Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Philippe Herlin: Les attaques informatiques, un nouveau risque pour les banques, et les épargnants
 

WannaCry a infecté plusieurs centaines de milliers d’ordinateurs la semaine dernière. Il s’agit tout simplement de la plus grande attaque de l’histoire, et encore a-t-elle été stoppée suite à une erreur identifiée par un simple informaticien, sinon les dégâts auraient été encore plus importants. Ce virus est un « ransomware » (logiciel de rançon) qui bloque l’accès de l’utilisateur à son ordinateur jusqu’à ce qu’il envoie de l’argent en échange d’une clé sensée lui redonner les commandes.

Les particuliers n’ont pas été les seules victimes ; des entreprises et des institutions ont également été touchées, alors que l’on s’attend à ce qu’elles bénéficient de systèmes informatiques fiables et protégés. C’est le cas de plusieurs hôpitaux anglais, du constructeur automobile Renault, qui a arrêté plusieurs usines pour éviter la propagation du virus, du groupe de télécom espagnol Telefonica, etc.

Les banques possèdent des systèmes très sécurisés, mais sont-elles pour autant à l’abri ? Nullement, car la Banque centrale de Russie a été affectée par WannaCry. De son côté, l’Autorité Bancaire Européenne (ABE) envisage de tester les dispositifs de cyber-sécurité des grandes banques de l’Union européenne, de plus en plus ciblées par des attaques informatiques d’ampleur. La première cyber-attaque de masse ciblant un établissement bancaire européen remonte à novembre 2016 : il s’agissait de Tesco Bank, filiale de la chaîne de supermarchés britannique, victime d’un piratage ayant touché les comptes de 40.000 clients, dont 20.000 avaient subi des retraits frauduleux. En janvier 2017, une attaque en déni de service a visé plusieurs des plus grandes banques britanniques, au point de rendre les services en ligne de Lloyds Bank indisponibles pendant deux jours (La Tribune).

Dans son rapport d’évaluation des risques du système bancaire européen de décembre 2016, l’ABE dénonce le danger de ces attaques informatiques (page 54) :

« Les cyber-attaques sont en hausse. Si les tentatives de fraude via les canaux en ligne sont bien comprises, de récents piratages de systèmes de paiement bancaire (par exemple celui du système SWIFT) illustrent le fait que les institutions peinent à démontrer leur capacité à faire face à la menace croissante d’intrus réussissant à accéder de manière non autorisée à leurs données et systèmes essentiels. De telles intrusions ont potentiellement des conséquences dramatiques et peuvent provoquer des pannes des systèmes, voire des pertes définitives de données. »

Egon Von Greyerz: Tout cela va mal tourner – L’or comme assurance

Egon Von Greyerz: L’or, l’ultime recours face à la propagande, aux mensonges et à la guerre

Voici donc un nouveau risque pour les épargnants, des attaques informatiques pouvant aller jusqu’à « des pertes définitives de données »… Dans ce cas, à vous de prouver que vous déteniez bien telle somme… Même le principal réseau reliant les banques à travers le monde, SWIFT, n’échappe plus aux hackers malveillants. La banque n’est définitivement plus un sanctuaire. Après les menaces de ponction des comptes (directive BRRD, loi Sapin 2), la menace informatique risque de faire parler d’elle dans les années à venir. Voici une raison de plus, s’il en fallait, de s’interroger sur la meilleure façon de préserver un capital, et on rappelle que l’or physique dans un coffre sécurisé hors du système bancaire permet tout simplement d’éliminer ces menaces. À bon entendeur…

Source: goldbrokerGoldBroker.fr tous droits réservés

               
Le retour au Standard Or d’Antal Fekete                            Dernière intervention de P.Herlin sur l’or
                      
         Nicolas Perrin: Investir sur le marché de l’or                                           Histoire de l’argent
               
0 0 vote
Article Rating
Subscribe
Me notifier des
guest
9 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Stocco Laurent
2 années plus tôt

Qu’ils piratent les comptes de nos corrompus

Den
Den
2 années plus tôt

Aaa–hhh!!! Sarah comme dans treminatore

Caravage
Caravage
2 années plus tôt

ou rédemption 😉

Sébastien
2 années plus tôt

Ah Crisispreparado, ça c’est une nouvelle : je ne savais pas que le bittruc existait.

Crisispreparado
Crisispreparado
2 années plus tôt
Reply to  Sébastien

Si, si, il y a aussi le cryptomachin, qui a sensiblement la même valeur.

Crisispreparado
Crisispreparado
2 années plus tôt

Deux points à méditer pour comprendre comment vous allez tout perdre en douceur : 1) Virtuel veut dire qui n’existe pas, il ne peut donc pas y avoir de garantie sur quelque chose qui n’existe pas. Alors, que penser des escrocs qui diffusent des monnaies virtuelles (QE, bittruc, etc…), que penser de la disparition du cash. 2) Il n’y a rien de moins sécurisé que le réseau internet, j’essaie de l’expliquer depuis des années à mes clients, sans succès évidemment, il aura fallu attendre Snowden pour que ceux qui ont un peu l’esprit technique en prennent conscience. Ne parlons même… Read more »

Caravage
Caravage
2 années plus tôt

J’aime le concept,

entre numérique et tangible, on se balance.

beverly
beverly
2 années plus tôt

Ah ! ça serait tellement le crime parfait pour effacer toutes les données informatiques des comptes bancaires et accuser des hackers.

Crisispreparado
Crisispreparado
2 années plus tôt
Reply to  beverly

Trop bien vu Beverly. Espèce de vilain complotiste va…

9
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x