Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Atlantic City au bord de la faillite

closedA court d’argent après la fermeture de plusieurs casinos, la municipalité va fermer ses services publics à compter du 8 avril. Elle espère une aide de l’Etat du New Jersey, mais ce dernier met ses conditions.

Atlantic City, le Las Vegas de la côte Est, se prépare au « shutdown ». A compter du 8 avril, l’essentiel des services publics municipaux fermeront, et les quelques 1000 fonctionnaires municipaux ne seront plus payés. Motif ? La municipalité, endettée et déficitaire, ne peut plus honorer ses engagements financiers. Et l’Etat du New Jersey, gouverné par l’ex-candidat républicain à la Maison blanche Chris Christie, a refusé d’apporter son aide.

Une bataille s’est en effet engagée entre le gouverneur et le maire de la ville pour le contrôle du budget de la municipalité. Chris Christie est prêt à apporter un aide financière, mais seulement si l’Etat peut prendre le contrôle des finances de la ville. Inacceptable pour le maire de la ville, le républicain Don Guardian, qui considère que l’intrusion du gouverneur constituerait une « dictature fasciste » (sic). Une prise de contrôle se traduirait probablement par des cessions d’actifs municipaux et une renégociation des accords avec les syndicats de fonctionnaires.

Depuis dix ans, la ville qui tire sa réputation de ses hôtels et casinos, fait face à la concurrence d’établissements qui se sont installés dans les Etats voisins. Quatre de ses douze casinos ont fermé l’an dernier. Le maire a réduit les effectifs municipaux de 28% et le budget de la ville de 25 millions de dollars depuis deux ans. Mais ses recettes fiscales ont périclité, diminuant de 65% depuis 2010, le déficit s’est creusé et la dette a grimpé.

La municipalité, qui cherche à diversifier ses sources de revenus, ne peut guère emprunter sur les marchés obligataires car sa note a été dégradée par les agences de notation. Elle attend pour l’instant la prochaine rentrée d’argent, prévue le 2 mai, alimentée par ses recettes fiscales trimestrielles. Mais le maire a prévenu que la ville se retrouverait de nouveau dans la même situation dans quelques mois.

Source: lesechos

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x