Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
Jim Rogers: “Nous sommes à la veille du pire krach boursier qu’on n’ait jamais connu”
 

Si Jim Rogers ne se trompe pas, nous sommes à la veille du pire krach boursier de notre histoire.

Au cours des 15 dernières années, l’analyste financier Jim Rogers a été régulièrement invité sur CNBC, Fox News et ailleurs, et il est immensément respecté pour sa grande expérience et sa solide connaissance qu’il n’hésite pas à faire partager. Du coup, s’il prend le temps de nous avertir sur le fait que nous sommes à la veille du pire krach boursier qu’on ait jamais connu, eh bien croyez moi, cela fait beaucoup de vagues au sein de la communauté financière. Et bien entendu, Jim Rogers est loin d’être le seul à le dire. Il y a peu de temps, j’ai publié un article qui relatait que d’autres hauts spécialistes annonçaient eux aussi, qu’une nouvelle crise financière était imminente. Au même moment, j’avais expliqué au travers d’un autre article qu’un nombre important d’investisseurs souhaitaient faire d’énormes gains en pariant sur l’effondrement des marchés. Est-il possible que tous ces experts de renoms puissent se tromper ? Eh bien, je ne parierais pas dessus.

Cela m’a stupéfait lorsque j’ai appris ce que Jim Rogers avait déclaré à Henry Blodget, journaliste pour le magazine américain Business Insider à l’occasion d’une récente interview. Rogers a accumulé une énorme crédibilité, mais dorénavant, il la met en jeu en avertissant qu’un énorme krach boursier se produira d’ici la fin de l’année prochaine. Voici ci-dessous la partie clé de l’interview en question

Blodget: – Eh bien oui Jim, au cours d’un krach, l’audience dans les médias à tendance à fortement augmenter, mais ensuite, elle chute complètement une fois que les investisseurs sont anéantis, donc personne ne le souhaite. Mais dîtes moi, quand est-ce que va se produire ce Krach ?

Rogers: Plus tard cette année ou l’année prochaine.

Blodget: Plus tard ? cette année ou l’année prochaine ?

Rogers: oui, oui, c’est ça exactement. Notez-le !

En faisant une telle déclaration, il a pris ses responsabilités et ne s’est pas dérobé.

Et si Jim Rogers avait raison, alors on en entendra parler longtemps de cette interview.

Ensuite , Blodget et Rogers ont également échangé quant à la gravité de la prochaine crise…

Blodget: Quelle pourrait être l’ampleur de ce Krach.

Rogers: Ce sera le pire que vous ayez vu.

Blodget: J’en ai déjà vu quelques-un au cours de mon existence.

Rogers: Ce sera le plus important que j’ai jamais vu, et je suis plus âgé que vous. Non sérieusement, ce sera très grave.

Cela montre que Rogers est convaincu que la prochaine crise sera encore bien pire que ce que nous avons tous connu en 2008.

Bien sûr, je mets en garde les gens depuis un bon bout de temps maintenant au sujet de cette crise qui se profile, mais quand un spécialiste tel que Jim Rogers fait une telle déclaration, oui, là, c’est que la situation est grave, très grave !

Un peu plus loin dans cette même interview, Rogers a fourni davantage de détails en donnant un ordre d’idée quant à l’ampleur de cette prochaine crise…

Vous allez voir des gouvernements tomber. Cette fois-ci, Vous verrez de nombreux pays faire faillite. L’Islande était tombé la dernière fois, eh bien d’autres pays tomberont. Vous en verrez encore plus tomber.

Vous allez voir des acteurs économiques majeurs disparaître. Vous verrez des institutions plus que centenaire disparaître comme ce fut le cas pour Lehman Brothers qui avait plus de 150 ans d’existence. Les gens ne s’en souviennent même plus aujourd’hui. Vous allez en voir disparaître davantage encore la prochaine fois, qu’il s’agisse de musées, d’hôpitaux, d’universités ou d’institutions financières.

Ci-dessous l’interview vidéo où Jim Rogers explique s’attendre au pire krach qu’on ait jamais connu.

Tout ce qu’explique Jim Rogers s’apparente à un « effondrement économique ». Mais en réalité, l’économie américaine est déjà au milieu d’un long “effondrement économique” qui dure depuis plusieurs décennies, mais la crise qui se profile et qu’évoque Jim Rogers va accélérer le processus.

