme avant, on saura que rien ne changera et que ce sera le hasard qui décidera de la suite. Comme prévu, l’écriture de ce texte m’a beaucoup aidé pour mettre de l’ordre dans mes idées alors je ne regrette pas d’avoir pris le temps de l’écrire.

    Quoi qu’il arrive
    L’inflation arrive et elle sera généralisée
    et
    elle va consumer l’épargne qui n’aura pas été mise à l’abri.

    1. Très bonne réflexion et que je partage pleinement.
      « Comme prévu, l’écriture de ce texte m’a beaucoup aidé pour mettre de l’ordre dans mes idées alors je ne regrette pas d’avoir pris le temps de l’écrire »
      Cela valait vraiment la peine.
      Le problème de la dette ne peut être résolu que de 2 façons:
      – Annulations
      – (hyper)inflation
      Gageons que le second scénario est déjà dans les tuyaux

    2. Joli exposé fort clair et très compréhensible, merci !
      Maintenant la question qui se pose est de savoir si Trump va effectivement faire ce qu’il a dit. Comme vous l’avez fait remarquer fort justement, Hollande a fait une politique à 180° de ce qu’il avait promis (on pourrait citer aussi le demi-tour de Mitterand quant à son programme en 1983, il ne pouvait se mettre à dos le FMI et la Banque Mondiale, dixit les confessions de Danielle Mitterrand) comme bien d’autres avant lui.
      Je me dis souvent que le pouvoir n’est pas chez les politiques, mais au sein de la finance internationale (avec l’aval des politiques qui ont laissé faire depuis 40 ans d’ailleurs).
      Malgré cela le pied de nez fait aux « experts » (médias, sondeurs, politiques … etc) est quand même bien sympa.
      Pour la suite « wait and see … « 

    3. Très bonne épitaphe, donat , mais 1 concernant les journalistes sur le soir de l’élection : ce qui me surprend moi c’est que tu sois encore surpris par ce genre d’attitude du monde médiatique.
      2) ce qui va se passer est beaucoup plus simple : Donald va virer Janeth yellen et du coup fin de la fabrication du PQ dollar avec interdiction aux 5 plus grandes banques américaines de racheter avec ce même PQ la deutsche bank : conclusion celle-ci est déjà en faillite et comme c’est le premier domino qui va tomber suivi des banques italiennes, les CDS vont éclater et c’est le début de la fin de la partie économique mondiale. Tu peux croire que tout est calculé par quelques élites ici et là mais quand ça dégénère il est rare de voir les responsables maîtriser leur »chose », leur « créature » : regarde « franqenstein »

  4. Enfin un peuple qui a vu clair . Les 50% qui ont voté le…CENSURE… auront-ils assez de qi pour voter ma préféée ? Rien n’est moins sûr.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page