Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Le chaos d’un Frexit jugé pire que la chute de Lehman Brothers
 

La déroute des partis traditionnels favorise le débat autour du Frexit. L’hypothèse alarme les économistes qui craignent un « arrêt cardiaque » de la finance mondiale et une ardoise élevée pour les plus pauvres.

La campagne française pour l’élection présidentielle peine à aborder la politique internationale. L’Institut Français des Relations Internationales s’est vu contraint d’annuler un débat sur le sujet, prévu le 30 mars. « Etant donné les circonstances de la campagne, les candidats les plus importants n’étaient pas en mesure de s’engager dans les délais », a regretté le président du think-tank, Thierry de Montbrial, tout en rappelant qu’un président de la République consacre la moitié de son temps à la politique étrangère.

Si les candidats parlent peu d’international en général, ils évoquent souvent l’Europe pour la critiquer. Et certains veulent en sortir : c’est le thème du Frexit. Les candidats de la gauche, du centre ou de la droite comptent bien rester, voire s’arrimer plus à l’Europe, le Front national, mais aussi d’autres mouvances d’extrême-droite soutiennent mordicus cette option, tout comme la gauche radicale de Jean-Luc Mélenchon, en plan B.

«Si le risque que le résultat électoral (…) remett(e) en cause le maintien en France de la monnaie unique et son adhésion à l’Union européenne est faible, il n’en est pas moins croissant », a d’ailleurs reconnu l’agence de notation Moody’s, le 10 mars.

Lire la suite sur euractiv

Remarque: Dire que le chaos du Frexit sera pire que la chute de Lehman Brothers est aussi bête que d’avoir raconté en 1992 que l’euro devait être la panacée. Il suffit de le vérifier ci-dessous:

« Quand on dit que l’Europe de Maastricht créera des emplois, ça reste vrai. Il se trouve que le traité de Maastricht n’est pas encore appliqué. Lorsqu’il le sera, il est évident qu’il y aura une très forte croissance qui en découlera, car nous aurons un grand espace économique avec une monnaie unique. » (Jacques Attali, sur France 2, débat télévisé « Polémiques » animé par Michèle Cotta)

« Si le traité de Maastricht était en application, finalement la Communauté européenne connaîtrait une croissance économique plus forte, donc un emploi amélioré. » (Valéry Giscard d’Estaing, 30 juillet 1992, RTL)

« L’Europe est la réponse d’avenir à la question du chômage. En s’appuyant sur un marché de 340 millions de consommateurs, le plus grand du monde ; sur une monnaie unique, la plus forte du monde ; sur un système de sécurité sociale, le plus protecteur du monde, les entreprises pourront se développer et créer des emplois. » (Michel Sapin, 2 août 1992, Le Journal du Dimanche)

« Maastricht constitue les trois clefs de l’avenir : la monnaie unique, ce sera moins de chômeurs et plus de prospérité ; la politique étrangère commune, ce sera moins d’impuissance et plus de sécurité ; et la citoyenneté, ce sera moins de bureaucratie et plus de démocratie. » (Michel Rocard, 27 août 1992, Ouest-France)

« Les droits sociaux resteront les mêmes – on conservera la Sécurité sociale –, l’Europe va tirer le progrès vers le haut. » (Pierre Bérégovoy, 30 août 1992, Antenne 2)

« Pour la France, l’Union Économique et Monétaire, c’est la voie royale pour lutter contre le chômage. » (Michel Sapin, 11 septembre 1992, France Inter)

« C’est principalement peut-être sur l’Europe sociale qu’on entend un certain nombre de contrevérités. Et ceux qui ont le plus à gagner de l’Europe sociale, notamment les ouvriers et les employés, sont peut-être les plus inquiets sur ces contrevérités. Comment peut-on dire que l’Europe sera moins sociale demain qu’aujourd’hui ? Alors que ce sera plus d’emplois, plus de protection sociale et moins d’exclusion. » (Martine Aubry, 12 septembre 1992, discours à Béthune)

