Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Philippe Herlin: le FMI le confirme, les taux négatifs tuent les banques à petit feu
 

Negative-Interest-ratesDepuis deux ans, la Banque centrale européenne (BCE) a mis en place une politique de taux zéro et négatifs : le taux directeur est tombé à zéro, et lorsqu’une banque dépose des liquidités à la BCE, non seulement cela ne lui rapporte plus comme auparavant, mais elle doit débourser 0,4% d’intérêt par an. L’objectif poursuivi par Mario Draghi consiste à dissuader les banques de laisser leur cash inactif et à abaisser le coût du crédit en Europe pour relancer l’activité. Alors, certes, le coût de l’argent a baissé, mais le volume de crédit n’a que très peu augmenté, et insuffisamment pour sortir de la croissance zéro…

Par contre cette politique monétaire, qui s’inscrit dans la durée, génère un effet pervers massif et catastrophique : la chute de la rentabilité des banques. Autrement dit, elle les pousse à la faillite. C’est ce qu’explique rien de moins que le Fonds monétaire international (FMI) dans une étude du 10 août dernier. Cet écrasement de la profitabilité se manifeste différemment suivant les systèmes bancaires :

    Charles Gave: 70% des banques européennes en état de quasi faillite

  • Dans les pays qui affichent d’importants excédents commerciaux (Allemagne, Pays-Bas), les banques peinent à recycler la masse des dépôts qui en résultent et sont d’autant plus pénalisées par les taux bas.
  • Dans les pays où les taux d’emprunt sont variables et indexés sur les taux directeurs de la BCE (Belgique, Espagne), les banques perdent sur les nouveaux prêts, mais également sur les encours existants qui voient leur taux baisser. La valeur de ces crédits dans leur bilan s’effondre, le flux de revenu se tarît.
  • Face à cette chute des taux d’intérêt, certains pays parviennent à compenser en partie par une progression du volume du crédit, qui demeure dynamique (France, Allemagne), mais pour combien de temps encore ? D’autres n’y parviennent pas (Italie, Espagne), ce qui met leurs banques sous pression.

Selon le FMI, cette chute de la profitabilité fragilise les banques et les conduira à diminuer leurs prêts à l’économie, ce qui est précisément l’inverse du résultat recherché au départ ! Encore une preuve que l’interventionnisme en économie ne fonctionne jamais, et qu’il détériore même la situation globale. Après les États, les banques centrales sont en train de le comprendre, bien tardivement.

L’OCDE prédit une cascade de faillites et l’Europe devra sauver les banques

Greyerz: nous sommes maintenant à quelques mois de la pire crise mondiale de toute l’histoire

Le FMI ne le dit pas explicitement, mais un tel écrasement de la rentabilité conduira à des faillites bancaires en série si le mouvement n’est pas inversé. Et une remontée des taux s’avère quasi-impossible aujourd’hui pour de multiples raisons (montant des dettes étatiques, poids des produits dérivés, déstabilisation des bilans des banques et des assureurs, pertes massives pour les banques centrales dont le bilan a explosé, etc.). Si les banques sont massacrées en bourse, ce n’est pas par hasard.

Comme nous avons eu l’occasion de le dire, pour l’épargnant il existe une piste de sortie : c’est l’or physique, qui devient d’autant plus intéressant dans un contexte de taux négatifs… et de faillites bancaires.

Source: goldbroker – GoldBroker.fr tous droits réservés

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
10 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
michel clerc
michel clerc
4 années plus tôt

il ni a pas que ça, enfin pour ce que vaut l avis du FMI , rien que le fait d avoir une Lagarde a sa direction discrédite tout ce que peut dire le FMI

Nanaud Woudini
4 années plus tôt

Les taux négatifs tuent CERTAINES banques à petit feu … Au futur profit des banques restantes qui établiront le nouvel ordre bancaire …

Moun Harhar
4 années plus tôt

tant mieux parce que les banque tue les humains a petit feu

Francois Goulet
4 années plus tôt

avec tout les profit en milliards qu’ils ont faits années après années, je ne pleurerai pour pour eux..

Olivier Rockefeller
4 années plus tôt

Et beaucoup ne s’en rendent pas compte…et s’en réjouissent….

Noway
Noway
4 années plus tôt

Au delà du constat évident du FMI. L’augmentation de l’offre de crédit et la baisse de son coût n’a jamais fait boire un âne qui n’a pas soif. D’autant qu’il faut fournir les garanties nécessaire (même si le comité de Bale, veut faire adopter le système Subprimes en France) Cela permettra éventuellement des refinancements faisant baisser l’endettement et des frais financier pour certain, mais sans réel impacte général. Par contre, cela poussera surement les particuliers à reprendre des risques sur les marchés dont ils sont sorties massivement depuis la bulle internet. Quant aux banques, cela leur permettra de leur fourguer… Read more »

morin
morin
4 années plus tôt

Tout le monde dit qu’il faut de la CROISSANCE pour résorber les déficits ,sans se rendre compte que ce sont les DEFICITS qui créent 80% de la croissance .
Le manque de croissance génère la DEFLATION .
La déflation ne permets plus aux banques de valoriser correctement leurs actifs ,affectant directement leurs fonds propres.
Les banques sont remplies de cadavres dans leurs placards

winston.tatcher
winston.tatcher
4 années plus tôt

cela fait des années que nos “dirigeants” (terme inadéquate car ils ne dirigent plus rien) disons plutôt les “décideurs” (certes des décisions sont prises) font du ” a la va comme jt’e pousse” …sans cap précis, sans stratégie autre que celle de “gagner du temps” …en espérant un “déus-ex-machina “…qui “les” sauvera (EUX…! pas NOUS..!) … on verra bien…(moi j’ai l’impression que c’est déjà tout vu)

icaran
4 années plus tôt

Des truismes!

samuel
samuel
4 années plus tôt
Reply to  icaran

Certes, mais pour les élites de notre temps, ils ne peuvent admettre cela dans d’autres faits, car ils appartiennent à des systèmes de pensée guère différents, tant dans le domaine de la finance, de la politique, etc., c’est pourquoi au fur et à mesure de l’aggravation de la crise, ils en finiront bien par se demander à quoi bon devenir les produits les plus méritants de l’élite. La crise financière ou bancaire c’est terrible car elle creuse de plus en plus un fossé entre les sociétés, les individus, comme on ne devrait pas toujours réduire la crise qu’à une seule… Read more »

10
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x