6.1 C
Munich
mardi, mars 5, 2024

« Le MEDEF couine sur la hausse des arrêts de travail du vendredi et du lundi ». L’édito de Charles SANNAT

NOS SOLUTIONS

Mes chères impertinentes, chers impertinents,

« Message à l’attention de mes abonnés à la lettre STRATEGIES. Votre espace lecteur change enfin, avec un meilleur classement des documents, près d’une centaine de dossiers désormais. Ce nouvel espace lecteur est conçu pour vous, pour vous faciliter la vie. Soyez indulgents dans les premiers jours, je crois qu’il y a encore quelques pétouilles à régler, et bien évidemment, n’hésitez pas à m’écrire si quelque chose ne fonctionne pas que je puisse intervenir le plus rapidement possible.

C’est un article de Capital (source ici) qui revient sur le président du Medef qui dénonce de plus en plus d’arrêts de travail les vendredis et lundis !

Invité sur le plateau de BFMTV ce samedi 17 juin, le patron des patrons s’est exprimé au sujet du rapport des Français au travail. S’ils sont plus nombreux à être actifs qu’avant la Covid, ils semblent aussi plus enclins à demander des arrêts de travail.

Des arrêts de travail de “complaisance”. C’est ce qu’a dénoncé le patron du Medef ce samedi 17 juin durant la matinale de BFMTV. D’après Geoffroy Roux de Bézieux, les Français font de plus en plus appel à leurs médecins pour être arrêtés sur de courtes durées, principalement resserrées autour du weekend. “On voit une explosion, + 30 %, des arrêts de travail de courte durée, a-t-il vivement assuré, notamment les vendredis et les lundis : ce sont des arrêts de travail de complaisance !”

Si l’on en croit le patron des patrons, les travailleurs rechigneraient d’avantage à aller travailler depuis la fin de la crise sanitaire. Pourtant, a-t-il pondéré, les Français seraient globalement heureux au travail, contrairement aux idées reçues sur la question. “Il y a un an, la CFDT a fait une grosse enquête qui montre que les Français sont heureux au travail, a insisté Geoffroy Roux de Bézieux. Sur une longue période, le burn-out, qui n’est pas uniquement dû à des facteurs de travail, doit être traité, mais je ne veux pas laisser dire que les Français sont malheureux au travail.”

30 % de hausse !

Hahahahahahahahaha !

Selon le politburo du Medef, « les Français seraient globalement heureux au travail ».

Hahahahahahahahahaha!

Votre DRH fait un sondage et vous envoie un mail.

Etes-vous heureux au travail ?

Généralement vous répondez « oui », même si vous êtes en pleine dépression.

Pour connaître la vérité du bonheur au travail c’est assez simple mon cher président du MEDEF.

Il suffit de regarder le nombre d’arrêts maladie.

Il suffit de regarder l’absentéisme.

Il suffit de regarder le « turnover » dans les entreprises.

Il suffit de regarder les méthodes managériales minables utilisées dans presque toutes les entreprises.

Il suffit de regarder comment les sociétés virent les « vieux » et l’on est vieux à partir de 40 ans.

Il suffit de regarder tous ces « bullshit jobs » inutiles et vides de sens où il faut remplir des cases Excel que personne ne lira jamais.

Il suffit de regarder comment fonctionnent les grandes entreprises pour comprendre que le monde professionnel, particulièrement en France, est hypocrite et tocard.

Alors mon cher Geoffroy Roux de Bézieux, les gens, votent avec leurs pieds.

Ils sont malades.

Le vendredi ou le lundi, pour avoir un week-end plus long et ne pas voir la « gueule » du manager plus royaliste que le roi, véritable garde-chiourme du grand capital, un peu trop serré dans son costard « slim » de chez Célio, avec ses chaussures à bouts pointus de la Halle ou de chez Gémo tant les salaires qui leurs sont versés sont également miteux.

Un jour de plus de tranquillité.

Un jour de plus sans « bâtonnite ».

Un jour de plus, même sans être payé mon cher Geoffroy à cause des 3 jours de délais de carence.

Car, oui, mon Geoffroy. Ce sont des jours sans solde.

C’est dire si les gens ne veulent plus y aller… au boulot.

Et je les comprends, pour être passé par là et pour m’être levé un matin et m’être dit… plus jamais.

Alors travailler oui.

Beaucoup ? Sans problème.

Longtemps ? D’accord.

Mais il faut que le monde du travail soit humainement supportable pour être supporté.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.

Préparez-vous !

Charles SANNAT

« Insolentiae » signifie « impertinence » en latin

Pour m’écrire [email protected]

Pour écrire à ma femme [email protected]

Vous pouvez également vous abonner à ma lettre mensuelle « STRATÉGIES » qui vous permettra d’aller plus loin et dans laquelle je partage avec vous les solutions concrètes à mettre en œuvre pour vous préparer au monde d’après. Ces solutions sont articulées autour de l’approche PEL – patrimoine, emploi, localisation. L’idée c’est de partager avec vous les moyens et les méthodes pour mettre en place votre résilience personnelle et familiale.

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (JFK)

Source: insolentiaeVoir les précédentes interventions de Charles Sannat

Le tableau n'a pas pu être affiché.

A LA UNE

1 COMMENTAIRE

  1. Il faudrait supprimer des médecins, comme ça plus d’ordonnances d’arrêts de travail !
    (Ha, on me dit dans l’oreillette que les « déserts médicaux » s’étendent de plus en plus : encore un coup de Roux de Baizeux !)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Accès illimité à des livres gratuits - Cliquez pour en profiter !

LES PLUS POPULAIRES 🔥