Faites connaissance avec les néocourtiers

Pour investir en bourse, les services de courtage des banques traditionnelles ont longtemps tenu la dragée haute… et elles continuent de le faire !

En effet, grâce à leur force commerciale et à une certaine captivité de leur clientèle, pas nécessairement habituée à comparer les offres des banques, les grandes banques continuent d’être des acteurs incontournables du courtage.

Toutefois, avec l’irruption d’Internet au début des années 2000, des services de courtage en ligne ont vu le jour, avec la promesse de tarifs très inférieurs, sans rien compromettre sur le niveau de service.

Une formule qui a marché, si bien que des courtiers en ligne comme Bourse Direct, Boursorama ou encore Fortuneo sont devenus prisés des investisseurs et ont donc trouvé leur place sur le marché.

Cet équilibre est-il en train de voler en éclats ?

Depuis quelques années, nous assistons en effet à l’apparition d’une nouvelle génération de courtiers.

Quel a été cette fois le détonateur ?

La prise de pouvoir du mobile dans nos quotidiens numériques !

En effet, avec l’utilisation toujours grande du mobile, de nouveaux besoins sont apparus, comme celui de pouvoir investir facilement sur le pouce.

Ainsi, s’adressant par définition à une cible jeune, souvent s’intéressant aux marchés financiers et leurs opportunités pour la première fois, ces nouveaux courtiers misent sur des applications à la prise en main particulièrement facile.

Presque trop facile diront certains investisseurs, car un des risques des marchés financiers est de confondre investissement et casino. Or, en simplifiant l’investissement a parfois leur plus simple expression, ces néocourtiers ne passent pas inaperçus.

Sont-ils donc réservés à un public jeune et immature ?

Pas nécessairement !

Tout d’abord, il existe de grandes différences entre ces nouveaux acteurs, dénommés Trade Republic, Bux ou encore Trading212.

Certains proposent des interfaces de trading plus complètes et qui trouveront donc un accueil plus favorable de la part des investisseurs expérimentés.

Mais ce n’est pas tout.

Ces néocourtiers sont aussi particulièrement agressifs sur les tarifs, si bien que même les courtiers en ligne, déjà réputés pour leurs tarifs réduits, ont du mal à suivre.

Or, le travail d’un investisseur n’est-il pas justement d’optimiser son portefeuille, et donc ses frais de courtage ?

Dans ce cadre, certains courtiers comme eToro ou XTB se démarquent même en proposant la gratuité totale des transactions. De quoi faire réfléchir…

Toutefois, il est important de noter que ces derniers proposent parallèlement une offre de CFD.

Les CFD sont des produits dérivés avec effet de levier et réputés pour être particulièrement dangereux dans la main de débutants.

Ainsi, peu importe le courtier, la règle d’or qui consiste à n’investir que dans des supports que l’on connaît sur le bout des doigts est plus que jamais d’actualité.

Les néocourtiers vont-ils donc trouver leur public à la manière des courtiers en ligne ?

La réponse n’est pas évidente, car les jeunes investisseurs auront certainement envie de découvrir de nouveaux horizons à mesure que leur culture financière augmentera. Ainsi, avec le temps, la simplification apportée par les néocourtiers pourrait devenir un frein à leur développement en tant qu’investisseur.

Les néocourtiers, déjà riches de plusieurs millions de jeunes investisseurs à l’échelle européenne, arriveront-ils à accompagner leurs clients sur la durée ?

A moins que les tarifs très agressifs ne soient l’ultime argument pour les retenir…

Quoi qu’il en soit, avec leurs forces et leurs faiblesses, les néocourtiers sont certainement amenés à prendre plus de place, d’où l’importance de les comparer pour investir en bourse dans les meilleures conditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page