Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Fin des gros porteurs. Après l’A380, c’est terminé aussi pour le 747
 

Sale temps pour les gros, les gros porteurs s’entend.

Après l’A380, le Boeing 747 tire lui aussi sa révérence

« La crise accélère la fin de vie des gros porteurs, devenus inadaptés. Seule une version cargo du jumbo de Boeing va jouer les prolongations.
Trops chers, trop polluants, trop gourmands en carburant : les superjumbos n’ont plus la cote. Après l’A380, dont Airbus avait annoncé la fin de la production en février 2019, c’est au tour du Boeing de tirer sa révérence.

Le quadriréacteur de l’avionneur américain a perdu le match contre les biréacteurs B777 et Airbus A350. La consommation de carburant et la maintenance de deux moteurs supplémentaires avaient déjà eu raison de l’A380, le superjumbo européen qui offrait une centaine de sièges de plus que la dernière version 747-8 de l’appareil américain. Ainsi, dans le cas de Lufthansa qui exploite les deux appareils, le 747-8 était équipé de 364 sièges contre 509 pour l’A380 de la même compagnie. Selon Boeing, une version densifiée du 747 peut compter jusqu’à cinq cents sièges.

Le modeste carnet de commandes du 747 incite maintenant Boeing à arrêter la production, comme cela avait été envisagé lors de la publication des résultats financiers. Face au trou noir du transport aérien, l’avionneur américain doit couper les branches malades de sa production. « Le programme 747-8 a plus de deux ans de production devant lui afin de respecter nos engagements actuels envers nos clients », a indiqué Boeing à l’agence Bloomberg. Boeing a encore réduit la cadence de production, de un appareil par mois l’an dernier à un tous les deux mois cette année. S’il n’y a pas désistement, il reste seize appareils à livrer ».

Or, souvenez-vous, lorsqu’il y a quelques années Airbus lançait en fanfare l’A380, qui reste une superbe réalisation d’avionneur bien évidemment, on nous expliquait que l’avantage de ces très, très gros porteurs c’était que justement qu’ils consommaient très peu par passager et que donc c’était absolument génial et révolutionnaire.

Pourtant l’aventure a été de courte durée.

Aéronautique: des menaces sur l’emploi se font de plus en plus sentir Crise: Toulouse face à la peur du « syndrome Détroit »

Nous sommes en train d’assister à l’organisation volontaire du ralentissement des activités humaines, et l’aviation va prendre un terrible coup sur la cafetière. Nous allons rapidement revenir à l’aviation des années 80 en volumétrie.

Charles SANNAT

Source: insolentiaeVoir les précédentes interventions de Charles Sannat

0 0 vote
Article Rating
Subscribe
Me notifier des
guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Luc
Luc
1 mois plus tôt

avec l’etops, plus besoin de quadrireacteurs meme sur de longues distances transoceaniques. ca on en parle pas…

1
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x