Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Le tableau apocalyptique post-crise des finances publiques par la Cour des comptes
 

C’est le titre du Figaro qui est apocalyptique et terriblement fin-du-mondiste, et je trouve cela assez truculent de voir un tel journal titrer de la sorte !

« La Cour des comptes dresse un tableau apocalyptique post-crise des finances publiques »…« C’est un tableau particulièrement noir que dresse la Cour des comptes dans son rapport annuel sur la situation et les perspectives des finances publiques, publié ce mardi matin. Face à la crise du coronavirus qui touche de plein fouet l’économie tricolore, «le choc subi par les finances publiques est massif» et «exceptionnel», insistent les magistrats de la rue Cambon qui confirment ainsi les très sombres prévisions économiques pour cette année. Et, contrairement à d’autres pays également touchés par la pandémie, «la France n’a pas abordé cette crise avec des finances publiques restaurées», fustige également l’institution présidée, depuis début juin, par Pierre Moscovici, ministre de l’Économie au début du quinquennat de François Hollande avant de partir à Bruxelles comme commissaire européen chargé des finances.

Désormais bien connus, les chiffres parlent d’eux-mêmes : cette année, la croissance devrait se contracter de 11 % du PIB . Estimé à 50 milliards d’euros avant la crise, le déficit public devrait exploser à… 250 milliards, ce qui pèserait 11,4 % du PIB. Quant à la dette, elle s’envole un peu plus et devrait dépasser 120 % du PIB. « En montant, elle représenterait l’équivalent de presque 40 000 euros par français », juge utile de préciser l’institution financière.

Plus spécifiquement, c’est la chute « massive » des recettes publiques d’environ 135 milliards d’euros qui explique «les deux tiers du relèvement du déficit», poursuit la Cour des comptes. Pour le reste, ces pertes résultent du soutien massif du gouvernement via son plan d’urgence de 130 milliards d’euros, dont 57 milliards de dépenses sèches (chômage partiel ou encore fonds de solidarité). Et l’addition devrait grimper un peu plus avec le plan de relance prévu pour la rentrée de septembre et les quelques mesures (emploi des jeunes…) non encore dévoilées.

« Au total, face à l’urgence, l’État a joué le rôle d’« assureur en dernier ressort » de l’économie et des revenus», souligne la Cour des comptes. Et d’ajouter que «si pour certains la crise a déjà eu des conséquences dramatiques, l’essentiel de son coût économique n’a pas encore été « payé » : il a été transféré sur la dette publique» dont la soutenabilité est un « enjeu central » ».

Et voilà le plus important est lâché !

La soutenabilité de la dette !

« la dette publique» dont la soutenabilité est un enjeu central » écrit la Cour des Comptes.

Nous y sommes.

C’était prévisible dès 2009/2010, et les finances publiques de ce pays sont exsangues depuis bien trop longtemps.

D’ailleurs c’est à se demander où passe tout cet argent puisque nous prélevons 57 % de notre PIB, alors que l’Allemagne qui n’est pas un petit pays du tiers monde où les gens meurent sans soins sur les trottoirs ou de faim dans les rues connait, lui des excédents budgétaires.

Delamarche: Si la France ne fait pas 4,2% de croissance, elle ne rembourse pas les intérêts de la dette Jovanovic: En comptabilisant les régions, l’endettement de la France est compris entre 140 et 150%

Où passe l’argent des Français ?

Qui vole l’argent des citoyens de ce pays, alors que pour tout, la qualité du service rendu est en chute libre. Ecole, poste, SNCF, partout c’est la baisse du niveau, de la qualité, du nombre de bureaux etc.

Nous allons rajouter cette année 300 milliards de dettes au bas mot.

La dette française va dépasser les 120 % du PIB et nous sommes au point de non-retour.

Nous ne reviendrons jamais en arrière.

Pourquoi ?

Parce qu’il y aura toujours des crises et des imprévus, des problèmes et des emmerdes qui volent en escadrille comme le disait Chirac.

Nous n’avons jamais été capables de redresser nos finances, il y a peu de chances que nous réussissions avec une dette de 120 % du PIB.

