Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
L’invention la plus ingénieuse et dangereuse de l’histoire de la finance
 

Au cours des cent dernières années, le Pays des merveilles a progressivement manqué d’argent. La dette a commencé à augmenter beaucoup plus rapidement lorsqu’en 1971, le roi (Nixon) décida de remplacer l’or par de la monnaie-papier. Jusque là, toute la monnaie émise était adossée à l’or. Mais le roi, la reine et leurs amis banquiers ont adoré cette nouvelle ère, où ils n’étaient plus soumis à la discipline d’avoir un budget équilibré et pouvaient simplement imprimer des morceaux de papier qu’ils ont appelés “monnaie”. Ce fut une grande période pour le roi, la reine et leurs amis proches. Vu qu’ils étaient en première ligne pour recevoir l’argent, qui avait encore de la valeur, ils pouvaient acheter ce qu’ils voulaient. Cette monnaie papier, une fois arrivée dans les mains des gens ordinaires, était déjà avilie et valait beaucoup moins. Les impôts ont dû passer de presque rien il y a cent ans, à 50% ou plus du revenu, en incluant toutes les taxes. Cela était nécessaire pour financer les dépenses déficitaires et payer les intérêts sur la dette.

Greyerz: “Les gouvernements sont en faillite, les dettes augmentent à un rythme exponentiel” Egon Von Greyerz: “Esclavage de la dette + fausse monnaie = effondrement final”

Le roi et la reine récompensèrent généreusement leurs amis banquiers pour cette ingénieuse invention. Plutôt que d’utiliser de l’or, cher, comme monnaie, ils ont pu imprimer ce dont ils avaient besoin, à coûts nuls. Ils n’ont jamais compris qu’en imprimant de la monnaie à coûts nuls, cette monnaie n’a pas de valeur.

Source: or.fr

A l’attention des lecteurs du site BusinessBourse

Nous sommes à la veille d’un tournant majeur dans l’économie mondiale. Le moment est venu d’acheter de l’Or avant qu’il ne soit trop tard. Pour les très rares personnes qui ont des actifs à protéger, il devient urgent de sortir des bulles d’actifs(marché boursier, obligataire, immobilier, etc…), comme je le recommande depuis longtemps. Il est également temps de détenir de l’or et de l’argent physique comme assurance pour son patrimoine. Les métaux précieux atteindront des niveaux sans précédents, voire non envisageables aujourd’hui avec l’hyperinflation.

Pour ceux qui pensent que c’est le moment d’investir dans l’or ou l’argent, nous vous recommandons de contacter le site “l’once d’or”. Leurs prix, le service et le conseil vous aideront à prendre votre décision. Livraison gratuite dans toute la France métropolitaine, et territoires d’outre-mer. Pour d’importants achats, si vous venez de la part du site BusinessBourse, vous aurez de meilleures conditions en prix et en service. (En cas de besoin – Tel portable: 06 85 94 73 13)

               
Le retour au Standard Or d’Antal Fekete                            Dernière intervention de P.Herlin sur l’or
                      
         Nicolas Perrin: Investir sur le marché de l’or                                           Histoire de l’argent
               
0 0 vote
Article Rating
Subscribe
Me notifier des
guest
2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Alain Pierson
6 mois plus tôt

John Law : “La France m’a servi de laboratoire : j’ai inventé la banque et la planche à billets pour que l’Etat se finance” Après avoir fondé la monnaie-papier à cours légal, il fonda la 1ère Banque Royale et inventa les actions..jusqu’à la spéculation puis la banqueroute… et dut s’exiler.
https://www.atlantico.fr/decryptage/3484840/john-law–la-france-m-a-servi-de-laboratoire–j-ai-invente-la-banque-et-la-planche-a-billets-pour-que-l-etat-se-finance-aude-kersulec-jean-marc-sylvestre

Alain Pierson
6 mois plus tôt

* UNe interview imaginaire de John Law : John Law : “La France m’a servi de laboratoire : j’ai inventé la banque et la planche à billets pour que l’Etat se finance” Le premier aussi, à avoir émis en France des actions, qui s’achetaient et se revendaient rue Quincampoix, la première bourse de Paris.
https://www.atlantico.fr/decryptage/3484840/john-law–la-france-m-a-servi-de-laboratoire–j-ai-invente-la-banque-et-la-planche-a-billets-pour-que-l-etat-se-finance-aude-kersulec-jean-marc-sylvestre

2
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x