Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
Netflix recommande…Netflix !

Revenons à Netflix…Pas de la robotique allez vous me dire, si bien sûr serais-je tenté de vous répondre. Hier je vous parlais de cette guerre des plateformes de VOD mais je voulais aussi vous parler de l’algorithme de Netflix. Je vous avais déjà dit, et je persiste et signe, que cet algorithme de recommandation vous enferme dans un genre alors que vos envies en matière de films ou de séries peuvent changer bien évidemment, il fallait tout de même regarder cela de près. Un journaliste qui avait un peu de temps, qu’il en soit remercié, a créé un compte vierge afin d’analyser ces fameuses recommandations et donc l’algorithme qui y est lié. Joe Berkowitz, du site Fastcompagny, s’est donc envoyé à gogo des programmes sur Netflix en notant les propositions d’utilisateur.

Premier constat, il y a bien évidemment une proximité de genre. Vous regardez deux thrillers, Netflix va vous en proposer d’autres. Jusque là, pas besoin d’un diplôme d’études supérieures. Le second constat est celui de la prise en compte de l’âge dans les recommandations. Des films de vieux pour les vieux et de jeunes pour les jeunes… Le troisième est assez intéressant puisque notre journaliste soudé à son canapé a pu constater que Netflix privilégiait ses propres productions au détriment des autres même si parfois, la concordance était tirée par les cheveux… Même s’il existe d’autres films plus pertinents à vous recommander, l’algorithme fait l’impasse et vous livre des possibilités, toutes produites par Netflix.

Rien de surprenant lorsque l’on sait que le succès de Netflix tient dans son catalogue et ses productions. Productions qui ont nécessité des investissements à hauteur de 12 milliards d’euros en 2018 ! Il faut bien rentabiliser non ? Mais ces recommandations agacent aussi et privent l’utilisateur d’une large partie du catalogue dans lequel il faut alors aller plonger par recherche de nom avant de trouver, enfin, son bonheur. Petite consolation, Netflix se refuse, en tout cas pour l’instant, à (sombrer dans ?) utiliser la publicité sur sa plateforme. Enfin autre que pour ses productions ou nouveautés…L’histoire ne nous dit pas si Joe Berkowitz a résilié son abonnement ou s’il est toujours derrière son écran.

Sylvain DEVAUX

Rédacteur en chef

Source: insolentiaeVoir les précédentes interventions de Charles Sannat

avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
  Subscribe  
Me notifier des