Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Olivier Myard: Adieu Liberté pour 30 ans ?

Pour une majorité des Français, le chaos actuel est le résultat direct de la mise en œuvre, depuis 18 mois, d’une politique perçue à tort comme libérale.

Cette erreur de jugement risque de plomber l’idée de liberté économique en France pour 30 ans.

Dans la grande tradition de l’Ecole de Vienne, la liberté individuelle, avec un Etat assurant au meilleur coût ses fonctions régaliennes (ordre public, défense du territoire, protection des droits de chacun y compris ceux des individus les plus vulnérables), permet à chacun de mettre en oeuvre ses talents pour développer l’activité, et donc l’emploi, les rentrées fiscales, pour le plus grand profit de la société dans son ensemble.

La France, qui culmine à 46,2% de prélèvements obligatoires en 2017 (source OCDE), devançant désormais le Danemark et la Belgique, est bien loin de cet idéal avec un Etat omniprésent contrôlant 57% de l’économie.

Mais pour l’électorat, la politique mise en oeuvre depuis mai 2017 est « libérale ». Il s’agissait en effet, à en croire le discours du nouveau gouvernement, de libérer l’économie française et réformer sans tabou ni entrave.

La diabolique dynamique des « 3L »

C’était sans compter sans la dynamique diabolique de la Cinquième République depuis l’instauration du quinquennat, celle des 3L.

Les 3L rythment la vie politique française et se résument par « d’abord on lèche, puis on lâche, enfin on lynche ».

Sarkozy et Hollande ont tous les deux connu ces trois séquences successives.

Comme toujours avec Emmanuel Macron, tout a commencé par un « Etat de grâce », le monde entier était en admiration pour notre président, si jeune, si séduisant, si volontaire… Le premier « L » de la lèche.

A peine plus d’un an après l’élection, toute une série de signaux ont commencé à éroder cet appui populaire, le point d’orgue ayant été constitué, au début de l’été, par l’affaire Benalla. Ce fut le deuxième « L », celui du lâchage.

A partir de là, tout s’est enrayé, au point de nous faire assister à la situation actuelle, au caractère quasi-insurrectionnel, rythmé par les cris de « Macron démission ». Le troisième « L », celui du lynchage, est en place.

Cette fois-ci, cette étape obligée du mandat présidentiel revêt un caractère dramatique et une intensité rarement atteinte dans le passé (hormis lors des épisodes révolutionnaires).

En conséquence, il est fort à craindre que « l’élan réformateur » du début du quinquennat soit stoppé net.

Libérer l’économie en France serait une mission impossible

Un des symptômes de ce « mal français », pour reprendre l’expression d’Alain Peyrefitte, l’ancien ministre du Général de Gaulle, est la résurgence du débat sur l’ISF, impôt ô combien populaire, mais réduit à son volet immobilier…

Même si le président en a exclu toute résurrection dans son volet financier, la tentation est forte d’apaiser les gilets jaunes, tout en créant de nouvelles recettes fiscales– bien qu’il s’agisse d’un impôt imbécile, destructeur d’emplois.

Lorsqu’il l’a supprimé, le gouvernement a surtout communiqué sur l’attractivité de notre pays et le concept, qu’il voulait exterminer, d’ »Incitation à Sortir de France ». Deux idées peu parlantes pour la quasi-totalité de nos concitoyens.

Pourtant parmi les nombreux défauts de cet impôt, il y avait encore pire : les conséquences désastreuses pour notre économie en matière de développement des entreprises et de création d’emplois.

Comment l’ISF pèse sur les entreprises

L’ISF forçait en effet les actionnaires d’entreprises familiales à exiger de gros dividendes, pour non seulement assurer leur train de vie mais aussi financer leur contribution à l’ISF. S’ils n’avaient pas les capacités nécessaires à l’accès à un poste de direction au sein de l’entreprise familiale, ils ne pouvaient défendre que leur patrimoine était leur outil de travail et ne bénéficiaient donc pas d’exonération.

Résultat, la solidité financière de ces entreprises, versant trop de dividendes, était laminée. Cela handicapait leurs perspectives de développement et donc de création d’emploi et, à terme, de génération des ressources fiscales supplémentaires.

Ré-instituer l’ISF reviendrait à se tirer une balle dans le pied et à lâcher la lutte contre le chômage et les déficits publics.

Delamarche: Si la France ne fait pas 4,2% de croissance, elle ne rembourse pas les intérêts de la dette Jovanovic: “En comptabilisant les régions, l’endettement de la France est compris entre 140 et 150%”

La droite conservatrice française, de retour au pouvoir en 1986, bien consciente de ce fardeau pour l’économie, avait immédiatement supprimé ce qui était alors l’IGF (impôt sur les grandes fortunes, ancêtre de l’ISF). Elle a perdu les élections deux ans plus tard. La leçon fut retenue.

Traumatisée, la droite attendra près de 30 ans avant d’oser introduire à nouveau cette réforme dans son programme électoral…

L’échec radical du gouvernement actuel, que l’opinion va attribuer à la mise en oeuvre de réformes économiques perçues comme libérales, va-t-il évacuer de l’agenda politique le concept de libéralisme en France jusqu’en 2048 ?

Si cela se vérifiait, les opportunités d’investissement dynamique risqueraient de se raréfier en France, incitant les épargnants à se placer plutôt sur des supports diversifiés internationalement.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit


Olivier Myard ENA, Sciences Po Paris, Olivier Myard est aujourd’hui fonctionnaire international, en poste en Amérique du nord (États-Unis, Canada) depuis dix ans.
Auparavant, il avait développé sa carrière dans le secteur privé (banque, assurances), mais aussi au sein du réseau international du ministère des finances et auprès des juridictions financières. Il a passé la moitié de sa vie en dehors de France métropolitaine mais reste attentif à l’évolution de son pays avec un regard de l’extérieur.


