Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
Wall Street atteint des sommets alors que les firmes US sont de plus en plus endettées & de moins en moins rentables
 

Une fois de plus, je démarre cet article en faisant une mise en gardeune récession va finir par arriver et avec elle, une crise financière . Tout est potentiellement réuni pour que cela éclate bientôt, et ce malgré une réforme fiscale sérieuse qui serait censée la retarder.

Tôt ou tard, toutes ces pressions telles qu’un endettement public trop élevé, d’importantes promesses du gouvernement, et un ralentissement continu de la croissance, finiront par engendrer une récession.

La récession fait partie du cycle économique.

Vous ne pouvez gérer votre vie ou vos affaires sereinement en ayant constamment l’incertitude du lendemain à l’esprit, mais vous pouvez essayer d’anticiper les choses. De jour en jour, la récession se rapproche, mais ce n’est pas une raison d’avoir peur surtout si l’on est préparé.

Les faits inquiétants:

L’économiste Michael Lebowitz, cofondateur du site financier 720Global a  dressé la semaine dernière une liste de « 22 faits inquiétants » qui montrent sa réticence à suivre le troupeau d’haussiers.

Voici un bref récapitulatif:

  • Le ratio cours/bénéfice (CAPE) pour le S&P500 n’a été supérieure qu’à une seule occasion, à la fin des années 1990. Il tutoie actuellement les niveaux qui avaient été atteints lors de la Grande Dépression.
  • Ce ratio cours/bénéfice (CAPE), ajusté à la croissance économique actuelle, est plus surévalué qu’il ne l’était à la fin des années 1920 et à la fin des années 1990. ( Lien )
  • Le ratio Capitalisation/Chiffre d’affaires se situe à un niveau record.
  • L’ensemble des bénéfices des entreprises américaines (without IVA and CCAdj) a augmenté de 0,97% par an et ce au cours des cinq dernières années. Avant cette période et depuis l’an 2000, la croissance annuelle des bénéfices était de 7,95% (calculé sur un laps de temps de 5 ans). (Remarque: cette période comprenait deux récessions) ( Lien )
  • Au cours des dix dernières années, les sociétés composants le S&P500 ont distribué plus d’argent aux actionnaires via des campagnes de rachats d’actions et des dividendes que ce qu’elles ont pu réellement dégager en termes de bénéfices.
  • Avec 8 600 milliards de dollars, le niveau d’endettement des entreprises est aujourd’hui supérieur de 30% à ce qu’il était lors de son précédent sommet atteint en septembre 2008.
  • Les 200 premières sociétés composants le S&P500 ont des fonds de pension en déficit à hauteur de 382 milliards de dollars et des sociétés telles que GE a dépensé plus d’argent dans des programmes de rachats d’actions (45 milliards de dollars) que pour son fonds de pension qui est en déficit de 31 milliards de dollars, soit le plus important de toutes les sociétés du S&P500. ( Lien )
  • En exploitant les données depuis 1987, le rendement à l’échéance des obligations à haut risque (high yield) est de 3%. Selon le Wall Street Journal, les rendements des obligations à haut risque, ajustés aux défauts de paiement, sont maintenant inférieurs à ceux des obligations de bonne qualité. Actuellement, le rendement de l’indice Barclays U.S. High Yield est inférieur aux taux de défaut prévisionnels.
  • A Wall Street, l’indice de volatilité, est ainsi tombé à son plus faible niveau depuis plus de 30 ans. ( Lien )
  • A 45,3%, le ratio « dette des entreprises/PIB » se situe à des niveaux historiques, ayant même récemment dépassé les niveaux qui avait été atteints lors des 2 dernières récessions.

En résumé, les sociétés américaines sont à la fois plus endettées, moins rentables et plus valorisées qu’elles ne l’ont quasiment jamais été.

L’amélioration de l’économie Américaine, n’est qu’un leurre. 12 faits l’attestent. Malgré l’euphorie sur les marchés actions, de nombreux experts avertissent de l’imminence d’un krach boursier

De plus, ces entreprises s’appliquent d’énormes effets de levier en distribuant de l’argent sous forme de dividendes et en rachetant leurs propres actions au lieu de l’épargner ou d’utiliser cette trésorerie afin se développer.

Peut-être que ça se finira bien … mais il est difficile d’imaginer comment.

Source: zerohedge

Poster un Commentaire

Me notifier des
avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
Sébastien Insulaire
Invité
Jean
Invité
Jean
J’ai etudie les couts de production possible en Chine… et honnetement, personnes ne peut gagner contre eux !!! Ce qui fait que la Chine est devenu comme un Gigantesque Aspirateur de plus de 50% de l’economie mondiale, on parle ici des secteurs primaires et secondaires !!! Mais avec un peu d’intelligence, Vous devriez comprendre que de controler les bases permet de controler le reste du Monde… une fois que les Chinois diront « MERDE » aux QE Illimite de certains pays… Ils prendront le controle de FAIT, de Toute l’Economie Mondiale !!! Ils semblent qu’ils veulent meme imposer leur monnaie numerique a… Read more »
Nicolas Mauriange
Invité

Une énorme pyramide de ponzi doublé d’un système à la madoff…
Le château de cartes va bientôt s’écrouler ….

Vincent
Invité
Vincent

Marcel, quel est le rapport entre cette image et l’article ? Il n’y a rien d’ironique, c’est une vrai question que je te pose.

Chien de la casse
Invité
Chien de la casse

Marcel a appris il y’a quelques semaines a joindre une image à ses commentaires et depuis il est devenu accro.
Je suis sérieux.

Oblabla
Invité
Oblabla

Vincent, pour les Marcel de ce bas monde, mes informateurs m’ont dit qu’ils avaient des traitements adaptés à Sainte Anne.

wpDiscuz