Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Royaume-Uni: “Je suis en arrêt depuis 6 mois”: les séquelles du Covid empêchent le retour au travail

Je vous propose cet article également de CBNC, qui parle du Covid long », qui pourrait se traduire chez nous par séquelles ou affection de longue durée selon le langage de la sécu.

De très nombreux Anglais n’arrivent pas à retrouver ni à reprendre une vie professionnelle normale après avoir été touché par la maladie.

Je suis en pause depuis six mois » : les personnes souffrant du « Covid Long » luttent pour reprendre le travail

Des migraines à la fatigue, les patients atteints de coronavirus disent qu’ils continuent à souffrir de symptômes débilitants des mois après avoir été infectés pour la première fois, dans ce qui est connu sous le nom de « Covid long ».

Claire Twomey, 33 ans, assistante sociale dans le comté de Meath, en Irlande, a déclaré par téléphone à CNBC que c’est au cours de sa première semaine de retour au travail, environ six semaines après avoir été atteinte par le coronavirus, que ses symptômes ont réapparu.

Elle a d’abord cru être infectée de nouveau par le virus lorsque les maux de tête sont revenus, suivis d’une fièvre, d’une toux et d’un essoufflement. Mais les tests effectués à l’hôpital n’ont révélé aucun problème sous-jacent, dit-elle.

Twomey a déclaré qu’elle s’est sentie « absolument terrassée » lorsque les symptômes ont réapparu. « J’étais de retour au lit, je ne pouvais même pas lire un livre ou regarder la télévision pendant plus d’une demi-heure. »

Des symptômes plus « fous, bizarres et étranges » sont apparus lors de cette rechute avec la maladie, notamment des problèmes gastro-intestinaux, la perte de cheveux et des éruptions cutanées.

Madame Twomey a stipulé qu’elle se sentait « frustrée » par la persistance de la maladie et inquiète pour l’avenir après avoir été sans emploi pendant si longtemps. « J’ai été en pause pendant six mois », a-t-elle ajouté.

À la mi-septembre, Twomey a constaté qu’elle avait moins de « mauvais jours », mais elle savait qu’elle ne pouvait toujours pas retourner au travail comme avant.

Madame Twomey a postulé pour un autre poste à temps partiel dans le secteur de l’aide sociale, mais elle a passé les huit jours précédant l’entretien d’embauche au lit avec des migraines. « Je pensais que j’allais devoir annuler l’entretien. »

Heureusement, elle a pu passer l’entretien et a obtenu le poste qu’elle devrait commencer dans quelques semaines.

“Un problème de santé publique plus important”

Trois organismes de soins de santé au Royaume-Uni ont annoncé lundi qu’ils travaillaient sur une définition formelle de « Covid long » et sur la manière d’identifier les symptômes, afin que le Service National de Santé puisse reconnaître officiellement la maladie. Les lignes directrices sur le « Covid long » devraient être publiées d’ici la fin de l’année.

Dans un article publié lundi par le Tony Blair Institute for Global Change sur le « Covid long », Tim Spector, professeur d’épidémiologie génétique au King’s College de Londres, a averti que les « répercussions sur le long terme… pourraient s’avérer être un problème de santé publique plus important que la surmortalité due au Covid-19«.

Le document souligne également les nouvelles conclusions de l’étude sur les symptômes de la maladie du Covid, menée par Spector, indiquant qu’environ 10% des personnes interrogées au Royaume-Uni avaient souffert de symptômes de « Covid Long » pendant un mois, alors que jusqu’à 2% en souffraient encore après trois mois.

Avec près de 4,3 millions de téléchargements de l’application de l’étude pour enregistrer les symptômes du coronavirus, on dit que c’est le plus grand projet scientifique public de ce genre dans le monde. Il y a eu 532 779 cas confirmés de Covid-19 au Royaume-Uni et 42 535 décès liés, selon les données recueillies par l’université Johns Hopkins.

Sur la base de données extrapolées, les chercheurs ont estimé que parmi les personnes touchées par la première vague du virus au Royaume-Uni, 300 000 personnes auraient ressenti les symptômes de Covid-19 pendant un mois, tandis que 60 000 personnes auraient souffert des symptômes pendant trois mois ou plus.

Et ce ne sont pas seulement les personnes considérées comme plus vulnérables à l’infection par le virus, comme les personnes de plus de 70 ans, qui ont été touchées. L’article cite également une autre étude américaine qui a révélé qu’une personne sur cinq âgée de 18 à 34 ans, qui n’avait pas déjà de problèmes médicaux chroniques, a déclaré avoir souffert de « Covid long » après avoir été initialement infectée.