« Si aujourd’hui la banque centrale européenne existait, il est clair que les taux d’intérêt seraient moins élevés en Europe et donc que le chômage y serait moins grave. » (Jean Boissonnat, 15 septembre 1992, La Croix)

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
24 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Swadee
Swadee
3 années plus tôt

Frexit = UPR et aucun autre parti politique.
C’est donc curieux que cet article mentionne le frexit sans mentionner l’upr mais d’autres partis qui souhaitent seulement renégocier les traités, ce qui est impossible rappelons-le compte tenu, entre autres, des exigences posées par l’art. 48 du TUE. POur ceux qui veulent en savoir plus, allez sur http://www.upr.fr

Dehors!
Dehors!
3 années plus tôt

@ Clerc Michel sur la question des 72% pour l’UE : la Grèce a confirmé partiellement ce sondage et ils ont eu les conséquences de ce choix de la peur, le Royaume-Uni a défoncé ce sondage et d’après les derniers chiffres et articles de Businessbourse, entre autres, c’est plus qu’un succès. C’est comme à la cantine, les premiers donc les plus intuitifs et combatifs seront les mieux servis. Cordialement

clerc michel
clerc michel
3 années plus tôt
Reply to  Dehors!

@Dehors, merci de votre reponse, j’en suis convaincu, mais je trouvais interessant d’avoir d’autres avis

pythos
pythos
3 années plus tôt

L’Europe est une entreprise de démolition mise en place par et pour les américains
Quand allez vous comprendre ?
Ils vont tout détruire et nous rendre esclaves !
Il faut retrouver notre souveraineté et la paix dans le monde.

clerc michel
clerc michel
3 années plus tôt

paraitrait que 72% des citoyens veulent rester dans l’UE, vous en pensez quoi?

Thomas Savary
Thomas Savary
3 années plus tôt

L’euro ne survit que par les perfusions de la BCE. Or, l’Italie est au bord de la faillite. Le dernier assouplissement quantitatif de Draghi, en 2015, était de « seulement » 1,14 billion d’euros. En cas de naufrage italien, il faudra combien cette fois ? Le double, le triple ? Et que vaudra l’euro ensuite ? De toute façon, le « Machin » est une construction antidémocratique : primauté du droit communautaire, Commission non élue concentrant l’exécutif et l’essentiel du législatif, Parlement aux pouvoirs très limités, politiques monétaire et économique inscrites en dur dans les traités… Cette construction lamentable est en outre depuis longtemps irréformable (article 48 du TUE).… Read more »

Jean Paul Vieron
3 années plus tôt

C est ça et y rester va continuer à nous apporter le plein emploi, le bonheur et la croissance, le problème avec les europeistes c est qu ils ne font jamais le bilan de leurs dogmes et continuent à rêver, va falloir les réveiller comme l ont fait les anglais 😉 http://www.lopinion.fr/edition/economie/brexit-fmi-s-inquiete-croissance-mondiale-sauf-royaume-uni-111457

Dehors!
Dehors!
3 années plus tôt

à lire les défenseurs de l’euro: “et si il y avait ceci pour une europe plus cela et blablabla on serait riche, on serait tous au boulot et si et si” Et si ma tante en avait elle s’appelerait mon oncle ! L’union européenne c’est pour les énormes multinationales et la mondialisation, y a rien de sociale car ça n’a jamais été le but de l’UE sauf dans le blabla pour tenir les PME tranquillent pour payer le coût de fonctionnment de l’UE

Monique Fossard
3 années plus tôt

hihi le grexit aussi il parait !!!! simplement les migrants se tirent l’emploi est au plus haut et les boites se battent pour aller en angleterre BANDE D ESCROCS DE JOURNALEUX DE MERDE.

DickButt
DickButt
3 années plus tôt

Yves Saner
3 années plus tôt
24
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x