Espérons que cette crise ne nous frappe pas dans un avenir proche, mais à un moment donné, nous n’y échapperons pas.

Et lorsque les marchés commencent à s’effondrer, ils peuvent se mettre à plonger très très rapidement. N’oubliez jamais que les marchés peuvent perdre en quelques semaines tout ce qu’ils avaient gagné pendant des années. Regardez ce qui s’est passé vendredi dernier. Les actions représentants les nouvelles technologies ont baissé de 2,7%, et les “Fang”, à savoir les actions “Facebook, Amazon, Netflix et Google” ont été les principaux éléments moteurs de cette baisse

Facebook a chuté de 5,11 $, soit 3,3%, à 149,60 $.

Apple a chuté de 6,01 $, soit 3,9%, à 148.90 $.

Amazon a chuté de 31,96 $, soit 3,2% , à 978,31 $.

Netflix a plongé de 7,85 $, soit 4,7%, à 158,20 $.

Alphabet – le G dans FAANG – a chuté de 33,58 $, soit 3,4%, à 952,23 $, s’éloignant de l’objectif des investisseurs qui rêvaient d’atteindre les 1 000 $.

Si nous nous dirigeons vers une nouvelle crise, ce que vous devrez surveiller de près, c’est une inversion de la courbe des taux.

Cela s’était produit en 2000 et en 2006, et dans chacun de ces 2 cas, un énorme krach était arrivé quelques temps après.

Et malheureusement, CNBC vient d’expliquer qu’une nouvelle inversion de la courbe des taux d’intérêt pourrait se produire “d’ici la fin de l’année”

Un rebond des rendements des bons du Trésor U.S a été observé après l’élection de Donald Trump. Si la Réserve fédérale continue d’ignorer cette lente hausse des taux ainsi que le signal déflationniste continu du marché obligataire, alors la courbe des taux s’inversera avant la fin de l’année, il en découlera alors une baisse des marchés boursiers et une récession.

L’inversion de la courbe des taux comme ce que l’on a connu lors des sept dernières récessions depuis la fin des années 1960, se produit lorsque les taux courts sont plus élevés que les taux longs. Pourquoi l’inversion de la courbe des taux est-elle si importante pour déterminer la direction des marchés et de l’économie ? Parce que lorsque les actifs bancaires (prêts à plus long terme) génèrent moins de revenus que les passifs bancaires (dépôts à court terme), alors cela incite à un resserrement des nouvelles conditions d’octroi de crédit ainsi qu’à une réduction de la masse monétaire. Et lorsque les bulles d’actifs sont privées de ce carburant monétaire, elles éclatent. Le degré de sévérité de la récession dépend de l’ampleur des bulles d’actifs juste avant l’inversion de la courbe des taux.

L’autre indicateur clé est la croissance des prêts commerciaux et industriels. Selon le site zerohedge, cet indicateur a toujours correctement annoncé chacune des récessions depuis 1960…

Bien que de nombreux indicateurs «conventionnels» sur la force et la vitalité de l’économie américaine aient perdu de leur valeur en termes d’information et de prévisions au cours de la dernière décennie (le PIB fluctue de façon erratique surtout au premier trimestre, le taux de chômage est à son plus faible niveau depuis 10 ans, alors que la croissance des salaires est inexistante et que l’inflation reste nettement inférieur à l’objectif de la Fed et ce malgré son bilan pharaonique en raison de 4500 milliards de dollars imprimés), il y a en revanche un indicateur qui lui est resté un marqueur sûr d’une contraction économique: depuis 1960, à chaque fois que la croissance des prêts commerciaux et industriels ont baissé (ou ont simplement cessé de croître), que ce soit en raison d’un resserrement des conditions d’octroi de crédit ou d’une demande en déclin, une récession était déjà en cours ou allait bientôt démarrer.

Etant donné que cet indicateur a toujours été très précis, il est extrêmement inquiétant d’assister à la “première croissance négative des prêts en 4 à 6 semaines environ” depuis la dernière crise financière…

Après avoir progressé à un rythme de 7% au début de l’année, la croissance des prêts bancaires a baissé pour atteindre 3% à la fin du mois de mars et 2,6% à la fin du mois d’avril. La dernière mise à jour réalisée par la Fed sur les prêts bancaires a montré que le taux de croissance annuel des prêts commerciaux et industriels est maintenant tombé à 1,6%, soit le plus faible taux depuis 2011, alors qu’il avait déjà ralenti en atteignant 2,3% puis 1,8% durant les deux précédentes semaines.

