Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Bill Bonner: « Warren Buffett a-t-il perdu la main ? »

L’Oracle d’Omaha est-il perdu, dépassé, obsolète… ou bien est-ce le reste du monde qui a entièrement perdu la tête ?

Ce pauvre Warren Buffett. Désormais âgé de 89 ans, il n’arrive plus à suivre. Il est déconnecté des marchés. Une relique d’une époque disparue.

Le Sage des Plaines n’a fait qu’un gain de 11% en 2019 avec sa holding, Berkshire Hathaway, tandis que le S&P 500 grimpait de plus de 30%.

Aujourd’hui, il fait pire encore. Dans la Financial Review :

« Le célèbre investisseur a enregistré en 2019 sa pire performance par rapport au S&P 500 depuis une décennie, et 2020 s’annonce comme étant presque aussi épouvantable. Au lieu de tirer avantage de la crise du coronavirus qui a frappé les marchés en mars, Buffett en a été la victime.

La question se pose plus nettement encore aujourd’hui que depuis que Berkshire est passé à côté du boom des dot.com : Buffett a-t-il perdu la main ? »

Notre question du jour :

Est-ce que c’est l’Oracle d’Omaha qui a perdu la main… ou les autres investisseurs qui ont perdu la tête ?

Un marché de bulle

Tout le monde sait que le marché actuel n’est pas fait pour un « investisseur par la valeur » comme Buffett. Il perd son temps à tailler ses crayons et éplucher des bilans… équilibrant soigneusement actif et passif.

Personne ne se soucie de l’actif – ou du passif. Les investisseurs actuels pensent qu’un bilan à l’équilibre est un exercice de yoga. C’est un monde nouveau… avec une différente sorte de marché.

Nous sommes en effet dans un marché de bulle… le quatrième de ces 21 dernières années. Le premier a pris fin en 2000… le suivant en 2008… le suivant en 2020… et désormais, à peine trois mois plus tard… un de plus !

Merci la Fed.

Procédure standard

Pour bien comprendre ce qu’il se passe… et mettre tous nos lecteurs à l’unisson… nous devons revenir au monde qui a formé Warren Buffett. En d’autres termes, nous devons revenir à l’époque où la devise était réelle – avant 1971.

Il n’y a eu que deux bulles sur l’ensemble du XXème siècle. L’une d’entre elles a explosé juste au moment où le siècle prenait fin (mentionnée ci-dessus). L’autre s’est effondrée juste avant la naissance de Buffett en 1930.

Marc Touati: « Bourse, dette, immobilier: Et si toutes ces bulles éclataient en même temps ?! » Egon Von Greyerz: « Effrayant ! Regardez les Terrifiantes conséquences de l’effondrement à venir de la plus titanesque bulle d’endettement que le monde n’ait jamais connue !”

Toutes les bulles explosent. La meilleure chose à faire, c’est de simplement laisser les marchés ramasser les morceaux et se remettre au travail le plus vite possible.

Mais l’année de naissance de Warren Buffett, les autorités sont intervenues pour contrecarrer le processus naturel de reprise, transformant la décennie qui a suivi en Grande dépression. C’est devenu la procédure standard.

En 1971, les Etats-Unis ont changé leur devise, passant d’un dollar limité et adossé à l’or… à une « note de la Réserve fédérale », quasiment illimitée et adossée à rien du tout. La différence clé : sans l’appui de l’or, les autorités pouvaient imprimer autant de billets qu’elles le souhaitaient… et intervenir à bien plus grande échelle.

Le put Greenspan

Ce n’est pas avant qu’Alan Greenspan arrive aux commandes de la Réserve fédérale en 1987 que la banque centrale américaine a vraiment profité de la folie qu’elle avait à portée de main.

Après le bref krach boursier de 1987, la doctrine du put Greenspan est arrivée. Elle indiquait aux investisseurs que si les actions en venaient à chuter… la Fed interviendrait avec toujours plus de faux dollars flambant neufs pour faire remonter les cours.

