Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Un expert de Wall Street: “Ça finira mal pour beaucoup de gens”
 

james-grantJames Grant est un expert de Wall Street et rédacteur en chef du bulletin d’investissement Interest Rate Observer Grant. Il met en garde contre un accident sur la dette souveraine, il est également perplexe au sujet des actions de la Banque nationale suisse et a un point de vue original concernant les paris sur l’or.

Depuis les programmes d’achat d’obligations de plusieurs milliards jusqu’aux taux d’intérêt négatifs, et probablement bientôt « l’argent par hélicoptère », partout dans le monde, les banques centrales font des expériences avec des mesures de plus en plus extrêmes pour stimuler une économie atone. Cela finira en larmes, croit James Grant. L’éditeur de la pensée forte de l’emblématique bulletin de Wall Street Interest Rate Observer Grant est l’un des critiques les plus ardents en ce qui concerne la politique monétaire super facile. Hautement compétent dans l’histoire financière, M. Grant met en garde contre la course imprudente au rendement aujourd’hui et voit l’un des plus grands risques à venir dans la dette publique. Il a également des doutes sur les investissements massifs que la Banque nationale suisse engage sur le marché boursier américain. Interview.

Pendant plus de trois décennies, vous avez observé les taux d’intérêt. Y a-t-il encore quelque chose à observer avec des taux aussi faibles ?

Les taux d’intérêt peuvent être presque invisibles mais il y a encore beaucoup de choses à observer. Je constate qu’ils sont en diminution et que ce recul est à l’origine d’un grand nombre de troubles parce que les gens qui ont besoin de revenus sont à la poursuite effrénée du peu de rendement qui reste.

Quelles sont les conséquences de cela ?

Cela me rappelle le grand journaliste anglais de l’époque victorienne Walter Bagehot. Il a dit que « John Law peut tout supporter, mais il ne supporte pas 2 %, ce qui signifie que les taux d’intérêt très bas induisent la spéculation et l’investissement irresponsable et une mauvaise répartition du capital ». Je pense donc que l’épigraphe de Bagehot est très opportune aujourd’hui.

John Law a été le principal responsable de la grande bulle du Mississippi qui a provoqué un effondrement économique chaotique en France au début du XVIIIe siècle. Comment l’histoire va-t-elle se terminer cette fois-ci ?

La fin se révélera très mauvaise pour beaucoup de gens. Si les cadres de l’assurance et de la réassurance suisse lisent ceci maintenant, ils pourraient rouler les yeux et être frustrés d’entendre une réprimande américaine à partir d’une distance de 3 000 miles sur le risque de courir après le rendement. Après tout, si vous êtes dans les affaires d’appariement du passif à long terme avec des actifs à long terme, vous n’avez pas d’autre choix que de souhaiter un monde meilleur et plus sensible. Mais vous devez prendre le monde tel qu’il est et le monde d’aujourd’hui est stérile en revenus d’intérêts. Le fait est que les temps sont très risqués.

Où voyez-vous les plus grands risques ?

Pour moi, la dette souveraine est en tête des marchés surévalués dans le monde entier. Vous ne gagnez rien, ou moins que rien, pour le privilège de prêter votre argent à un gouvernement qui a promis de déprécier la monnaie dans laquelle vous investissez. Les Banques centrales du monde entier cherchent à atteindre un taux d’inflation de 2 % ou plus et vous prêtez certainement à beaucoup moins de 2 % et dans de nombreux cas, à moins de 0% nominal. L’expérience de perdre de l’argent est commune lorsque l’on investit. Mais où est l’intérêt si la certitude de la perte est là avant même que votre chèque soit encaissé ? Voilà la situation avec la dette souveraine en ce moment.

Greyerz: nous sommes maintenant à quelques mois de la pire crise mondiale de toute l’histoire

Egon Von Greyerz: le monde est au bord de la plus importante destruction de richesses de toute l’histoire

Sur une base mondiale, plus d’un tiers de la dette souveraine est déjà à un rendement inférieur à zéro.

Ce n’est pas tout à fait un best-seller, mais un livre très important intitulé L’Histoire des taux d’intérêt. Il a été écrit par Sidney Homer et Richard Sylla. Sidney Homer n’est plus avec nous, mais Richard Sylla est vivant et bien portant à l’Université de New York. Donc, je l’ai appelé et lui ai dit : « Richard, j’ai lu beaucoup de pages, mais pas toutes, dans votre livre qui retrace l’histoire des taux d’intérêt à partir de 3 000 avant JC jusqu’à nos jours. Avez-vous jamais rencontré des rendements d’obligations négatifs ? ». Il a dit non et j’ai pensé que ce serait une sorte de nouveau scoop important. Pour la première fois depuis au moins 3 000 ans, nous avons poussé les taux d’intérêt au-dessous du marqueur zéro. Je pensais que c’était une remarque exceptionnellement intelligente. Mais je constate que personne ne semble s’y intéresser.

Lire la suite de l’interview sur lesakerfrancophone

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
3 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
mji
mji
4 années plus tôt

un conseil lisez 666 de Pierre Jovanovic , on y apprend bcp de choses et surtout ce livre éclaire en tout point la réalité économique depuis le dégreffement du dollar face à l’or !!! même le vatican n’est pas sorti d’affaire , cela risque de très très mal finir . je conseil aussi de ne pas laisser d’argent à la banque , de faire des stocks de nourriture qui sont valable assez loin , d’achater bcp de piece d’argent et un petit peu d’or et voila tout!!!! il faut se préparer à survivre et non plus à vivre!!! la fin… Read more »

theuric
theuric
4 années plus tôt

Ce monsieur parle des effets, les taux négatifs, et non pas des causes, la spéculation salariale internationale qui date de près de 50 longues années. Au vu de son âge, il devrait commencer par regarder la grosse poutre qu’il a dans l’œil avant de contempler celles des autres. Il est facile de rejeter le résultat de ses propres imbécilités sur les autres, mais prendre la responsabilité de s’avouer à soi-même ses manquements, avant de l’expliquer à tous, c’est une autre paire de manche. C’est ça l’hypocrisie! Rappelons-nous que Dieu se rit de ceux déplorant les effets dont ils chérissent les… Read more »

Nomis
Nomis
4 années plus tôt

Comme écrit dans l’article, ils ont inventé le taux négatif un peu partout…..je te prête et tu me rends moins….c’est vraiment dingue d’imaginer que cela puisse fonctionner longtemps comme ça ……alors oui ils écrivent une nouvelle page dans le livre de la grande histoire de l’économie mondiale…..histoire qui finira mal et qu’ils finiront d’écrire avec du sang !!! Celui des peuples…….

3
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x