Actuellement le ralentissement de la croissance des prêts se poursuit et rien ne laisse penser que la situation va s’inverser – les Etats-Unis afficheront leur première croissance négative des prêts, ou plutôt la première contraction des prêts sur 4 à 6 semaines environ, depuis la dernière crise financière.

Maintenant, lorsque vous ajoutez ces derniers indicateurs à tous les autres signaux qui montrent que l’économie américaine ralentit, l’image de la situation actuelle commence à sauter très clairement aux yeux.

Egon Von Greyerz: « Croyez moi si vous le voulez, mais un krach gigantesque est imminent. » Préparez-vous, ça risque de saigner.. Paul Singer se prépare à voir la situation déraper !

On dit que “Ceux qui n’apprennent rien de l’histoire sont condamnés à la répéter”. L’Amérique, n’a quasiment tiré aucune leçon des erreurs du passé et surtout de la catastrophe financière de 2008, et maintenant, les mêmes erreurs produiront une nouvelle fois les mêmes désastres.

Nous allons faire face à une crise financière sans précédent, et la seule question que je me pose, c’est quand est-ce qu’elle va nous frapper.

Source: theeconomiccollapseblogLire les précédents articles de Michael Snyder

Get Prepared Now!: Why A Great Crisis Is Coming & How You Can Survive It (Broché)


By (author):  Michael Snyder, Barbara Fix

Neuf: EUR 14,12 EUR En stock
Used from: EUR 14,12 En stock
buy now

The Rapture Verdict (Broché)


By (author):  Michael Snyder

Neuf: EUR 16,93 EUR En stock
Used from: EUR 16,93 En stock
buy now

The Beginning Of The End by Michael Snyder (2013-05-15) (Broché)


By (author):  Michael Snyder

Prix habituel EUR 25,79
Neuf: EUR 25,79 EUR En stock
Used from: EUR 25,77 En stock
buy now

avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
50 Comment threads
16 Thread replies
6 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
23 Comment authors
French_forexmylosMaxouAlexNoel Mantion Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
French_forex
Invité
French_forex

Tiens encore un gourou. Je vous rappelle qu’entre ceux qui n’ont rien vu venir pour la crise des subprimes et ceux qui avaient prévu neuf des cinq dernières récessions, la raison veut que l’on apporte pas trop d’importance aux déclarations de ce style. Fussent-elles émises par des “grands” économistes.

mylos
Invité
mylos

Dans tous les cas si le conflit éclate entre les pays asiatiques, l’inde, la russie contre les states, le krach boursier est inévitable… Et des hauts et des bas auront lieu par rapport aux attaques des terrorismes sur l’ensemble du globe… une année assez difficile sur le plan économico socio politique à venir…

Maxou
Invité
Maxou

Le Titanic etait insubmersible…

Noel Mantion
Invité

les rats vont quitter les navire- avec nos impôts que l’on rembourse leurs dettes du 1ere crash

Yannick Ollivier
Invité

Ça fait des années qu’on entend le même refrain…

Jerome Croisille
Invité

Encore….

Patrick Heretieu
Invité

Blablabla blablabla blablabla ça des années…….qui ressassent ça. C’est sur à force……

Alex
Invité
Alex

En même tmps, les gens avaient le même discours que le votre avant chaque crash… un en moyenne tous les 6 ans, et déjà 3 pour le CAC40 depuis 2000.

Ustéd Bbelmir
Invité

En économie moderne, la théorie économique, toutes écoles confondues, veut que le marché libre s’auto-régule après chaque fluctuation et à chaque tendance ascendance suit une tendance descendante. Et comme le marché boursier connait depuis un certain temps une tendance très forte à la hausse ( spéculations) verra forcément une tendance vers la baisse pour la ramener à son niveau réel ( correction ). Sauf que cette fois-ci, la bourse est partie tellement loin ( bulle spéculative ) que la chute ferait très mal à toutes les économies du monde mondialisé ( krach ).

Nelson
Invité
Nelson

Pas fatigué d annoncer la fin du monde

Christophe Pasquier
Invité

qui à la définition de “la veille” ???
j’ai l’impression qu’on à pas tous la même et que ce monsieur encore moins…
ça fait tellement longtemps que j’entends ça que je crois que j’en verrais jamais de ma vie… une crise, une vrai ^^