10.3 C
Munich
dimanche, mai 19, 2024

Les chiffres du chômage que nous donne le gouvernement américain sont totalement manipulés ! Ca en devient Grotesque !! Et voici pourquoi….

NOS SOLUTIONS

A LA UNE

LES DERNIÈRES VIDÉOS

Comment est-il possible que les demandes initiales d’allocations de chômage aient été exactement les mêmes pendant cinq de ces six dernières semaines ? Comme Jim Blanco l’a souligné, cela n’est en aucun cas statistiquement possible. Honnêtement, je ne connais pas d’autre moyen d’expliquer cela que de dire que les chiffres sont manipulés. Il semble que les bureaucrates de Washington soient devenus si paresseux qu’ils ne prennent même pas la peine de modifier les faux chiffres qu’ils nous donnent. Même si les grandes entreprises procèdent à des licenciements massifs partout en Amérique, semaine après semaine, nous recevons des chiffres toujours plus ridicules qui indiquent que tout va bien. À ce stade, la mascarade est devenue tellement grotesque que même CNBC a publié un article à ce sujet…

Qualifier l’état du marché du travail américain de stable aujourd’hui semble être un euphémisme compte tenu des dernières données publiées par le ministère du Travail.

En effet, la plupart des dernières semaines ont montré que les premières demandes d’allocations de chômage n’ont pas du tout fluctué.

Au cours des cinq de ces six dernières semaines, le nombre de demandes initiales de chômage s’est élevé exactement à 212 000. Compte tenu d’une population active de 168 millions de personnes, parvenir à une telle stabilité semble pour le moins inhabituel, voire étrange, et c’est pourtant ce que montrent les chiffres publiés chaque jeudi matin depuis la mi-mars.

Jim Bianco, directeur de Bianco Research, a été le premier à attirer l’attention sur l’absurdité d’obtenir exactement le même chiffre pendant cinq des six dernières semaines …

« Comment est-ce statistiquement possible ? Cinq des six dernières semaines, exactement le même nombre », a publié jeudi sur X le vétéran du marché Jim Bianco, responsable de Bianco Research.

« Les demandes initiales d’assurance-chômage sont des programmes d’État, avec 50 règles d’État, des centaines de bureaux et 50 sites Web à déposer. La météo, la saisonnalité, les vacances et les vibrations économiques déterminent le nombre de personnes déposant des réclamations de semaine en semaine », a-t-il ajouté. « Pourtant, cette mesure est si stable qu’elle ne varie même pas de 1 000 applications par semaine. »

Il a raison.

Il y a définitivement quelque chose qui ne sent pas bon dans tout cela.

Bien sûr, ce n’est pas seulement au cours des derniers mois que l’on nous donne des chiffres douteux.

Depuis quelques années, les inscriptions au chômage sont restées dans une certaine fourchette, indépendamment de l’évolution de l’économie réelle.

Je n’ai tout simplement plus confiance dans les chiffres officiels qu’ils nous donnent, et je ne comprends pas non plus comment quelqu’un d’autre puisse le faire.

Selon Challenger, Gray & Christmas, le nombre de suppressions d’emplois annoncées aux États-Unis en mars était de 7% supérieur au niveau déjà élevé auquel nous avons assisté en février…

Aux États-Unis, les employeurs ont annoncé 90 309 suppressions d’emplois en mars, soit une augmentation de 7 % par rapport à février, selon les données publiées jeudi par la société de coaching de cadres Challenger, Gray & Christmas.

Ce nombre de licenciements prévus constitue le total mensuel le plus élevé depuis janvier 2023, lorsque les employeurs avaient annoncé 102 943 suppressions d’emplois. Les entreprises suppriment des emplois en raison de fermetures de magasins, de faillites, de restructurations organisationnelles ou de réductions générales des coûts, a déclaré Challenger. Ces réductions suggèrent que « de nombreuses entreprises semblent revenir à une approche consistant à « faire plus avec moins » », a déclaré le vice-président principal Andy Challenger dans un communiqué.

« Alors que la technologie continue de dominer tous les secteurs jusqu’à présent cette année, plusieurs secteurs, notamment l’énergie et la fabrication industrielle, suppriment plus d’emplois cette année que l’année dernière », a-t-il déclaré.

Mais tous ces licenciements n’ont même pas eu d’impact sur les chiffres initiaux des inscriptions au chômage.

Comment est-ce possible?

Et le BLS affirme que le taux de chômage a effectivement baissé en février…

Les données du Bureau of Labor Statistics publiées vendredi montrent que le marché du travail a créé 303 000 emplois salariés non agricoles en mars, soit bien plus que les 214 000 attendus par les économistes. Dans le même temps, le taux de chômage a diminué à 3,8 %, contre 3,9 % en février.