L’essoufflement et le brouillard cérébral

Pour Evie Connell, 23 ans, étudiante en marketing et en commerce à l’université Abertay de Dundee, en Écosse, une maladie prolongée l’a empêchée de terminer un stage d’été. Elle a également dû quitter son emploi à temps partiel dans un magasin de proximité.

Connell a commencé à présenter les symptômes du coronavirus en mars, mais a déclaré que la période initiale de la maladie « n’était pas si mauvaise », car elle ressentait surtout de la fatigue et un certain essoufflement.

À la 15e semaine, Connell est allée chez son médecin en se plaignant de douleurs thoraciques toute la journée. Elle a été orientée vers une équipe locale de rééducation au Covid-19 et a été renvoyée au travail. En plus des douleurs thoraciques, Connell continue de souffrir d’un rythme cardiaque irrégulier, d’essoufflement, ainsi que de brouillard cérébral et de fatigue chronique.

Elle n’a réussi à faire que quelques semaines de son stage de marketing numérique dans une entreprise locale avant de constater qu’elle n’avait plus la capacité d’attention nécessaire pour continuer. Depuis, Connell est retournée à l’université pour sa troisième année, mais s’inquiète de sa capacité à se concentrer sur ses études.

« Je pourrais reporter, mais cela me repousserait d’une autre année d’études, ce que je ne veux pas faire », a-t-elle annoncé à la CNBC par téléphone.

Royaume-Uni: sombre horizon pour l’économie Grande-Bretagne: pire récession économique depuis 300 ans

Madame Connell a déclaré qu’il avait été « assez difficile d’accepter » le point auquel ce virus l’avait affectée, elle qui allait à la salle de sport environ quatre fois par semaine et qui se retrouve maintenant essoufflée après avoir monté quatre étages.

Bonté et compréhension

Paul Garner, professeur de maladies infectieuses à la Liverpool School of Tropical Medicine, a documenté son propre combat de six mois contre le « Covid long » dans la revue médicale britannique du comité de lecture, le BMJ.

Monsieur Garner a déclaré à la CNBC qu’il se battait aussi contre la fatigue et le ralentissement de ses facultés cognitives, ce qui l’a obligé à arrêter d’enseigner. Outre les deux semaines où il est tombé malade du virus, il a continué à travailler mais a admis qu’il « avait probablement repris un peu trop tôt ».

« Je pense que les symptômes sont effrayants, inhabituels et souvent, les gens n’arrivent pas à y croire eux-mêmes et ensuite ils doutent qu’il y ait quelque chose qui ne va pas chez eux », a-t-il révélé.

Les tests de dépistage des anticorps des personnes souffrant de « Covid Long » ont donné des résultats négatifs, ce qui rend difficile pour les transporteurs sur le long terme de prouver leur maladie prolongée.

Selon Monsieur Garner, cette situation est similaire aux difficultés que les personnes atteintes du syndrome de fatigue chronique ont longtemps endurées pour être mal diagnostiquées avec des maladies psychosomatiques. « Les gens ont vraiment besoin de bonté et de compréhension », a-t-il ajouté.

Charles SANNAT

Source: insolentiaeVoir les précédentes interventions de Charles Sannat

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Tournesol
Tournesol
12 jours plus tôt

La flemmingite est de retour !
Les français sont très concernés.

Emon
Emon
13 jours plus tôt

Un travail c’est quelque chose qui tend vers un but et qui rencontre une résistance.
Donc… nous sommes bien au stade du travail (avant la Renaissance).
Allez courage les gars de la narine, c’est pas le moment de couler…
Le dernier stade est appelé le stade de la “désespérance”, une bonne douche FROIDE pour déclencher la production d’adrénaline et c’est partiiiii…

Emma Grimaud
13 jours plus tôt

Ils vont mettre des robots et ce sera soit la piquouse ou la mort mais c’est pareil…

Esprit de contradiction
Esprit de contradiction
13 jours plus tôt

Et personne s’interroge, sur les effets du port du masque de manière prolongée? Je sais que des personnes qui travaillent avec un masque sans avoir été contaminées par ce virus, ont des soucis de santé assez sérieux, les plus courants, ce sont les maux de tête ainsi que des problèmes de concentration. Rares sont les personnes qui changent le masque toutes les demi heure, ou tout au plus 1 heure, et je ne parle pas des personnes qui ont une insuffisance respiratoire, il vaut mieux qu’ils évitent de sortir autant que possible.

4
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x