9.3 C
Munich
jeudi, avril 25, 2024

TRUDEAU A DEPASSE LES BORNES : « L’état d’urgence ne permet pas de faire N’IMPORTE QUOI ! Les ATTAQUES contre les CAMIONNEURS CANADIENS ont été déclarées INCONSTITUTIONNELLES !!! »

NOS SOLUTIONS

A LA UNE

LES DERNIÈRES VIDÉOS

La Cour fédérale du Canada a statué mardi que le recours par le premier ministre Justin Trudeau à la Loi sur les situations d’urgence en 2022 pour punir les camionneurs manifestants était à la fois déraisonnable et inconstitutionnel.

« J’ai conclu que la décision de publier la Proclamation ne porte pas les caractéristiques du caractère raisonnable – justification, transparence et intelligibilité – et n’était pas justifiée par rapport aux contraintes factuelles et juridiques pertinentes qui devaient être prises en considération », a écrit le juge. Richard G. Mosley dans sa décision.

La décision fait pour donner suite à une demande de contrôle judiciaire demandée par la « Fondation pour la Constitution » canadienne, l’Association canadienne des libertés civiles et divers autres candidats qui ont crié au scandale sur le recours à des mesures d’urgence pour réprimer les manifestations du « Freedom Convoy » à Ottawa, qui ont permis au gouvernement de geler certains comptes en banque, d’interdire certains récits de manifestants, comme le fait d’arrêter des chauffeurs de dépanneuses, conscrits sans oublier le nombre d’arrestations déraisonnable de personnes pour avoir participé à des rassemblements jugés illégaux par le gouvernement Trudeau.

Selon Mosley, les règlements de Trudeau violaient les droits garantis par la Charte, notamment la liberté de pensée, d’opinion et d’expression. Il a également été jugé que l’ordonnance relative à la Loi sur les situations d’urgence portait atteinte au droit à la sécurité contre les perquisitions et saisies abusives.
« Il est déclaré que la décision d’émettre la proclamation ainsi que les règlements et ordonnances de l’association était déraisonnable et ultra vires de la loi sur les urgences », indique le jugement.

« Il est déclaré que la décision selon laquelle le Règlement violait l’article 2 (b) de la Charte et que le décret violait l’article 8 de la Charte et qu’aucune des deux violations n’était justifiée en vertu de l’article 1. »

La Fondation canadienne de la Constitution avait lancé le contrôle judiciaire, exprimant ses inquiétudes face à ce qu’elle considérait comme un exemple grave de dépassement du gouvernement et de violations des libertés civiles pendant la pandémie.

« L’utilisation par le gouvernement Trudeau de cette loi extraordinaire pourrait être l’exemple le plus grave d’abus et de violations des libertés civiles observé pendant la pandémie », avait déclaré Van Geyn à l’époque.

« L’utilisation de cette loi puissante n’était pas autorisée parce que le seuil légal pour utiliser la loi n’était pas atteint. La Loi sur les mesures d’urgence contient une clause de dernier recours : elle ne peut être utilisée qu’en cas d’urgence nationale et il n’existe aucune autre loi aux niveaux fédéral, provincial et/ou municipal qui puisse remédier à la situation. Le Parlement ne peut pas utiliser la Loi sur les mesures d’urgence comme un outil pratique, comme il l’a fait dans ce cas-ci. » – TNC.news

Source: zerohedge

2 Commentaires

    • Il est réélu sur ses excellents résultats économiques.L’économie est en forte croissance.
      Pareil avec renaissance:ils ne sont pas bons sur la communication,mais ils ont réformé et relancé la croissance chez nous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Accès illimité à des livres gratuits - Cliquez pour en profiter !

LES PLUS POPULAIRES 🔥