Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
Le FMI et la Banque mondiale sont en crise, une nouvelle vision radicale est requise
 

Le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, a démissionné de ses fonctions au 1er février, soit environ 3 ans et demi avant la fin de son mandat, à la recherche d’une herbe plus verte ailleurs. Sa volonté de démissionner en tant que patron de l’une des 2 institutions financières les plus puissantes du monde est troublante. Mais il s’agit également d’un avertissement.

La Banque mondiale et le FMI sont les derniers vestiges de l’accord de Bretton Woods, sous lequel le capitalisme a connu son âge d’or dans les années 50 et 60. Même si ce système, basé sur un taux de change fixe, a volé en éclats en 1971, les 2 institutions ont continué de mener une politique mondiale financière sur des lignes purement atlantistes. C’est à l’Europe qu’il revenait de choisir le patron du FMI, tandis que les États-Unis décidaient du leadership de la Banque mondiale.

Kim, médecin de formation qui se présentait lui-même en tant que pourfendeur de la pauvreté, remet désormais le sort de la Banque mondiale au bon vouloir de Donald Trump. C’est comme si un juge démocrate de la Cour suprême remettait sa robe en plein mandat républicain. Pour ajouter une touche d’absurde au drame, c’est désormais la fille du président américain, Ivanka Trump, qui est à la tête du comité en charge de trouver un successeur à Kim.

Comme c’est le cas pour toute crise de l’ère Trump, cette affaire sordide est une excellente opportunité de mobiliser autour d’une toute nouvelle vision pour les institutions de Bretton Woods. Afin d’engager des réformes radicales qui mettraient les ressources de la Banque mondiale et du FMI au service du plus grand nombre, au lieu de lubrifier les rouages de la finance mondiale dans l’intérêt d’une poignée de privilégiés.

Une telle vision progressiste rapprocherait davantage le système de Bretton Woods des intentions nobles de ses fondateurs. « La prospérité, comme la paix, est indivisible », avait déclaré le secrétaire américain au Trésor Henry Morgenthau dans son discours inaugural à la conférence de Bretton Woods, qui donna naissance à la Banque mondiale et au FMI. « Nous ne pouvons pas nous permettre de la disperser ici et là au profit de quelques privilégiés, et aux dépens du reste. »

L’objectif original de Bretton Woods était de mettre en place des taux de change fixes. Le FMI devait aider les pays fortement endettés à restructurer leur dette et à contrôler les flux des capitaux. De son côté, la Banque mondiale devait aider à financer le développement. Un organisme mondial de stabilisation des matières premières devait contribuer à offrir les produits de base à des prix justes, aussi bien pour les consommateurs que pour les producteurs. Enfin, le système serait chapeauté par le dollar, qui serait la seule devise à pouvoir être échangée contre de l’or à un cours fixe.

19 raisons d’acheter de l’Or en 2019 Charles de Gaulle: “En vérité on ne voit pas qu’il puisse y avoir réellement de critère, d’étalon, autre que l’or.”

John Maynard Keynes, le négociateur en chef britannique a Bretton Woods, avait une inquiétude : le nouveau système ne pourrait reposer sur le dollar que si les États-Unis affichaient une balance commerciale positive. En cas de balance commerciale négative américaine, le système s’effondrerait. Keynes avait donc suggéré la création d’une institution de compensation internationale, l’ICU, au lieu de faire reposer le nouvel ordre mondial économique sur le dollar. Tout en conservant leur devise nationale, les paiements internationaux seraient libellés en une unité commune, que Keynes appelait le Bancor, et la compensation serait assurée par l’ICU.

Lire la suite sur or-argent.eu

A l’attention des lecteurs du site BusinessBourse

Nous sommes à la veille d’un tournant majeur dans l’économie mondiale. Pour les très rares personnes qui ont des actifs à protéger, le moment est venu de sortir des bulles d’actifs, comme je le recommande depuis longtemps. Il est également temps de détenir de l’or et de l’argent physique comme assurance pour son patrimoine. Les métaux précieux atteindront des niveaux sans précédents, voire non envisageables aujourd’hui avec l’hyperinflation.

Pour ceux qui pensent avoir peu de moyens, rappelez-vous que vous pourriez acheter 1 gramme d’or par mois, ou plus, ce qui coûte aujourd’hui 43 $. Au fil du temps, cela vous permettra d’accumuler un important pécule.

Goldbroker propose une solution simple et sûre pour acheter de l’or physique et parer à la criseUne offre unique et sûre pour investir dans l'or et l'argentGoldBroker: Stockage sécurisé en nom propre hors du système bancaire de vos métaux précieux.

avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
2 Comment threads
3 Thread replies
3 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
4 Comment authors
bigmac29Jean-Philippe EglingerSoxaxSebastian Salmon Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Jean-Philippe Eglinger
Invité

Ça ne date pas d’hier…

Sebastian Salmon
Membre

FMI, ça veut dire : “foure moi imédiatment”.

Soxax
Invité
Soxax

Mais avec des intérêts …

Sebastian Salmon
Membre

Avec les intérêts bien entendu.

bigmac29
Invité
bigmac29

lol lol lol