Si le taux de chômage aux États-Unis n’était réellement que de 3,8%, je m’en réjouirais certainement.

Mais c’est un autre chiffre qui est tellement manipulé qu’il est devenu pratiquement dénué de sens.

Si vous ne travaillez pas en Amérique aujourd’hui, vous êtes classé dans l’une des deux catégories suivantes.

Soit vous êtes classé comme « chômeur », soit vous êtes classé comme « inactif ».

Selon le dernier numéro du BLS, 6 429 000 Américains  sont officiellement considérés comme « au chômage ».

Mais 99 989 000 autres Américains sont considérés comme « inactifs ».

Lorsque vous additionnez ces deux chiffres, vous obtenez plus de 106 millions d’adultes américains qui n’ont pas d’emploi à l’heure actuelle.

Lors de la Grande Récession de 2008 et 2009, ce chiffre combiné n’a même jamais atteint 90 millions.

Mais nous avons connu une horrible « crise du chômage » en 2008 et 2009, et aujourd’hui tout va bien.

Mais c’est une plaisanterie.

Ils nous mettent très durement sous pression, et la grande majorité des Américains acceptent cela.

Après tout, si le gouvernement nous dit quelque chose, cela doit être vrai, n’est-ce pas ?

Malheureusement, la vérité est que nous sommes dans la phase terminale de la plus grande crise de la dette de l’histoire du monde.

Lorsque Barack Obama est entré à la Maison Blanche, nous avions une dette d’environ 10 000 milliards de dollars.

Nous sommes désormais endettés à hauteur de 34 000 milliards de dollars …

La dette nationale américaine augmente à un rythme rapide et ne montre aucun signe de ralentissement, malgré les critiques croissantes concernant les niveaux massifs de dépenses publiques.

La dette nationale – qui mesure ce que les États-Unis doivent à leurs créanciers – a augmenté à 34 576 488 508 928,92 dollars mercredi après-midi, selon les derniers chiffres publiés par le département du Trésor. Cela représente une baisse d’environ 14,5 milliards de dollars par rapport au chiffre de 34 591 001 330 876,91 dollars rapporté la veille.

À titre de comparaison, il y a seulement quarante ans, la dette nationale tournait autour de 907 milliards de dollars.

Tous les 100 jours environ, nous ajoutons 1 000 milliards de dollars supplémentaires à la dette.

Nous volons des montagnes gigantesques d’argent aux générations futures d’Américains afin de rendre le présent plus agréable.

Nos politiciens injectent des milliers de milliards de dollars empruntés dans l’économie, et notre économie devrait donc connaître un succès fulgurant.

Mais ce n’est pas le cas.

Alors, à quoi ressembleraient les choses si les emprunts cessaient et si nous essayions réellement de vivre selon nos moyens ?

Vous voudrez peut-être y réfléchir pendant un moment.

Parce que ce cycle d’endettement touche à sa fin et que le krach qui nous attend sera bien plus horrible que la plupart des gens oseraient l’imaginer.

Source: theeconomiccollapseblog

Pourquoi investir dans l’or et quand ?

Bonjour,

Cela fait des années que l’on vous explique les raisons pour lesquelles il faut investir une partie de son patrimoine sur l’or.

Si vous suivez ce site, vous savez pertinemment ce qui se passe économiquement et ce depuis des années. nous nous dirigeons non pas vers des jours meilleurs mais bien vers un effondrement économique. Ce que nous affirmons n’est ni politique, ni idéologique mais juste mathématiques et découlant d’innombrables décisions politiques irresponsables depuis 50 ans.

Si vous l’avez compris, nous assistons là à une dépréciation monétaire continue de toutes les devises face à l’or. Si vous prenez la monnaie unique à savoir l’euro, cette devise a perdu plus de 85% de sa valeur depuis son introduction face à l’or. Le souci ce ne sont pas les 85% déjà perdus mais les 15 prochains pourcents qui seront perdus dans les mois et années à venir. Vous devez vous protéger en achetant de l’or ou de l’argent afin de tenter de préserver une partie de votre patrimoine contre cette dépréciation continue. Personne ne le fera à votre place.

A ceux qui vous disent que l’or n’est plus qu’une relique barbare, d’un autre temps et que cela ne sert à rien, je vous prouve l’inverse via le graphique ci-dessous:

Cours de l’or face à l’euro

Pourquoi le cours de l’or devrait continuer à s’apprécier ?