La prochaine phase de la crise rajoutera encore des milliards et des milliards de nouvelles dettes.

Nous irons rapidement à 130 % du PIB puis ce sera l’engrenage comme la Grèce.

Cela fait des années que je dis et écris que la France est en voie de « grècification ».

C’est désormais officiel et même la Cour des Comptes le dit presque en clair dans son texte !

Charles SANNAT

Source: insolentiaeVoir les précédentes interventions de Charles Sannat

0 0 vote
Article Rating
Subscribe
Me notifier des
guest
10 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Gael Luc
1 mois plus tôt

Ou passe les 57 %
Dans les aides
Les allocations
Les aides demandeurs asiles. Le coût de leur logement. Transport. Leur carte de retraits argent. 40 euti/ jours.
L AMA qui permet de les soigner gratos
Les asso qui ne servent à rien

Macron avait raison quand il disait que ça coûtait un pognon de dingue.

Poujade51
Poujade51
1 mois plus tôt
Reply to  Gael Luc

Ce que tu ne vois pas c’est que ce que tu cites représentent en ratios rien du tout face aux voleurs Etatiques comme MACRON et ses acolytes corrompus ! n’oublie pas la fraude fiscale en FRANCE par les grands patrons (panama papers) : évaluée à 80 milliards !
Ces gens ont réussi à te lobotomiser le cerveau mon pauvre ami !
Pendant qu’ils te volent 100 , ils t’expliquent que tes problèmes sont dus à ceux qui t’en piquent 5 et toi tu le crois !

Laurent vialatte
Laurent vialatte
1 mois plus tôt
Reply to  Poujade51

Merci Poujade 51 ..tu as parfaitement résumé la situation …

Pas moi
Pas moi
1 mois plus tôt
Reply to  Poujade51

C’était dit a peu près comme cela :
“Les gens qui gagnent 15000 € par mois disent a ceux qui en gagnent 1500 que leurs problèmes viennent de ceux qui en touchent 500”
Et ça marche !!!
La preuve plus haut.

Last edited 1 mois plus tôt by Pas moi
Loïc
Loïc
1 mois plus tôt
Reply to  Poujade51

Il ne faut pas non plus oublier l’évasion fiscale qui, contrairement à la fraude fiscale, est légale et qui représente 100 milliards d’euros par an: https://www.nouvelobs.com/economie/20190121.OBS8848/en-france-l-evasion-fiscale-c-est-100-milliards-d-euros-par-an-le-budget-de-l-education.html

Laurent vialatte
Laurent vialatte
1 mois plus tôt
Reply to  Gael Luc

Putain j ai la rage ..comment des mecs comme Gaël Luc peuvent dire de telles inepties
Comme le dit tres bien Poujade 51 l’oligarchie t as complètement lobotomisé le cerveau ..á ce niveau lá je crains fort que tu sois irrecuperable …
Renseignes toi , étudiés bourricot au lieu de dire de telles conneries…

yvan
yvan
1 mois plus tôt

 En France le cota est de un véritable créateur de valeur ajouté actifs (secteur primaire et secondaire) pour onze personnes du groupe composé d’inactifs et des actifs non créateur de richesse (secteur tertaire).

…Mais bon,
“suffit de taxer les riches” disent les primates rosées tous en cœur…

élu ps
élu ps
1 mois plus tôt
Reply to  Gael Luc

Couper dans les prestations sociales ne rapporterait pas grand chose!En cas de crise économique ,il faut développer les secteurs associatifs et ONg humanitaires.Cela ne peut se faire qu’en récupérant les dividendes du cac 40 et en récupérant l’évasion fiscale de tous les français:exemple le petit vendeur au black sur le bon coin ,ou effectivement l’évasion fiscale estimée a 130 milliards par an selon certains instituts.

Loïc
Loïc
1 mois plus tôt
Reply to  Gael Luc

Si demain on supprimait toutes les aides sociales le pognon disparaitrait quand même. Dans les pays où les plus pauvre n’ont pas d’aide sociale, ou très peu, l’argent des contribuables ou des aides humanitaires internationales fini sur des comptes anonymes dans des paradis fiscaux.

10
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x