Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
Philippe Herlin: les grandes banques encore plus protégées, aux dépens de leurs clients
 

after-bankNous avons expliqué comment la prochaine crise financière mondiale se réglera par la ponction des comptes bancaires des épargnants, de façon à sauver les grandes banques. La directive européenne BRRD (Bank Recovery and Resolution Directive) organise cela, et l’idée fait son chemin dans d’autres pays.

La volonté de protéger les grandes banques quoi qu’il arrive, même si cela se traduit par la ruine de leurs clients, franchit une nouvelle étape. Aux Etats-Unis, la Fed vient de prendre une mesure  permettant à une banque en situation de faillite de garder le collatéral de ses clients. Explication : lorsqu’un fonds, un hedge fund, effectue une transaction avec une banque portant sur des produits dérivés, il doit déposer chez cette banque une garantie, du “collatéral”, en général des bons du Trésor, un actif liquide et reconnu. Rien de plus normal, les produits dérivés peuvent générer des pertes, la banque veut se protéger. Mais si la banque se trouve sur le point d’imploser, elle pourra garder ce collatéral, même si la transaction proprement dite ne génère pas de pertes ! Voici ce que vient de décider la Fed.

Il s’agit ainsi de protéger les banques “Too Big To Fail” par tous les moyens. Certaines grandes banques américaines comme Goldman Sachs, JP Morgan ou Morgan Stanley ne disposent pas de banque de détail avec leurs millions de comptes, et la masse d’argent qui va avec. Le collatéral déposé chez elles, très élevé pour ces banques d’affaires, servira alors d’amortisseur en cas de crise. Pour les banques universelles comme Citigroup ou Bank of America, cela constituera une ressource supplémentaire. Etant donné la taille de l’industrie des hedge funds aux Etats-Unis, les montants en jeu sont énormes.

On perçoit ainsi clairement l’objectif des grandes banques commerciales et des banques centrales : plutôt ruiner les épargnants et les investisseurs que de faire tomber une institution “Too Big To Fail” et de revivre le cauchemar de la faillite de Lehman Brothers en 2008. Au lieu de traiter le problème à la racine, c’est-à-dire éviter la constitution de banques “trop grosses pour faire faillite”, le pouvoir politique et les régulateurs préfèrent surprotéger ces mastodontes. On nage ici en plein capitalisme de connivence.

Certains pourraient dire “après tout, si l’éventualité d’une crise majeure s’évanouit, pourquoi pas”. Ce serait pourtant une erreur, car le risque ne disparaît pas, il est simplement masqué et disséminé. Les politiques des taux zéro ont fait perdre au taux d’intérêt sa capacité à évaluer le risque, mais celui-ci n’a pas pour autant disparu, il a changé de nature (risque de liquidité) ou s’est déplacé sur d’autres marchés (matières premières, changes).

De la même façon, la surprotection dont bénéficient les grandes banques les incite à prendre encore plus de risques sur d’autres marchés, notamment les produits dérivés, dont elles sont très friandes. D’un montant total de 493.000 milliards de dollars au niveau mondial fin 2015 selon la Banque des Règlements Internationaux, ceux-ci excèdent les capacités d’intervention des banques centrales… D’une façon générale, la négation des risques conduit toujours à des bulles qui finissent un jour ou l’autre par éclater. Et au nombre de ces bulles, il faut compter les grandes banques internationales.

Source: goldbrokerGoldBroker.fr tous droits réservés

               
Le retour au Standard Or d’Antal Fekete                            Dernière intervention de P.Herlin sur l’or
                      
avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
7 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
4 Comment authors
michel clercTristan De La TullayePat Bonnochannytheuric Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
michel clerc
Invité
michel clerc

Chypre n etait pas anodin, Lagarde preconisait la ponction, la loi est passée, on ne peut pas dire mais vous etes averti, les banques appliquent le dicton “charité bien ordonnée commence par soi meme” ce qui s est passe a Chypre et en Grece avec la BCE est un avant gout de ce qui vous attend, ne comptez pas sur vos “elus” pour vous venir en aide ils sont a l origine de vos ennuis

Tristan De La Tullaye
Invité

Les banques et les assurances sont les plus arnaqueurs du monde

Pat Bonno
Invité

Arrêtez de mettre votre argent à la banque. Vous être complices de vos actes. Merci

theuric
Invité
theuric

L’autre fait oublié est que, tout simplement, une monnaie surproduite perd mécaniquement de sa valeur directement proportionnelle à la quantité de monnaie produite, ce qui veut dire que plus existe de monnaie au ratio de la réalité de la richesse du pays émetteur, moins cette monnaie a de valeur.
Vouloir ponctionner une monnaie qui ne vaux plus rien pour sauver les banques c’est comme vouloir remplir une citerne d’eau avec une écumoire.
Et dire que ce sont ces zigotos qui nous gouvernent!

mji
Invité
mji

john law revient!!!!

Jeffrey Boubou
Invité

J’adore BusinessBourse B&B : clair net précis, et surtout véritable. Longue vie à vous!!!

Pascal Laurent Lesauvage
Invité

il faut nationalisè les banques et mettre en prison les banquiers avec la peine qu’il pourront sortir de prison quand il auront remboursè leur client

channy
Invité
channy

Nationaliser les banques? On a vu ce qu a couté le crédit lyonnais alors nationalisé..le problème c est qu on a refusé de laisser les banques pourries faire faillite et on a aussi explosé tous les gardes fous de la finance qui avait été mis en place après la crise des années 30
Les politocards sont tout aussi coupables que les banksters car ils ont cautionner et laissez faire
une banque pourrie n a pas à être nationalisé ou elle coule ou bien elle est saisie purement et simplement par l’état…
Non, les saisir purement et simplement