Il y a plusieurs aspects:

1La dette ne cesse d’augmenter depuis des années. Elle est devenue incontrôlable et ne cessera pas de croître dans le temps

2Le déficit ne cesse de se creuser année après année et à travers le temps…

3Incapable de rembourser sa dette, il faudra emprunter toujours davantage d’argent « Dette » chaque année afin de tenter de maintenir debout cette immense montagne d’endettement.

Regardez ci-dessous les montants records empruntés chaque année par la France….

2019 – La France va emprunter 200 milliards en 2019

2021 – Dette publique : comment la France compte emprunter 260 milliards en 2022

2022 – L’Etat empruntera 270 milliards d’euros en 2023, un record

2023 – Dette : la France empruntera 285 milliards d’euros sur les marchés en 2024, du jamais vu

Tout cet argent crée puis prêté et qui ne sera jamais remboursé sort de nulle part, ne repose sur aucune création de richesse et finira par s’ajouter à la dette déjà existante… ce n’est que de l’impression monétaire et une promesse qui ne sera jamais tenue. Et plus vous imprimez, plus la valeur du billet que vous détenez en portefeuille se déprécie. Il faut donc vous protégez de cette perte de valeur en achetant de l’or.

Il n’y a aucune solution à ce problème qui va s’accélérer mois après mois et année après année.

c’est la raison pour laquelle les marchés boursiers, immobiliers, obligataires, de l’art et de l’automobile sont dans une méga bulle et que cette vague inflationniste se répand désormais sur les biens courants en raison du trop plein d’argent crée de nulle part.

Ce cycle va se poursuivre et allez jusqu’à son terme. Détenez de l’or et de l’argent afin de vous protégez des effets néfastes à venir sur votre patrimoine qui risque de se déprécier de 60 à 90% dans les 5 prochaines années.

A la question quand y investir ? Il faut profiter de périodes où l’or se met à consolider ou à baisser pour acheter de petites quantités.

L’Or en 2024: Pour plus d’informations, lisez en dessous.

Est-ce que votre portefeuille est prêt pour 2024 ? L’or, cet atout séculaire, continue d’éblouir et de sécuriser les patrimoines des investisseurs avisés. Avec une réputation solidifiée par des millénaires, l’or se distingue comme une véritable ancre dans les tumultes économiques. En cette année décisive, examinons pourquoi l’or mérite une place de choix dans vos investissements.

L’Or et l’Inflation : Un Duo Inséparable

Avec l’inflation grimpant à des sommets inédits, l’or brille par sa capacité à préserver la valeur. Contrairement aux idées reçues, l’or ne se contente pas de suivre l’inflation ; il la devance, offrant un havre de paix lorsque les devises vacillent. Des études récentes révèlent que, sur les 50 dernières années, l’or a surpassé l’inflation 3 fois sur 4, soulignant son rôle crucial dans la protection du pouvoir d’achat.

Au Cœur des Crises : L’Or comme Refuge

Les tensions géopolitiques actuelles mettent en évidence la volatilité des marchés. Les investisseurs, témoins des récents bouleversements, se tournent vers l’or, attestant de sa fiabilité en périodes d’incertitude.

« En 2023, face à la crise, mon investissement dans l’or a été mon bouclier, » partage Julien, un investisseur chevronné, illustrant l’impact tangible de l’or sur la préservation des actifs.

Le Service Premium de L’ONCE D’OR : Votre Allié

Pourquoi se contenter d’investir dans l’or quand vous pouvez optimiser cet investissement ? Le Service Premium de L’ONCE D’OR transforme l’accès à l’or et à l’argent, offrant des conditions exceptionnelles. Grâce au code « 360 », bénéficiez de tarifs préférentiels et d’avantages exclusifs qui maximisent votre investissement, rendant l’or non seulement accessible mais aussi extrêmement rentable.

Pourquoi l’Or en 2024 ?

Avec la montée de l’inflation et une instabilité croissante, l’or se révèle être plus qu’une simple assurance : c’est une stratégie d’investissement judicieuse. Sa résilience historique, combinée à la facilité d’accès via le Service Premium de L’ONCE D’OR, en fait un choix incontournable pour ceux qui cherchent à sécuriser et à fructifier leur patrimoine dans un climat économique incertain.

Êtes-vous prêt à prendre une longueur d’avance ? Investir dans l’or aujourd’hui, c’est sécuriser votre demain. Découvrez comment le Service Premium de L’ONCE D’OR peut transformer votre approche de l’investissement en métaux précieux.

Contactez-nous dès aujourd’hui par telephone ou par mail :

02 97 54 15 62

[email protected]

Ne laissez pas passer cette opportunité d’or !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Accès illimité à des livres gratuits - Cliquez pour en profiter !

LES PLUS POPULAIRES 🔥

Investissez dans L'Or via notre partenaire de confiance "L'once d'Or".

X