A l’attention des lecteurs du site BusinessBourse

Nous sommes à la veille d’un tournant majeur dans l’économie mondiale. Pour les très rares personnes qui ont des actifs à protéger, le moment est venu de sortir des bulles d’actifs, comme je le recommande depuis longtemps. Il est également temps de détenir de l’or et de l’argent physique comme assurance pour son patrimoine. Les métaux précieux atteindront des niveaux sans précédents, voire non envisageables aujourd’hui avec l’hyperinflation.

Pour ceux qui pensent avoir peu de moyens, rappelez-vous que vous pourriez acheter 1 gramme d’or par mois, ou plus, ce qui coûte aujourd’hui 43 $. Au fil du temps, cela vous permettra d’accumuler un important pécule.

Goldbroker propose une solution simple et sûre pour acheter de l’or physique et parer à la criseUne offre unique et sûre pour investir dans l'or et l'argentGoldBroker: Stockage sécurisé en nom propre hors du système bancaire de vos métaux précieux.

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
13 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Jeremy
Jeremy
1 année plus tôt

« C’était sans compter sans la dynamique diabolique de la Cinquième République depuis l’instauration du quinquennat, celle des 3L.  » Encore une analyse d’une pertinence incroyable …

Francoise Moureaux
1 année plus tôt

Il ne peut pas donner des milliards aux pays africains = faire des emprunts et ensuite réduire la dette en créant de nouvelles taxes, augmentant les impots pour le peuple, en supprimant ceux pour les riches…..

bigmac29
bigmac29
1 année plus tôt

Il ne reconnait pas la France comme une vraie nation, sinon une petite partie d’un fourre-tout que ses potes de la finance l’aide à gérer au mieux de leurs intérêts personnels ! Demande à Niel ! Ce mec n’est donc rien, Françoise, sinon une vitrine vide. L’intéressant est dans le magasin… Pourquoi reste-t-ton en Syrie d’après toi? Pour y défendre les droits de l’homme ! Et ce n’est pas de la soumission ça selon toi ??? Et le pacte de Marrakech sur l’immigration signé en catimini ? Et le pognon distribué au Tchad (Pas de sa poche) ! Etc. etc.… Read more »

00 882
00 882
1 année plus tôt
Reply to  bigmac29

Pour le Tchad il faut protégé notre Uranium.
Je veux dire que je pense que les choses se passerait différemment si il n y avait pas de gisement.

bigmac29
bigmac29
1 année plus tôt
Reply to  00 882

C’est vrai !!!

00 882
00 882
1 année plus tôt
Reply to  bigmac29

D où la raison d y envoyer de l argent.

(D un autre coté je suis favorable à la déclaration de Philadelphie de 1944 qui elle peut paraître plus prononcé et controversé aujourd’hui que la pacte de Marackech)

bigmac29
bigmac29
1 année plus tôt
Reply to  00 882

Payer donc l’uranium !!!

Quoi de plus ?

00 882
00 882
1 année plus tôt
Reply to  bigmac29

Aussi s assurer qu il n y ait pas un gouvernement anti Français où qui veuillent nous le faire payer très cher.

Sur ce point Idriss Déby avait pris le pouvoir après que le président précédent avait conclu un accord avec les États Unis.

bigmac29
bigmac29
1 année plus tôt
Reply to  00 882

Et pourquoi cette la déclaration de Philadelphie de 1944 remporte-t-elle vos faveurs ?
Tout au mieux des vœux pieux sans suite …

Dans ces deux cas :

Pacte : contrat conclu plus ou moins contraignant.

Déclaration : valeur de recommandation.

Je me trompe ?

00 882
00 882
1 année plus tôt
Reply to  bigmac29

Vous l avez mal lu: la pauvreté, où qu’elle existe, constitue un danger pour la prospérité de tous; la lutte contre le besoin doit être menée avec une inlassable énergie au sein de chaque nation et par un effort international continu et concerté la mise en œuvre, moyennant garanties adéquates pour tous les intéressés, de possibilités de formation et de moyens propres à faciliter les transferts de travailleurs, y compris les migrations de main-d’œuvre et de colons; Bref d où le principe d aide au développement Bien sûr, je ne suis pas sûr que maintenir Idriss Débi soit conforme à ces… Read more »

generalchanzy
generalchanzy
1 année plus tôt

« les opportunités d’investissement dynamique risqueraient de se raréfier en France. » Ouh ouh! Il faut redescendre sur terre! Ca fait 30 ans que les opportunités se raréfient en France pour cause de concurrence déloyale et d’utilisation d’une monnaie mortifère.

Alain Asgard
1 année plus tôt

J’adore les commentateurs de votre site , vous êtes tous et toutes tranquillement dans votre,sphére et votre bulle , vous ne sortez pas beaucoup en dehors de votre milieu , universitaire affaires finances et les discours donnent toujours raison au dominant sur le dominé ne changez rien restez dans votre illusion tant que vous le pouvez

mOI
mOI
1 année plus tôt

La « liberté économique  » dans un monde ou 50 pourcent des animaux supérieurs ont disparus en 30 ans ainsi que les trois quart des insectes est un crime contre l’humanité et une aberration , le liberalisme va détruire notre espèce !!
Parlons plutot de responsabilité économique et de frugalité bien comprise !!

13
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x