Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Patrick Artus: ” La Banque nationale suisse a fait tout faux “
 

franc-suisseProfesseur à la Sorbonne, le chef économiste de Natixis estime que la BNS va rétablir le cours fixe de 1 fr. 20 pour un euro.

«Maintenant, la Banque nationale suisse (BNS) va rétablir le cours plancher de l’euro par rapport au franc à 1 fr. 20», affirme Patrick Artus, chef économiste de la banque d’investissement parisienne Natixis et professeur à la prestigieuse Université française de la Sorbonne. L’expert explique en plus que l’institut d’émission helvétique a fait tout faux en abolissant ce dispositif le 15 janvier dernier.

«J’ai toujours considéré que la suppression du cours plancher de l’euro par rapport au franc constituait une grosse erreur. Les derniers communiqués du président de la direction générale de la BNS, Thomas Jordan, m’ont en outre conforté dans mon opinion», indique Patrick Artus. Le spécialiste donne volontiers des explications relatives à ses sévères critiques.

«Thomas Jordan a lui-même déclaré que le franc suisse était toujours surévalué et que la BNS continuerait d’intervenir sur le marché des changes jusqu’à ce que la monnaie helvétique atteigne un cours justifiable. Lorsque Thomas Jordan avait mis un terme au cours plancher de l’euro par rapport au franc, il avait pourtant lui-même justifié cette mesure en indiquant qu’il ne voulait plus intervenir sur le marché des changes pour la maintenir. Avec le cours plancher, la BNS disposait pourtant d’un haut niveau de crédibilité et il n’était pas difficile de garder ce cours à 1 fr. 20 pour un euro. Maintenant, après l’abandon de ce cours plancher, il est devenu extrêmement complexe d’assurer la stabilité du franc. La suppression de ce dispositif n’avait aucun sens», estime le professeur, cité jeudi matin dans la revue spécialisée Cash.

Dans ce contexte, Patrick Artus ne voit qu’une seule issue vraisemblable: «Au cours des deux derniers mois, la BNS a vraisemblablement constaté que l’industrie souffrait sous le poids du franc fort. Que cette situation suscitait des délocalisations hors de Suisse et un recul des investissements. Elle va maintenant revenir à l’euro à 1 fr. 20.» Contre environ 1 fr. 10 aujourd’hui.

A ce jour, la BNS n’a toutefois pas manifesté d’intention en ce sens.

Source: tdg

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x