La dette amérivaine atteindra 50 000 milliards de dollars en 2025

Compte tenu de la situation actuelle de l’économie américaine, des déficits annoncés et de l’expansion du crédit, une dette de 40 000 milliards $ en 2025 semble trop basse et nous envisageons maintenant une dette américaine de 50 000 milliards $.

Il est important de rappeler que lorsque Reagan a été élu en 1981, la dette américaine était inférieure à 1 000 milliards $. 44 ans plus tard, la dette devrait atteindre 50 000 milliards $ en 2025. Cela représente un taux de croissance annuel composé (TCAC) stupéfiant de 28% de la dette américaine entre 1981 et 2025. Et ce chiffre n’inclut pas les défauts potentiels sur les marchés du crédit ou des produits dérivés, qui pourraient faire grimper la dette de 50 000 milliards $ de manière exponentielle. Une dette américaine totale de 84 000 milliards $ ne pourra jamais être remboursée à des taux de marché non manipulés.

Lorsque les bulles éclateront, l’effet domino sera incalculable. En plus des défauts de paiement de la dette de 10 000 milliards $, les défauts de paiement des produits dérivés, qui sont très probables, pourraient ajouter 100 000 milliards $ et même plus.

Je suis certain que la Fed et les autres banques centrales font déjà chauffer les planches à billets ou augmentent la mémoire de leurs ordinateurs pour faire face à tous ces zéros supplémentaires.

Source: or.fr

À l’attention des lecteurs de BusinessBourse

Or.fr offre une solution unique et optimale pour préserver son patrimoine via la détention de métaux précieux :

✓ Or et argent physique (lingots et pièces d’investissement)
✓ Stockage sécurisé hors du système bancaire
✓ Détention directe (sans intermédiaire)
✓ Titres de propriété en nom propre
✓ Accès direct et personnel aux coffres de stockage
✓ Assurance des métaux précieux
✓ Rachat immédiat des produits
✓ Service de livraison

➠ Pour investir dans l’or et l’argent, visitez Or.fr ou contactez le service client au 01 84 88 40 84

Un commentaire

  1. Les dettes des états ne sont que des chiffres dans les ordinateurs.
    En cas d’absolue nécessité, il restera toujours aux banques centrales la possibilité de les annuler d’un clic de souris.
    Les banques centrales sont des clubs de banques nationales, lesquelles sont elles-mêmes des clubs de banques privées.
    C’est drôle comme cela a été oublié.
    Ce sont les intérêts payés sur les dettes qui constituent les rentes perpétuelles des banques centrales, pas les dettes elles-mêmes.
    Le système ne s’effondrera jamais, car il peut se remettre à zéro quand il veut, pour un nouveau tour de piste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page