En Espagne, la flexisécurité n’évite pas la précarité

Des patrons qui embauchent plus facilement, mais des salaires qui fondent et des contrats temporaires à la pelle: en Espagne, la « flexisécurité » a contribué en cinq ans au reflux du chômage, au prix d’une grande précarisation.

Sans la réforme du travail de 2012, « nous n’aurions pas osé nous agrandir si rapidement », reconnaît Juan Martinez, gérant d’un magasin concessionnaire automobile Kia dans le nord de Madrid.

La Banque d’Espagne prévoit un ralentissement de la croissance à 2,8% cette année

un million d’Espagnols ont quitté le pays depuis le début de la crise

La loi, impulsée par le gouvernement conservateur après la destruction de 2,6 millions d’emplois en quatre ans de crise, a réduit drastiquement les indemnités de licenciement. Elle a aussi autorisé les licenciements collectifs sans motif économique.

Croissance espagnole, de qui se moque t-on ? …. Philippe Béchade nous dévoile l’envers du décor !

Lire la suite sur boursedirect

3 commentaires

  1. Quand je pense qu’ils ont accepté des diminutions de salaires de 30% pour certains travailleurs, les capitalistes leur ayant vendu que ça permettrait la relance de leur économie : oui pendant 2 ans ils ont eu 5% de croissance ( 30%-5%*2ans = – 20%) leur patrons pendant 2 ans se sont gavés, ont empochés les delta en ne baissant pas beaucoup leur prix à l’export et ces mêmes travailleurs aujourd’hui crèvent : salaires : -20% + assumer les charges de leur gamins qui n’ont plus de boulot et ceux de leurs aïeux qui n’ont plus assez avec leur retraites pour pouvoir être placés! + les remboursements de la baraque ! BRAVO BRAVO je me demande combien de temps ils vont encore tenir!

  2. macron propose les ordonnances pour le code du travail de juillet. DE NOMBREUX TRAVAILLEURS SERONT EN VACANCES UNE AUBAINE POUR NOS DIRIGEANTS DE LA HAUTE FINANCE. VIGILANCE LES AMIS ,ILS VEULENT METTRE LES TRAVAILLEURS EN ESCLAVAGE.REVOLTE

  3. La précarisation, c’est pas les CDI qui font la solution. La précarisation, c’est parce que l’économie est à genoux (rappel : en Espagne, la bulle immobilière pour construire des villes fantomes… donnait du travail à tout le monde.)
    Les flexisécurité, c’est juste la conséquence d’un marché du travail atone. Dommage que ce soit les jeunes générations qui trinquent alors que leurs ainés ont tout épargnés ou dépensés à leur place.
    un peu de patience, la même arrive en France cet été : les Ordonnances Macron vont nous mettre à genoux également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page