Difficile d’imaginer plus grosse idiotie pour une banque centrale. La Fed a fait savoir qu’elle soutiendrait les investisseurs… et que, aussi cinglée que soit leur sélection d’actions, quels que soient les sommets insensés auxquels ils pousseraient les cours, la Fed s’assurerait qu’ils ne perdent pas d’argent.

« On ne lutte pas contre la Fed » – cette antique vérité a régné sur Wall Street pendant longtemps. Mais le put Greenspan a fait naître un corollaire : « et on anticipe les pauvres idiots ». En d’autres termes, achetez des actions et des obligations avant que la Fed fasse grimper les prix.

Où est-ce que cela nous a menés ? C’est ce que nous verrons dès demain.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit


bonnerBill Bonner est le fondateur d’AGORA, le plus large réseau d’entreprises indépendantes de presse spécialisée au monde.
En 1978, depuis sa ville natale, Baltimore (Maryland, Etats-Unis), Bill Bonner a voulu développer un « marché » (« Agora » en grec) des idées. Pas de l’information homogénéisée telle que les médias grand public relayent sur nos écrans et journaux, mais une source d’idées diverses avec des opinions et des avis originaux, alternatifs et surtout utiles. Bill a à cœur d’aider les lecteurs à mieux comprendre le monde dans lequel ils vivent, et à agir dans en conséquence. Que ce soit en matière de géopolitique, de macro-économie ou tout simplement le domaine de l’épargne, Bill incite ses lecteurs à cultiver un esprit vif et anticonformiste.
Bill a également co-écrit des livres qui ont tous figuré dans la liste des best-sellers du New York Times et du Wall Street Journal : L’inéluctable faillite de l’économie américaine (2004), L’Empire des dettes. À l’aube d’une crise économique épique (2006) et Le Nouvel Empire des dettes. Grandeur et décadence d’une bulle financière épique (2010).

A l’attention des lecteurs du site BusinessBourse

Nous sommes à la veille d’un tournant majeur dans l’économie mondiale. Le moment est venu d’acheter de l’Or avant qu’il ne soit trop tard. Pour les très rares personnes qui ont des actifs à protéger, il devient urgent de sortir des bulles d’actifs(marché boursier, obligataire, immobilier, etc…), comme je le recommande depuis longtemps. Il est également temps de détenir de l’or et de l’argent physique comme assurance pour son patrimoine. Les métaux précieux atteindront des niveaux sans précédents, voire non envisageables aujourd’hui avec l’hyperinflation. Débancarisez-vous ⟶ Service Premium

Pour ceux qui pensent que c’est le moment d’investir dans l’or ou l’argent, nous vous recommandons de contacter le site « l’once d’or ». Leurs prix, le service et le conseil vous aideront à prendre votre décision. Livraison gratuite dans toute la France métropolitaine, et territoires d’outre-mer. Pour d’importants achats, si vous venez de la part du site BusinessBourse, vous aurez de meilleures conditions en prix et en service. (En cas de besoin – Tel portable: 06 85 94 73 13)

               
Le retour au Standard Or d’Antal Fekete                            Dernière intervention de P.Herlin sur l’or
                      
         Nicolas Perrin: Investir sur le marché de l’or                                           Histoire de l’argent
               

[AMAZONPRODUCTS asin= »2914569661,2865532321,2914569823,2297004788,2915401233″ partner_id= »busbb-21″ locale= »fr »]

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Arnaud Coquelin de Lisle
4 mois plus tôt

NON, certainement pas, ce sont les banques centrales qui ont perdu la main !

Poujade51
Poujade51
4 mois plus tôt

Comptablement pas du tout ! cet avantage leur permet de toujours et quoi qu’il arrive d’afficher de beaux bilans, de belles statistiques !
Leur seul et unique problème sera comment gérer la monnaie quand les gens verront qu’elle est manipulée et qu’ils n’en voudront plus ! Ils préfèreront l’or physique, l’argent physique et le troc : 3 choses sur lesquels les gouvernements n’ont aucune emprise! Et là fini l’hégémonie sur le petit peuple ! Ah ben merde alors !

2
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x